Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Nigeria: Plus de 30 morts dans l'attaque d'un cortège nuptial
 
MAIDUGURI (Nigeria) - AFP - Plus de 30 personnes ont été tuées samedi dans l'attaque d'un cortège nuptial par des hommes armés dans l'Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria, ont indiqué dimanche à la presse des témoins et des survivants du drame.

Le marié, des membres de sa famille et des amis qui revenaient à Maiduguri, la capitale de l'Etat, après le mariage célébré à Michika, dans l'Etat voisin d'Adamawa, figurent parmi les victimes, ont indiqué les témoins, sans donner de précision sur l'identité du marié.

Ce fut une scène sanglante, vraiment, a noté un témoin, exliquant avoir vu des corps sans vie sur l'autoroute alors qu'il se rendait, en voiture, de Yola, capitale de l'Etat d'Adamawa, à Maiduguri.

Cet homme, qui a requis l'anonymat, a précisé que les victimes ont été soit tuées par balles, soit massacrées par les agresseurs, qui n'ont pas été identifiés.

Toutes les victimes ont été assassinées brutalement par les agresseurs. Moi-même et mes passagers avons été vraiment choqués quand nous avons vu les corps sans vie étendus sur l'autoroute, a-t-il affirmé.

Une autre source a relevé que les victimes, qui rentraient d'une fête, portaient des vêtements de gala appelés anko ou ashoebi.

Les porte-parole de l'armée et de la police dans le secteur n'ont pas pu être joints, mais une source sécuritaire a décrit l'incident comme brutal et effrayant et précisé que les blessés avaient été évacués vers un hôpital de Maiduguri.

Les attaques violentes sont fréquentes dans la région instable du nord-est, où l'armée a lancé une vaste offensive contre l'insurrection du groupe islamiste extrémiste Boko Haram.

Le groupe islamiste a déjà mené plusieurs interventions sur le route Bama-Banki, empruntée par le cortège samedi.

Maiduguri, le fief de ce groupe, est resté néanmoins relativement calme récemment, ce que les habitants attribuent à une collaboration étroite entre les forces de sécurité et les groupes d'autodéfense de la jeunesse locale.

Une force conjointe, composée de plusieurs unités, s'est déployée sur la région du nord-est pour combattre le groupe Boko Haram.

Le groupe extrémiste revendique la création d'un Etat islamique dans le nord du Nigeria, majoritairement musulman, au contraire du sud, à majorité chrétienne. Il s'est scindé récemment en plusieurs factions.

L'attaque de samedi survient une semaine après celle menée par l'armée contre un de leurs camps dans le nord-est du pays.

Trente sept cadavres de personnes en uniforme militaire ont été déposés le 26 octobre à la morgue de Damataru, capitale de l'Etat de Yobe, après des attaques islamistes dans cette ville, les premières depuis longtemps en ville, visant les forces de sécurité, lancées le 24 septembre.

Des policiers et des habitants ont dit que de nombreux combattants de Boko Haram, certains véhiculés, d'autres à pied, ont lancé un assaut contre Damataru dans la nuit.

Armés de fusils et d'explosifs, ils ont attaqué et brûlé quatre bâtiments de police, déclenchant un sanglant combat avec les forces de sécurité.

Il est fréquent que les militants de Boko Haram Search Boko Haram portent des uniformes de l'armée, et il n'est pas établi que les victimes soient des militaires.

Les attaques de Boko Haram Search Boko Haram et leur répression sanglante ont fait au moins 3.600 morts depuis 2009 selon l'ONG Human Rights Watch.
 
 
4666 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 03/11/2013
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login