Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :    Procès de Soro et ses 19 coaccusés, les révélations de son frère Simon à la barre : « Je considère que je suis un otage (...)! On m'a arrêté parce que je suis le petit frère »
 

Côte d'Ivoire : Procès de Soro et ses 19 coaccusés, les révélations de son frère Simon à la barre : « Je considère que je suis un otage (...)! On m'a arrêté parce que je suis le petit frère »

 
 
 
 10422 Vues
 
  8 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 03 juin 2021 - 21:18

Lobognon, Kamagaté et Soro au tribunal d'Abidjan



Le procès de Guillaume Soro et de ses 19 coaccusés soupçonnés d'atteinte contre l'autorité de l'Etat s'est poursuivi aujourd'hui comme constaté sur place par KOACI au Tribunal criminel du Plateau présidé par le Juge Charles Bini.


Cette audience a été marquée par les auditions de Traoré Babou, membre de la sécurité de Guillaume Soro, Koné Ardjouma, son ancien aide de camp, Soro Yedjossigué Simon, frère cadet de Guillaume Soro et Koné Karamaté Souleymane dit Soul to Soul, le Directeur de protocole. Tous ces quatre prévenus ont été interrogés sur les armes découvertes à l'annexe du Président de l'Assemblée nationale qui ont été jetées à la lagune à Assinie à proximité de la Résidence de Soro Guillaume.


Au cours de son interrogatoire, Simon Soro a affirmé à la barre qu'il n'était pas informé de la présence d'armes dans les locaux du cabinet annexe de son aîné. Et ne sait pas si ces armes ont été enlevées puis jetées à la lagune à Assinie, non loin de la résidence privée de l'ancien président de l'Assemblée nationale.


Il a cependant déploré son arrestation et son implication dans cette procédure qui en réalité ne le concerne pas du tout. Simon Soro a révélé à la barre qu'il est poursuivi devant le tribunal criminel parce qu'il est le frère cadet de Guillaume Soro.


« Je considère que je suis un otage. C'est pour cela que je suis ici. Je suis là et j'attends. Je suis juste un otage. On m'a arrêté parce que je suis le petit frère de Guillaume Soro. (…) Mon grand frère n'a jamais accepté que ses frères fassent de la politique. Moi-même je me demande ce que je fais ici parce que même un pneu, je n'ai jamais brûlé, je n'ai jamais assisté à une réunion politique. Donc je ne comprends pas ce que je fais ici ! Je ne sais pas pourquoi j'ai été arrêté. Plus jamais ça en Côte d'Ivoire. Je suis juste Président d'une ONG qui œuvre dans le domaine de la santé », a plaidé Simon pour clamer son innocence.


Après lui, la place a été faite à Koné Karamaté Souleymane alias Soul to Soul. Le Directeur de protocole de l'ancien Président de l'Assemblée nationale a réfuté les faits d'attentat à l'autorité de l'Etat qui lui sont reprochés.


 

Il a annoncé que le 23 décembre 2019 marquait juste le retour au pays de Guillaume Soro après près de sept mois d'absence. Selon lui, l'annonce de son retour a créé un engouement chez les militants de sorte que même les chefs traditionnels étaient présents au cabinet annexe de son mentor pour l'accueillir.


À la barre, Soul to Soul a affirmé que l'ambition de l'ancien Président de l'Assemblée et de ses camarades n'est pas d’accéder au pouvoir par les armes.


« Oui monsieur, le Président nous voulons être Président, mais après des élections justes et transparentes. Nous voulons être Président par des élections », a-t-il ajouté.


Au cours de son audition, le Directeur du protocole a révélé qu'on l'a fait changer de prison 3 fois nuitamment et sa maison a été perquisitionnée mais aucune arme n'a été découverte.


Concernant la présence des armes à l'annexe, il a soutenu qu'il n'avait pas cette information en prenant à témoin, le commandant Kassé Jean-Baptiste, celui là même qui a donné l'ordre à ses éléments de se débarrasser des armes qui étaient dans son bureau au cabinet annexe sis à Cocody non loin de l'ambassade des États-Unis.


«En ce qui concerne la présence des armes, moi je ne le savais pas. Vous pouvez vous renseigner auprès du commandant Kassé vu que moi je ne suis pas militaire », a précisé Soul to Soul.


