Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Burkina Faso: Un mouvement d'humeur des gardes pénitenciers limite le fonctionnement judiciaire
 
Abdoul Rahmane Thiombiano - 

©koaci.com - Mercredi 7 novembre 2018 - Sur appel du Syndicat national de la garde de sécurité pénitentiaire (Synagsp), les gardes pénitenciers Rechercher gardes pénitenciers observent depuis le 22 octobre une grève pour l'amélioration de leurs conditions de vie et de travail, limitant le fonctionnement Rechercher fonctionnement dans les prisons et les tribunaux.

Cliquez pour Agrandir
Burkina Faso: Un mouvement d'humeur des gardes pénitenciers limite le fonctionnement judiciaire
En effet, depuis le début du mouvement Rechercher mouvement d'humeur, les services des agents de la garde pénitentiaire dans les sont limités, notamment l'extraction des détenus vers les tribunaux, et l'exécution des décisions de justice.

Les gardes ont également désarmés et relevés des collègues qui assuraient la sécurité au domicile du ministre de la Justice et Garde des sceaux.

La Direction Générale de la Garde de Sécurité Pénitentiaire (DGGSP) dit "observer avec beaucoup de regret les actions du SYNAGSP qui paralysent les juridictions et les établissements pénitentiaires du Burkina Faso, violant ainsi les droits constitutionnels des personnes détenues de se faire entendre par le juge".

Elle dit Elle "condamner avec la plus grande fermeté la violation de domicile et le désarmement de la garde du ministre de la justice par des émissaires du SYNAGSP. L’administration pénitentiaire en appelle à la conscience des manifestants".

"Il est loisible de constater qu’à la faveur de l’action engagée par le SYNAGSP, quelques débordements et pas des moindres ont été enregistrés çà et là. De telles inconduites sont à regretter et la surenchère médiatique qu’elles occasionnent, mérite que certaines vérités soient connues", a réagi dans un communiqué la Division de la communication et des Relations Publiques de la Direction générale de la GSP

Si les agents dénoncent également un manque de matériels pour l'exécution de leurs missions quotidiennes, l'administration estime qu'"il n'en est rien".

"Si, effectivement au regard des enjeux sécuritaires, la situation n’est pas celle idéale, il convient de relever que l’administration a pris des mesures pour doter progressivement les services pénitentiaires en équipements spécifiques", souligne le communiqué, soulignant qu' au titre de l’année 2018, le gouvernement a alloué un budget de 800 000 000 de francs CFA pour l’acquisition de matériel spécifique au profit de l’administration pénitentiaire.

Pour un retour à la normale, " le fil du dialogue doit être renoué si l’on veut très vite sortir de cette mauvaise passe" a souhaité la direction, qui rassure que des dispositions sont en train d’être prises pour pallier cette situation profondément regrettable et ramener la sérénité dans les rangs.

Boa, Ouagadougou
 
 
1486 Visite(s)    0 Commentaire(s)   Ajouter le : 07/11/2018
  1 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Commentaires
Pour commenter ce contenu veuillez vous connecter
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Restez connecté via notre newsletter
 
S’abonner
Se désabonner
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connexion    |
      | Inscrivez vous !
 
 
 
Deja inscrit !
Se connecter