Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Le «Kpayo» fait encore des ravages à Porto-Novo
 
::Koaci.com Cotonou:: Le Kpayo Search Kpayo fait toujours des dégâts dans les rues::


Un motocycliste qui transportait dans les bidons de l’essence illicitement vendue, communément appelée «kpayo», a occasionné un accident en face de la pharmacie Latoundji, sise à Porto-Novo. On déplore des dégâts matériels et un blessé.

Le trafic Search trafic illicite des produits pétroliers continue de faire des dégâts au sein des populations, face au fléchissement des pouvoirs publics. Un motocycliste qui transportait des bidons d’essence à Porto-Novo, a été percuté par derrière par un véhicule en face de la «pharmacie Latoundji» Dans sa chute, l’essence s’est versée par terre et a enflammé le transporteur au niveau de son pantalon. Celui –ci a échappé à la mort en se roulant par terre, et grâce aux riverains qui lui ont porté secours. Au même moment, un véhicule qui était stationné devant la «pharmacie Latoundji» a pris feu entièrement. Fort heureusement, on ne déplore pas de perte en vie humaine, mais la moto du transporteur et le véhicule ont été calcinés.


Une essence Search essence de contrebande…


Le kpayo est un nom donné au Bénin à de l'essence frelatée, de mauvaise qualité, qui provient en grande partie du Nigeria Search Nigeria voisin, pays producteur de pétrole mondialement reconnu. Kpayo Search Kpayo signifie «qualité inférieure» en goun, une langue locale. Le kpayo, de mauvaise qualité, cause une pollution atmosphérique importante. Le phénomène du kpayo a connu ses débuts dans les années 1980, conséquence de la crise économique qui a secoué le pays. En effet, l’essence au Nigeria Search Nigeria coûte à la pompe environ trois fois moins cher qu’au Bénin. Aujourd'hui, l'usage du kpayo connaît une ampleur telle qu’il fait dorénavant partie du paysage géographique, social et économique des villes béninoises et nigérianes. Dans tout le pays, cette essence Search essence de contrebande, importée illégalement, acheminée à moto à raison de trois à cinq bidons de cinquante litres par véhicule, est vendue dans de grosses, moyennes et petites bouteilles que l'on trouve partout aux bords des routes. Le commerce de ces produits est très rentable. Dans les villes béninoises frontalières, un pourcentage très élevé de la population vit de cette activité. Ce commerce qui procure d’énormes bénéfices, comporte en même temps de grands risques, étant donné la précarité des conditions de stockage du produit. On note ainsi de fréquents incendies aux bilans très lourds.

 
 
3482 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 14/05/2009
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login