Logo Koaci
 
 
 
Burkina Faso: Les armes de l'ex-régiment putschiste exposées en guise de fin du désarmement
 
Une vue de l'armement de l'ex-RSP exposé à la place de la Nation (Ph)

Click to enlarge
Burkina Faso: Les armes de l'ex-régiment putschiste exposées en guise de fin du désarmement
© Koaci.com – Mardi 06 Octobre 2015- Les forces armées nationales ont organisé mardi à Ouagadougou une exposition des armes saisies au camp Naaba Koom 2, marquant la fin du processus de désarmement de l’ex Régiment de sécurité présidentielle (RSP), auteur du putsch du 17 septembre et dont le refus de désarmer avait conduit à un assaut sur leur caserne par les troupes loyalistes.

Cette cérémonie, tenue sur la place de la Révolution, symbole de la lutte qui a abouti à la chute de Blaise Compaoré et de la résistance menée contre le putsch du général Gilbert Diendéré, avait pour but de faire constater l'effectivité du processus de désarmement des militaires de l'ex-RSP.

A cette occasion, le premier ministre le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida, ex-numéro 2 de cette ancienne unité d'élite, a indiqué aux chefs d'état-major de la Cedeao, venus superviser le processus de désarmement, que «depuis sa création, le RSP Search RSP a été utilisé par le régime du président Compaoré pour freiner les aspirations légitimes du peuple burkinabè à une vie démocratique réelle’’.

Selon lui, ce régiment ‘’au lieu de contribuer à la protection des populations, ce corps (était) devenu une menace permanente contre la marche radieuse du peuple burkinabè et un instrument pour imposer la volonté d’un groupuscule’’.

Aussi, s’est –il réjouit démantèlement ce corps dont il est pourtant issu, soulignant qu’une ‘’ page douloureuse de notre histoire se tourne et dont les enseignements seront tirés par tous afin d’éviter à notre peuple une telle tragédie à l’avenir’’.

Les habitants de Ouagadougou, sortis nombreux ont pu contempler un infime échantillon de l’arsenal militaire de l’Ex-RSP, composé essentiellement d’armes de poing, d’épaules, d’armes collectives légères/lourdes, d’armes antichar et d’armes à tir courbes…

Dissous par un décret présidentiel après son coup d’Etat manqué, le Régiment de sécurité présidentielle était composé de 1.300 soldats.

Plus de 900 soldats de cette unité d’élite ont été recensés dans les différentes casernes de cantonnement et ont ensuite été réparti dans les différentes régions militaires du pays
Le général Gilbert Diendéré, ancien chef d’Etat-major de Blaise Compaoré, ainsi qu’une quinzaine d’officiers militaires et cinq civils soupçonnés d’être impliqués dans le coup d’Etat manqué du 16 septembre dernier, ont été mis aux arrêts et gardés à la gendarmerie nationale.

 
 
Boa, Ouagadougou
 
 
23017 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 06/10/2015
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login