Logo Koaci
 
 
 
Burkina Faso: Dienderé et ses putschistes refusent de désarmer
 
Gilbert Diendéré

© Koaci.com-Lundi 28 septembre 2015- L’armée dénonce lundi une impasse dans le processus de désarmement du régiment putschiste de sécurité présidentielle (Rsp) pourtant officiellement dissout vendredi.

A travers un  communiqué de l’état-major des armées signé du général Pingrenoma Zagré transmis à KOACI, ce dernier dénonce une « impasse » dans le processus engagé depuis le retour à l'ordre constitutionnel et l'échec du coup d'Etat.

"En dépit des efforts déployés par les communautés internationale, régionale et sous-régionale, ainsi que les autorités religieuses et coutumières, le processus de désarmement né de l’accord entre l’armée loyaliste et les putschistes et décidé par la Conférence des Chefs d’Etat de la CEDEAO tenue le 22 septembre 2015, se trouve dans une impasse depuis le dimanche 27 septembre 2015 marquée par :

– Le refus des militaires de l’ex Régiment de sécurité présidentielle de poursuivre le désarmement en créant des incidents et en agressant le personnel chargé de cette mission ;

– Le comportement ambigu du Général Diendéré Gilbert." relève ton du communiqué.

L'Etat-major général des armées en appelle également à la vigilance de la population.

"Les FAN voudraient-elles appeler l’attention des vaillantes populations du Burkina et particulièrement celles de la ville de Ouagadougou et environnants de rester vigilantes, de signaler aux Forces de défense et de sécurité tout comportement suspect qu’elles viendraient à constater et de se tenir prêtes à appliquer les mesures de sécurité qui pourraient être données incessamment." poursuit le communiqué.

Pour conclure l'armée réaffirme sa "ferme volonté à faire respecter les dispositions prises par les autorités politiques et prennent à témoin l’opinion nationale et internationale de cette situation d’impasse".

Les putschistes résistent à leur désarmement

Dès le lendemain de sa dissolution par un décret présidentiel, la tension était  montée d'un cran à la caserne du désormais ex- régiment de sécurité présidentielle (RSP) qui exige des garanties avant leur désarmement.

Les ex putschistes qui réclameraient des garanties dont leur sécurité et celle de leurs familles, ont toutefois laissé emporter les armes qu'ils avaient eux mêmes récupérer dans les autres casernes à la suite des mutineries de 2011.

Selon des sources militaires, ce lot d'armes récupérés et entreposer au Camp Guillaume Ouedraogo, ne constitue que le dixième de l'arsenal militaire détenu par le régiment putschiste.

Des discussions ont à nouveau été entreprise pour baisser la tension, l'État major menaçant de faire appelle aux unités encore stationnées à 50km de la ville.

Depuis la fin du putsch, le général Gilbert DIENDERE se trouve, avec ses hommes au camp Naaba Koom", la caserne du régiment de sécurité présidentielle, située derrière le palais de kossyam.

Vendredi, le procureur du Faso a annoncé le gel des avoirs de 14 personnes présumées impliquées dans le putsch, dont le général DIENDERE et son épouse, le président de l'ex parti présidentiel Eddie Komboigo et du général Djibrill Bassole.

L'Appel du Mogho Naaba

L’empereur des Mossé a livré lundi un message à l’intention de l’ensemble du peuple burkinabè et lu par le Poé Naba, un de ses ministres.
...
"Vu la situation que traverse notre chère patrie, le Burkina Faso, Sa Majesté le Mogho Naba Baongo, lance cet appel.

Au président de la transition, président du Faso, son Excellence Michel Kafando

 De faire violence sur lui-même, d’être plus tolérant, plus compréhensif, plus humble, plus rassembleur car il est le président de tous. Dieu puisse l’éclairer davantage pour plus de prise de décisions dans le bon sens.

A la classe politique,

 De plus de responsabilité, de ne voir que la paix du pays, l’intérêt général de la population et de tout faire pour sauvegarder l’image tant enviée par l’extérieur depuis la nuit des temps.

 A la société civile,

 De faire preuve de discernement pour la paix, le développement de la nation, le bonheur et le bien-être de tous.

 Aux syndicats,

 Qui œuvrent pour mieux être du travailleur, la prospérité du pays, à faire sortir le pays de la misère, du marasme économique, à eux, nous demandons à ce qu’ils facilitent le travail du gouvernement.

 A la population,

 De toujours conserver jalousement, sa réputation d’hommes intègres, respectueux, tolérants, d’hommes de pardon pour sauver ce que nos ancêtres nous ont légué.

 A l’armée,

 Qu’elle soit une armée républicaine, unifiée, devenir elle-même comme au temps passé où elle protégeait la population tout entière, défendait l’intégrité du territoire. Que l’armée reprenne son travail, l’armée dans les casernes.

 Aux coutumiers et religieux,

 De ne cesser d’invoquer le Dieu Tout-puissant, et les mânes de nos ancêtres, de ramener la paix dans tout le pays, de protéger et de bénir le Burkina Faso.
Soyons à la hauteur de nos responsabilités historiques.
Que la terre libre du Burkina Faso soit légère pour tous nos devanciers.

 Dieu nous donne une bonne saison pluvieuse et beaucoup de santé."

Sa Majesté le Mogho Naba Baongo

Boa, Ouagadougou
 
 
28708 Visit(s)    3 Comment(s)   Add : 28/09/2015
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions moussal
 
Attention, des concessions à faire par tout le monde.
 
 
 
See his contributions Catapilar
 
Pauvre Diendéré, tu feras mieux d'être humble et de lâcher prise. Sinon, ce qui arrive a Hissen Habré t'arrivera bientôt. Tu n'es pas le plus fort et le plus intelligent de tous les Burkinabe.
 
 
 
See his contributions Voodoo
 
Tôt ou tard, de gré ou de force ils seront désarmés.
 
 
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login