Côte d'Ivoire Economie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :  La DGI explique les avantages de la migration des économies informelles vers l'économie formelle à de jeunes entrepreneurs et les incite à adhérer aux Centres de gestion agréés
 

Côte d'Ivoire : La DGI explique les avantages de la migration des économies informelles vers l'économie formelle à de jeunes entrepreneurs et les incite à adhérer aux Centres de gestion agréés

 
 
 
 2301 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 semaines
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 11 octobre 2021 - 13:17

Mabéa Aimée


La migration des économies informelles vers l'économique formelle permettra à la Côte d'Ivoire de mobiliser davantage de recettes fiscales nécessaires au développement du pays.


La Direction générale des impôts s'engage donc à la sensibilisation des acteurs du secteur informel à la formalisation de leur activité. Au cours d'une séance de formation d'une centaine de jeunes entrepreneurs, initié par Dika Bamba, présidente d'une ONG vivant en France, avec le soutien d'une fondation, la DGI par le biais de Mabéa Aimée a rappelé les avantages liés à la formalisation.


Elle a rappelé que dans le souci de faciliter la transition du secteur informel vers le secteur formel, le dispositif ivoirien prévoit des régimes forfaitaires. Il s'agit du régime de l'entreprenant et du régime du micro-entreprenant.


Selon la représentante de la DGI, en ce qui concerne, le régime de l'entreprenant, le dispositif fiscal opère au sein du régime de l'entreprenant, une distinction entre la taxe communale de l'entreprenant et la taxe d'État de l'entreprenant.


« La taxe communale de l'entreprenant se substitue à la taxe forfaitaire des petits commerçants et artisans et s'appliqueront au contribuable dont le chiffre d'affaires annuel est inférieur ou égale à 5 millions de FCFA quelle que soit la nature de l'entreprise. 2% pour les entreprises exerçant des activités de commerce ou de négoce, 2,5% pour les entreprises exerçant les autres activités y compris les prestataires de service. La taxe communale de l'entreprenant est calculée annuellement », a expliqué, Mabéa Aimée.

Les difficultés liées au secteur informel sont multiples. Selon, elle, le recours à l'emprunt est le plus limité possible, ce qui réduit, les possibilités d'investissements et de développement. Et lorsque c'est indispensable, l'entrepreneur s'adresse aux prêteurs informels qui pratiquent des taux souvent trop élevés.


« Le recours aux prêts officiels ou informels est réduit. Pourtant, ces unités ont besoin de réels financements. Le domaine de l'informel est celui de l'incertain. Les coûts engendrés par l'incertitude et le prompt devoir de carnet d'accès ne pas tenir les engagements ou tirer parti d'un rapport de force sont maximisés. La sécurité contractuelle est souvent inexistante. Toutes ces réalités rendent difficile le travail et maintient le plus souvent l'entrepreneur dans la débrouillardise même quand l'activité présente de bonnes perspectives de croissance, d'où la nécessité de parvenir à la formalisation de l'activité », a précisé, madame Mabéa.


 

Selon elle, les avantages liés à la formalisation sont énormes. La représentante de la DGI a cité, sur le plan professionnel, la meilleure organisation du marché, pour l'encadrement et l'écoulement des produits, la participation aux marchés publics de l'Etat, la facilité d'accéder aux financements de l'Etat, la formalisation offre la possibilité d'obtenir une couverture sociale pour ses employés.


Le système fiscal ivoirien est déclaratif, il consiste à laisser au contribuable l'initiative à déterminer son impôt dans un esprit de sincérité et de le déclarer sous sa propre responsabilité. En contrepartie l'administration fiscale dispose d'un droit de contrôle pour s'assurer de la sincérité des déclarations.


Mabéa Aimée a indiqué que l'Etat a mis en place un mécanisme des entreprises qui désirent sortir de l'informel par la création de centres de gestion agréés en vue d'une assistance aux petites et moyennes entreprises, PME, Commerçants, prestataires, artisans etc, dans le domaine de la gestion de la comptabilité.


L'adhésion à un centre gestion agréé donne droit à certains avantages fiscaux. Le contribuable relevant du régime de la taxe d'État de l'entreprenant bénéficie d'une réduction de 50% de la cotisation annuelle et ceux durant toute la durée d'adhésion.


Pour bénéficier de ces avantages, elle a précisé que l'adhésion au Centre de gestion agréé doit intervenir entre le 1er et 30 janvier de chaque année pour le contribuable anciennement immatriculé. Mais pour celui qui vient de se faire immatriculer, l'adhésion doit se faire au plus tard un mois après son immatriculation.


Les questions relatives au secteur informel demeurent une préoccupation pour la Côte d'Ivoire, puisque, ce secteur représente une part importante pour les activités économiques.


 

C'est pourquoi Dika Bamba et le collectif de la vie associative ont organisé cette journée qui s'articule autour de deux thématiques. «L'entrepreneuriat de l'informel au formel, les droits et devoirs » qui a pris en compte plus de 100 chefs d'entreprises.


Dika Bamba a conclu qu'à travers cette formation, elle veut rendre compétitifs, les jeunes entrepreneurs.


«Je pense que pour avoir des grands acteurs du développement, il faut commencer par la formalisation. Les jeunes ont besoin qu'on les encadre », a-t-elle conclu.



Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : La DGI explique les avantages de la migration des économies informelles vers l'économie formelle à de jeunes entrepreneurs et les incite à adhérer aux Centres de gestion agréés
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Après son refus d’intégrer le PPA-CI, Simone Gbagbo n’a d’autre solution que de créer son parti ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Tout en sachant qu'il ne le peut pas en raison de sa condamnation, Gb...
 
4373
Oui
60%  
 
2843
Non
39%  
 
115
Sans Avis
2%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement