Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Démocratie et réconciliation nationale :Retour et nouveau défi pour l’Eglise Catholique
 
::Koaci.com Lomé:: Monseigneur Nicodème Barrigah Search Nicodème Barrigah nommé à la tête de la Commission Vérité –Justice –Réconciliation par le président Faure::

La nomination des membres de la très attendue Commission Vérité –Justice –Réconciliation mercredi en conseil des ministres chapeautée par Monseigneur Nicodème Barrigah Search Nicodème Barrigah ouvre une nouvelle page de la question de l’Impunité au Togo. Désormais, les Togolais attendent de voir la qualité du travail qui sera fourni par cette Commission composée de religieux, d’Universitaires, d’acteurs de la société civile, d’autorité coutumière que les uns et les autres veulent bien charger d’espoir.

En nommant donc Monseigneur Nicodème Barrigah, évêque d’Atakpamé à ce poste, Faure Gnassingbé Search Faure Gnassingbé a pris de court les Togolais qui croyaient le voir parachuter, comme il l’avait fait avec le Premier ministre Houngbo et, tout récemment, avec Mme Tomégah Dogbé – fonctionnaire internationale aux Nations Unies comme le Premier ministre – au poste de Directeur de Cabinet. D’autres encore espéraient voir un acteur de la société civile un peu en retrait des sérails politiques.

Mais au fond ce que révèle cette nomination est le retour de l’Eglise catholique Search catholique au devant de la scène nationale. Il nous en souvient qu’au début du processus de démocratisation du pays en 1991, elle avait déjà joué les premiers rôles avant de se retirer et de laisser la scène politique aux politiciens. A l’époque au Togo, comme dans d’autres pays d’Afrique – République Démocratique du Congo par exemple où Monseigneur Laurent Mosingo était sollicité – Monseigneur Philippe Kpodzro avait été porté à la tête de la Conférence nationale souveraine. Un rôle pas du tout enviable pour lui.

Pris entre deux feux de l’opposition (qui voulait le renversement de l’ordre politique ancien) et du pouvoir (qui ne voulait rien lâcher) celui qui sera plus tard le patron de l’Eglise catholique Search catholique au Togo a usé du tact et de détermination pour conduire à bon port les travaux. Parfois, il lui arrive d’essuyer des critiques des deux côtes mais l’essentiel que l’on peut retenir est qu’il a su être au-dessus de toute considération politique pour encourager les Togolais à aller dans le sens du progrès.

Aujourd’hui, c’est Monseigneur Barrigah qui se voit lui aussi confier l’avenir de la réconciliation du Togo.

Il s’agit là aussi d’une nouvelle et délicate mission confiée à l’Eglise catholique Search catholique au Togo qui doit œuvrer efficacement pour amener les Togolais à se réconcilier avec eux-mêmes. La tâche est d’autant si importante que les Togolais placent la question de l’impunité au fronton de la liste des défis à relever par le pouvoir dans sa volonté maintes fois proclamée de tourner les sombres pages du passé.

Monseigneur Barrigah, en bon berger doit savoir manœuvrer. Il doit pouvoir s’inspirer de l’expérience de Monseigneur Kpodzro pour avancer. Et si les circonstances l’exigent, il doit faire des sacerdoces ou accepter des humiliations comme son prédécesseur qui a même été roué de coups et exposé au soleil au plus fort des travaux du HCR par les militaires togolais. La mission de Monseigneur Barrigah est aussi complexe car pour les victimes, la condition sine qua non du succès du processus est d’arriver à avoir une justice véritable et à obtenir réparation.

Cette position, la présidente de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme, Mme Souhayer Berlhassen l’a soulevée lors de son passage à Lomé il y a juste un an (28 mai 2008). Pour elle, « le processus doit être caractérisé par l’exigence de vérité, la nécessité de la justice et une effective réparation des dommages aux victimes ». Puis s’opposant à l’impunité, elle ajoute que « l’impunité, qu’elle soit le fait d’un individu ou d’entreprise nous interpelle tous et n’est plus permise. A notre point de vue, il faut que l’impunité cesse. C’est pourquoi, nous nous intéressons de près à ce qui se passe au Togo ».

Mais dans le même temps, Monseigneur Barrigah doit pouvoir éviter que le fonctionnement de la Commission crée une situation qui exposerait des bourreaux à la vindicte populaire. Ce qui pourrait porter le germe d’un autre conflit. « L’élément clé du processus, c’est la justice et non la vengeance. Ce n’est pas parce que quelqu’un se prononce qu’il faut l’envoyer à la guillotine… », avait aussi averti en son temps, le président de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme devenu aujourd’hui ministre des Droits de l’Homme. Le président de la Commission a surtout intérêt à s’imposer en évitant d’être un instrument au service d’une partie. Ce qui n’est pas chose aisée.

Espérons que le Monseigneur qui part avec l’avantage de ne pas avoir dans son équipe des hommes politiques, susceptibles de transformer la Commission en un instrument de règlement de comptes politiques, saura accomplir cette noble mission pour le bonheur du peuple.
 
 
1805 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 29/05/2009
  7 Vote(s)
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
PROMO MECHES VIRGIN HAIR
 
Super promo! Style body wave ; taille 20" à 31 500 Fcfa
Accessoires
Escarpin Gucci
 
Vend escarpin Gucci taille 38 1/2, jamais portées avec
Chaussures
Serviette Cartier
 
Vend serviette Cartier Pasha état neuf, ref L 1000699 e
Accessoires
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login