 

Koné Karamaté Souleymane a rassuré le tribunal qu'il entretenait de bonnes relations avec les cadres du RHDP.


« Pendant la rébellion, nous avons été ensemble. On est toujours ensemble », a-t-il mentionné.


Avant que le Président Charles Bini ne renvoie l'audience prochaine le mercredi 9 juin 2021, Traoré Babou et Koné Ardjouma avaient dans leurs dépositions plaidés non coupables. Tout comme Simon et Soul to Soul, ils ont affirmé qu'ils ne savaient pas que des armes étaient entreposées dans un bureau du cabinet annexe, ont été enlevées et jetées à la lagune à Assinie non loin de la Résidence de leur patron, déjà condamné à 20 ans de prison et en exil en France depuis deux ans.




Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  8 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Procès de Soro et ses 19 coaccusés, les révélations de son frère Simon à la barre : « Je considère que je suis un otage (...)! On m'a arrêté parce que je suis le petit frère »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
@Marius
Quelle perte de temps à gaspiller nos impôts dans ce procès comique dont le juge dramane ouattara a déjà donné le verdict ? Donnez la perpétuité à soro, comme il l'a annoncé, et 20 ans à ces acolytes, le «tarif» normal pour tout opposant.
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
SRIKABLA
Prends mon "Gbo^h" de loin... Je l'avais dit á plusieurs reprises. Ce régime prends des Ivoiriens non-RDR pour des "cons-biologiques". Matraquer l'opposition ne pourrait résoudre un problème sociopolitique en RCI
 
 il y a 1 mois
BenMar87
un feuilleton
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Ziegler
La vérité est là devant nous, heureusement qu'elle ne fait que rougir les yeux sans les casser. Aucun des accusés ne dit que les armes jetées dans la lagune à Assini était un montage. Et pourtant, les patentés négateurs des évidences l'ont chanté tout le temps sur les réseaux sociaux. On ramasse des armes à la Riviera, on dépasse toute la lagune d'Abidjan et la mer ensuite on traverse Bassam avec sa mer pour se retrouver si loin pour jeter des armes . Et on veut nous faire croire qu'on ne se reproche rien? Il me semble que les armes de dotation sont répertoriées donc traçables, qu'on en fasse une expertise et qu'on nous annonce les résultats.
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
@Marius
Quand vous déviez faire votre coup d'état en 2002 pour attaquer le pouvoir de GBAGBO, de combien de kalashs, d'armes lourdes, d'hommes en tenus militaires, de dozos, de miliciens, de mécaniciens, de syndicats ... aviez vous eu besoin ?! Dites nous, dans quelle république, même bananière, arrive-t-on à faire un coup d'état avec de simples armes de dotation, à plus forte raison attaquer le pouvoir militarisé de dramane ouattara avec quelques kalashs et à peine une dizaine de personnes ? Votre raisonnement repose sur de l'intuition et sur la logique.
 
 il y a 1 mois
@Marius
Plutôt lire : «(...) et non sur la logique».
 
 il y a 1 mois
SRIKABLA
"Procès des 9 fusils" de la honte continue... Mais la justice oublie l'élément clef qui enfonçait Soro Guillaume. Il s'agit de la pièce á conviction AUDIO. Espérons que la defence aura acces á celle-ci d'ici peu. Toutes les preuves doivent être présentées aux avocats de la défense dans un tel cas. Vous avez les armes du crime, vous présentez une partie de ces armes et laissez l'autre partie. Quand demain, ils ne seront plus au pouvoir, les nouveaux venus fabriqueront eux-aussi , au labo des coups d'Etat contre eux. Je me demande tout le temps, si ce pays connaitra un jour la paix qui avait existé avant fin de 1960 á 1993.
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Pourfendeur
FARCE (le mot est peut-être faible). En cuisine, le mot désigne un hachis de viande accommodé et servant à sertir ou assaisonner. Au théâtre, la farce désigne un genre théâtral né au Moyen Âge, qui a pour but de faire rire et qui a souvent des caractéristiques GROSSIÈRES. Je retiens ici le caractère grossier de cette mise en scène servie aux Ivoiriens. Hélas, ça ne faire rire personne !
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement