Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
AFRIQUE DU SUD : Grève meurtrière, la police tire sur la foule, plus de 30 morts.
 
La police sud africaine évoque un cas de "légitime défense"

AFRIQUE DU SUD - LE 17 AOUT 2012 © koaci.com - Le mouvement de grève entamé le 10 aout dernier dans la mine Lonmin à Marikana Search Lonmin à Marikana prés de Johannesburg Search Johannesburg à tourné au drame ce jeudi, après une opération policière : 34 morts, 78 blessés et 259 personnes arrêtées.

Ce qui était au départ une grève syndicale pour réclamer une augmentation de salaire a viré au tragique, hier après-midi. La police a tiré à balles réelles sur les grévistes qui massés devant la mine avançaient vers eux armés de machettes et gourdins pour certains et de barres de fers et armes a feu pour d’autres.

Le bilan, le plus lourd lors d’une intervention policière que l’Afrique du Sud ait connu depuis l’apartheid était de 34 morts de sources policières, 36 pour les syndicats et 78 blessés.

Tout le pays est en émoi devant un massacre qui ravive les vieilles blessures de l’apartheid en 1994.

Ce vendredi matin, la tension était toujours aussi palpable devant la mine, quadrillée par des barrages, des véhicules blindés et des hélicoptères de la police.

Face à eux, une foule d’environ 2000 hommes accompagnés de centaines de femmes qui reprenaient des chants de l'époque de la lutte contre l'apartheid et demandaient à la police d’arrêter de tuer leurs maris et leurs fils.

Le président Jacob Zuma Search Jacob Zuma au Mozambique pour un sommet sous-régional, est rentré aussitôt pour tenter de juguler cette crise.

Cette crise sociale n’est pas une première en Afrique du Sud, en effet dans le pays, la violence est au menu de toutes les grèves et de toutes les revendications.

Comme à leur accoutumé, les syndicats des mineurs ont surfé sur cette vague pour réclamer que leurs salaires de environ 4000 rands (400 euros) par mois, soient revus à la hausse. Malheureusement les deux principaux syndicats miniers AMCU et NUM ne s’entendaient pas sur le principe, tandis que le premier espérait un simple augmentation, le second a promis obtenir le triple soit passer de 4000 rands (400 euros) à 2.500 rands (1.250 euros).

Depuis le début de la grève, plusieurs miniers de syndicats rivaux s’étaient affrontés et causés des blessés ; mais le point de non retour a été atteint, hier lorsque la police a ouvert le feu. Plusieurs voix s’élèvent contre les forces de l’ordre qui sont accusées d’avoir mal géré la situation.

Tout compte fait quelque soit la partie responsable, la crise sociale, l’extrême pauvreté ainsi que les inégalités économiques, toujours gigantesques dix-huit ans après l'avènement de la démocratie et qui frappent la classe ouvrière Sud africaine y sont pour beaucoup dans ce drame.

Nanita © koaci.com
 
 
5502 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 17/08/2012
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login