Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Le Bénin doit accélérer les réformes face aux nouveaux défis
 
::Koaci.com Cotonou:: Yayi Boni::


Les effets de la mondialisation se précisent, l’intégration régionale devient de plus en plus un impératif et les conséquences de la crise économique et financière s’annoncent très destructrices. Aujourd’hui, certains pays en développement s’adaptent et se lancent dans de profondes réformes. Mais les dirigeants béninois confrontés à une crise sociopolitique semblent être distraits. Analyse………..



«L’accélération des réformes dans l’économie béninoise est le gage d’un regain d’intérêts des investisseurs privés et étrangers chez nous». Ainsi s’est exprimé le président Boni Yayi lors de sa dernière sortie au Quatar Search Quatar en début de ce mois. Mais cette pensée du président béninois peine à se concrétiser depuis son arrivée en Avril 2006. Alors que dans leur bilan d’activités, les ministères du commerce et de l’industrie ont souligné que le Bénin marque le pas dans la mise en œuvre des réformes. Il s’agit entre autres de la finalisation de la validation de la zone franche industrielle de Sèmè, la simplification des formalités liées à l’exportation, la simplification de la procédure et la réduction de la durée d’agrément des entreprises industrielles qui sont les retards qui rendent peu attractif le climat des investissements au Bénin. C’est une évidence qu’on enregistre déjà la concrétisation de certains grands projets. Effectivement on peut noter entre autres, la construction des infrastructures routières capitales dans le transport des productions, l’implantation d’un nouvel opérateur téléphonique Gsm, l’extension de la superficie du Port Search Port et la construction de nouveaux terminaux, la pénible réforme du foncier. Mais, il n’en demeure pas moins à consentir par l’Etat béninois pour s’adapter aux normes internationales d’investissements. On ne peut donc nier, il est vrai, la volonté des dirigeants actuels même si on doit noter beaucoup de shows médiatiques dans leurs actions. La grande messe organisée autour de la construction de la cimenterie de Massè Search Massè (a Est de Cotonou) en est un exemple palpable. Mais il est un fait incontestable. Nous évoluons aujourd’hui dans un monde globalisé où les marchés locaux ainsi que les économies nationales sont arrimés au marché international fortement dominé par les économies développées. Désormais, tout acte de mal gouvernance ou retard dans les réformes ne peuvent manquer de foudroyantes conséquences sur la performance et la résistance d’un Etat dans cette compétition internationale. Et naturellement, le Bénin n’en sera pas épargné. Le tissu industriel risque de craquer face à l’ouverture des frontières. Les frontières nationales continuent de s’ouvrir, même si la crise économique semble apporter une dose de protectionnisme. Mieux, en Afrique de l’ouest, malgré la réticence de certains pays à mettre fin au système de traitement préférentiel dans les cadres des accords Acp/ Ue, la Côte-d’Ivoire l’a fait. Inévitablement, les autres pays suivront également le mouvement pour se conformer aux normes du commerce international de l’Organisation mondiale du commerce (Omc). Et les frontières de nos économies moribondes seront franchies par les multinationales des grandes puissances, cette fois-ci, avec la réduction des barrières tarifaires et douanières.



La solution, l’accélération des réformes



La compétitivité de nos industries mal portantes sera alors mise à rude épreuve. Au plan communautaire, pour contrer les effets dévastateurs de la mondialisation, les pays ouest-africains seront obligés d’harmoniser certaines de leurs institutions économiques et même politiques. Et pour tenir dans ces relations multilatérales qui s’imposent de plus en plus, chaque Etat doit accélérer ses réformes. Car un tissu industriel très faible craquera à coup sûr face à une politique économique internationale axée sur l’ouverture des frontières. Il est donc une urgence que le Bénin s’adapte afin de redresser et consolider son tissu industriel et attirer les investisseurs étrangers pour trouver des réponses efficaces face à la crise économique et alimentaire que connaît le monde et de compter parmi les pays économiquement dynamiques. La solution, l’accélération des réformes. Aujourd’hui, il ne s’agit plus de se réclamer du groupe tiers-mondiste qui n’existe du reste plus. L’essentiel désormais, est donc de se mettre dans les wagons du train capitaliste décrié, il est vrai, depuis quelques mois. Ainsi, le Bénin pourrait profiter d’une entrée massive de capitaux privés dont il manque pour amorcer son développement. En effet, seuls les pays dynamiques et très attractifs bénéficient de ces investissements privés. On note la présence des Chinois en Ouganda qui leur a concédé de larges domaines pour leurs investissements en agriculture. Des groupes comme le britannique Lonrho et groupe le chiquita envisagent de louer des terres à Luanda et d’y exporter de produits agricoles. Ce sont des solutions assez réalistes pour juguler la crise alimentaire et lancer aussi dans ces pays la production agricole, vecteur de croissance économique. Mais, quand on se réfère au rapport du National council intelligence, une agence américaine de réflexion (dont quelques bribes ont été publiées dans le N° 2499 de Jeune Afrique), on doit s’inquiéter. Car, selon ses prévisions, l’Afrique Subsaharienne n’a que de faibles chances de voir l’enrichissement de certains de ses Etats profiter à la population et contribuer à son progrès. Il souligne, par ailleurs, que la corruption des gouvernements et le sous équipement politique conjugueront leurs efforts pour contrecarrer le progrès. Alors, peut être que la conjoncture économique internationale, les atermoiements des politiques et le temps jouent aussi déjà contre le Bénin, pays pauvre très endetté.
 
 
3265 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 26/02/2009
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login