Logo Koaci
 
 
 
Burkina Faso: Procès du putsch manqué, le sergent-chef Ali Sanou nie les faits
 
© koaci.com - Mercredi 18 Juillet 2018 - Le sergent chef Ali Sanou, chef d’équipe lors du putsch manqué Search putsch manqué de septembre 2015 ne reconnaît pas les charges retenues contre lui, expliquant avoir seulement donné un coup de cordellete à une personne âgée.

Installez l'appli KOACI sur votre smartphone et recevez gratuitement les alertes en temps réel cliquez ici pour Android et ici pour Apple

Déjà condamné à 17 ans dans l’affaire de l’attaque de la poudrière de Yimdi, le sergent-chef Search sergent-chef Ali Sanou est poursuivi dans le cadre du putsch manqué Search putsch manqué complicité d’attentat à la sureté de l’État, meurtre, coups et blessures volontaires, dégradation volontaire aggravée des biens, incitation à commettre des actes contraires au règlement.

Selon lui, c’est autour de 17h qu’il a été appelé par son chef et s’est donc rendu au palais présidentiel.

Arrivé, il lui a été demandé de désarmer les gardes des membres du gouvernement qui attendaient dans un parking de la présidence.

Des équipes ont ensuite été composées par l’adjudantchef major Éloi Badiel pour maintenir l’ordre dans la ville.

Selon le parquet, le présence du chef Ali et de son équipe a été recensé dans plusieurs lieux où des victimes ont été enregistrées, imputant ces victimes à sa patrouille.

Il a nié tous ces faits, assurant qu’au membre de son équipe n’a tiré aucun coup de feu. Les populations s’enfuiyaient au vu de leur véhicule et de leur tenue, sans qu’ils aient besoin de faire usage de leurs armes de maintien d’ordre, a-t-il expliqué.

Cependant, il a reconnu avoir tiré un coup en l’air avec une arme inoffensive mais qui produit une grand détonation pour disperser un attroupement devant l’hôtel Laico où devaient se réunir les médiateurs de la crise.

Lors d’une autre patrouille, il a involontairement donné un coup de cordelle à un vieux à qui il a présenté ses excuses, a-t-il ajouté.

Selon le parquet, c’est pourtant son équipe qui a détruit à la roquette le studio Abazon de l’artiste Smockey et vendalise la station radio de Zorgho.

Le soldat de deuxième classe Seidou Soulama, présenté comme celui ayant tiré la roquette a aussi nié les faits.

« Je n’ai tiré aucun coup de roquette RPG ni une autre arme », a-t-il expliqué, précisant que cela est vérifiable car après le désarmement il a rendu son « arme avec toutes les munitions et chargeurs garnis au complet sans une balle manquante ».

Le procès se poursuit ce mercredi matin avec l’interrogatoire de ce soldat qui purge déjà une peine de 10 ans pour l’attaque de la poudrière de Yimdi.

Boa, Ouagadougou
 
 
9168 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 18/07/2018
  2 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login