Logo Koaci
 
 
 
BÉNIN : Le DG Trésor limogé pour avoir décaissé 12.500.000.000 à Patrice Talon
 
Patrice Talon, Pdg de la société Bénin control S.A

BÉNIN - COTONOU LE 12 AVRIL 2012 © koaci.com - Le Directeur général du Trésor et de la comptabilité publique, Alexis Bonaventure Houéha Search Alexis Bonaventure Houéha vient de subir le même sort que la Ministre de l’Economie et des finances, Adidjatou Mathys. Il a été relevé de ses fonctions 48 heures après celle-ci...

Après Adidjatou Mathys Search Adidjatou Mathys qui a perdu son poste de ministre de l’Economie et des finances, c’est au tour de Alexis Bonaventure Houéha Search Alexis Bonaventure Houéha de se voir retirer ses attributions de Directeur général du Trésor et de la comptabilité publique par le président de la République. L’un après l’autre, ils ont été relevés de leurs fonctions par le chef de l’Etat Yayi Boni. Si le limogeage de Adidjatou Mathys Search Adidjatou Mathys est encore au cœur des débats, celui de Alexis Bonaventure Houéha Search Alexis Bonaventure Houéha n’en est pas moins depuis hier. Il apparaît même comme le 2ème épisode d’un feuilleton qui promet des rebondissements et qui est loin de livrer à l’opinion ses secrets. A la face du monde, le chef de l’Etat montre qu’en tapant si fort, son objectif est de clarifier une situation, d’autant plus que le limogeage du Directeur général du Trésor a été justifié selon le Conseil des Ministres par de deux décaissements non autorisés. D’abord celui de 12 milliards de Fcfa au profit de l’Association interprofessionnelle du Coton (Aic), institution qui regroupe, les producteurs et les égreneurs de l’or blanc de même que les importateurs et les distributeurs d’intrants agricoles. Ensuite, celui de 05 milliards Fcfa pour le compte de la Société nationale de promotion agricole (Sonapra). Ces différents décaissements ne seraient pas connus du chef de l’Etat. A en croire le relevé du Conseil des ministres, c’est une décision qui a été prise en complicité avec l’ancien Argentier Adidjatou Mathys. Et ce n’est que des mois après que Yayi Boni vient de s’en rendre compte. Du déjà entendu. N’empêche qu’on se demande si cela est possible ? C’est très étonnant d’ailleurs. Il faudra aller interroger les archives du gouvernement afin d’en ressortir les relevés de tous les conseils des ministres pour comprendre le jeu de l’Exécutif. Il existe bel et bien un relevé du Conseil des ministres qui autorise de tels décaissements. On y reviendra en détail. Mais alors, où est le problème ? Certainement au sein de la chaîne de commandement au sommet de l’Etat. Cette nouvelle affaire rappelle bien d’autres similaires où le chef de l’Etat déclarait ne rien savoir sur des dossiers qui ont défrayé la chronique et dans lesquels des ministres et des cadres de l’administration publique ont payé cher et injustement pour leur poste. Ça devient presque une habitude. Le cas de Alexis Bonaventure Houéha Search Alexis Bonaventure Houéha est un exemple patent illustratif de cette habitude de l’Exécutif qui dit et se dédit. Directeur général du Trésor, il est impensable qu’il puisse se donner des prérogatives de se porter garant de tels décaissements à un moment où les caisses de l’Etat sont au rouge. Entre la ministre de l’Economie et des finances Adidjatou Mathys Search Adidjatou Mathys et le directeur général du Trésor et de la comptabilité publique Alexis Bonaventure Houéha, il y a eu des rapports de hiérarchie. Le second a travaillé sous la tutelle de la première. S’il reçoit l’ordre de sa tutelle de décaisser dans les règles de l’art, pourquoi lui reprocher d’avoir exécuté les ordres de sa patronne. A y voir de près, il y a un faisceau d’éléments qui établissent que Alexis Bonaventure Houéha Search Alexis Bonaventure Houéha n’est qu’un bouc-émissaire et que la principale cible visée dans cette série de limogeages est ailleurs. La chronologie des décisions en l’espace de 48 heures, à commencer par le remplacement du ministre de l’Economie et des finances au changement intervenu à la tête du trésor Search trésor public en passant par la révision du contrat de Bénin control et l’annonce de la mise sur pied d’un comité international pour mieux comprendre le niveau de production du coton, conduit à croire que l’on se retrouve face à un dossier qui prend des détours pour aboutir à un objectif.

Sékodo, KOACI.COM COTONOU, copyright © koaci.com
 
 
8522 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 12/04/2012
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login