Logo Koaci
 
 
 
Burkina Faso: Affaire Sankara, Kafando balance Dienderé et annonce la reprise du processus électoral «d'ici un mois»
 
Michel Kafando, lors de son adresse devant l'assemblée des Nations unies (Ph)

© Koaci.com – Lundi 05 Octobre 2015-Le président de la transition burkinabè Michel Kafando, a annoncé la reprise du processus électoral, stoppé par le putsch avorté de l’ex-régiment de sécurité présidentielle (RSP), ‘’d’ici un mois’’.

‘’ Nous allons les organiser dans les (élections couplées, ndlr) meilleurs délais, mais il nous faut quand même régler des problèmes qui sont là, réels’’, a déclaré M. Kafando en séjour à New York en marge de sa participation à la 70e session de l’Organisation des Nations unies.

‘’Pour le chronogramme, je pense que si nous arrivons avec les parties signataires (de la charte des élections, ndlr) à nous entendre, nous pourrons démarrer les choses. Mais je ne peux pas vous dire quand parce que c’est trop tôt’’, a-t-il expliqué.

Toutefois, a-t-il poursuivi ‘’La Nation est traumatisée et il y a des choses qu’il faut faire avant d’aller aux élections’’, ajoutant que ‘’nous allons procéder à l’inhumation de ces jeunes qui sont morts (pendant le putsch). Après cela, nous aurons une cérémonie d’hommage pour ces jeunes’’.

Egalement préoccupé, par la nouvelle date des élections, le parti du candidat Zéphirin Dianbré, l’Union pour le progrès et le changement (UPC), lors d’une réunion de son secrétariat exécutif national a rejeté l’idée d’une prolongation de la transition.

‘’Nous sommes contre toute idée de prolongation de la Transition. C’est une question qu’on ne doit même pas poser’’, a déclaré le secrétaire général national de l’UPC, Adama Sosso, estimant qu’il faut vite mettre un terme à la transition entamée depuis la chute de Blaise Compaoré, chassé par la rue en octobre 2014.

‘’J’ai dit aux gens qu’il n’y a pas de problème pour nous en ce qui concerne la tenue des élections. Nous avons suffisamment démontré notre bonne foi à organiser les élections, puisque le coup d’Etat est intervenu à l’avant-veille de la campagne électorale’’, a assuré le président Kafando.

Du reste, a-t-il soutenu, ‘’On allait commencer la campagne et on serait rentré dans le cycle opérationnel’’ n’eut été la survenue du coup de force de l’ex garde prétorienne de Compaoré.

Par ailleurs, dans le cadre de ces élections, une Mission d’observation électorale de l’Union européenne, conduite par Cécile Kashetu KYENGE, séjournera à compter de ce lundi pour ‘’observer et d’analyser l’ensemble du processus électoral afin d’en réaliser une évaluation détaillée, impartiale et objective’’.

La Mission opère en toute indépendance, de manière neutre. Son mandat est d’observer et d’analyser l’ensemble du processus électoral afin d’en réaliser une évaluation détaillée, impartiale et objective. Cette analyse fait référence non seulement à la législation nationale mais aussi aux normes et obligations nationales et internationales souscrites par le Burkina Faso en matière d’élections démocratiques

Les élections couplées étaient initialement prévues le 11 octobre avant que le processus ne soit interrompu par un coup d’Etat avorté, perpétré par le général Gilbert Diendéré.

Evoquant le sort des putschistes, le président Kafando a indiqué qu’ils passeront devant la justice.

‘’Nous avons créé une commission d’enquête pour savoir quels sont ceux qui ont été liés à ce coup d’Etat parce que c’est certain qu’il y a des composantes civiles. (…), il ne faut pas brusquer les choses ni faire la chasse aux sorcières. C’est pour cela que la commission a été installée. Nous allons, avec les moyens qu’il faut, essayer de mener une enquête pour voir seulement ceux qui ont fait véritablement partie de ce coup d’Etat. D’ici à un mois, parce que la commission a un délai d’un mois, nous verrons plus clair. Après quoi, la démarche de la justice commencera, a-t-il indiqué.

Pour finir, sur l'affaire Sankara, Michel Kanfando a indiqué que la procédure se poursuivait et jeté en pâture le général putschiste. « La procédure se poursuit. Elle sera certainement d’autant plus intéressante maintenant que tout le monde sait que le Général Diendéré a participé à l’aventure qui a couté la vie au président Sankara. Donc peut-être que nous aurons aussi de ce côté des données qui vont nous permettre de boucler le dossier Sankara.  Nous sommes déterminés et nous continuons dans ce sens », a conclu le président de la transition.

Boa, Ouagadougou
 
 
30498 Visit(s)    1 Comment(s)   Add : 05/10/2015
  11 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions Catapilar
 
Pauvre Diendéré. Tu as compliqué ton cas. Yako.
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login