Logo Koaci
 
 
 
Cameroun: 26 ans après sa mort, le rapatriement des restes d'Ahidjo fait encore l'objet d'une polémique
 
Ahmadou Ahidjo

© Koaci.com- Lundi 30 Novembre 2015- Le 30 novembre 1989, -après plusieurs années de maladie, -, meurt à Dakar au Sénégal, Ahmadou Babatoura Ahidjo, le premier président de la République du Cameroun.

Le 30 novembre 2015, 26 ans après sa mort, les restes du premier président de la République du Cameroun sont toujours « indésirables » par Yaoundé.

Mohamadou Badjika Ahidjo, fils aîné de l’ancien président, élu député de l’Undp, un parti de l’opposition-, s’est rapproché des cercles du pouvoir, grâce à l’alliance entre l’Undp dont il est cadre militant et le Rdpc Search Rdpc au pouvoir, il a été nommé par décret présidentiel, ambassadeur itinérant à la présidence de la République.

Aminatou Ahidjo, la fille cadette de l’ancien président, a défrayé la chronique en 2013, lors du double scrutin (municipal et législatif), en s’affichant avec la tenue du Rdpc Search Rdpc au pouvoir, le parti de Paul Biya, « l’ennemi » juré de son père. Elle avait appelé à voter pour les candidats du Rdpc Search Rdpc dans la région du Nord, d’où est originaire sa famille

Un « parricide », doublé d’une « traitrise », selon certains médias et une bonne frange de l’opinion et de l’opposition, un geste de « bon sens » pour le pouvoir.

"Ni Ange, ni démon"

Si pour ses partisans et de nombreux camerounais, Ahmadou Ahidjo Search Ahmadou Ahidjo était un « ange », pour les dirigeants actuels et ses proches, l’ancien numéro un camerounais, reste un « démon », au regard estiment ceux-ci, de son implication au coup d’Etat manqué dans la nuit 05 au 06 avril 1984. Condamné par contumace, Ahidjo avait pris le chemin de l’exil, puis est mort au Sénégal. Depuis lors, la polémique sur le rapatriement de ses restes, continue d’agiter le landerneau politique.

Pour Issa Tchiroma Bakary le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, le rapatriement des restes de l’ancien président est un sujet d’ordre familial, «c’est en 1991 que le président de la République, Monsieur Paul Biya, a promulgué une loi d’amnistie de portée générale et inconditionnelle et a gracié tous les héros nationaux de notre pays, ceux-là qui, à un moment donné ou à un autre de notre histoire, ont donné de leur sang, ont donné de leur vie, pour que nous accédions à l’indépendance», avait-il fait valoir au cours d’un entretien avec la presse.

Germaine Ahidjo, la veuve de l’ancien président depuis Dakar où est enterré son époux, exige des obsèques officielles et une « réhabilitation » de son illustre mari. Cette position, indiquait le gouvernement, n’était pas une « préoccupation ».

Le gouvernement camerounais estime que la loi d’amnistie promulguée par le chef de l’Etat, concerne aussi l’ancien président.

Armand Ougock, Yaoundé

KOACI.COM est à Yaoundé ! Une info? Appelez la rédaction camerounaise de koaci.com au + 237 691 15 42 77 – ou cameroun@koaci.com
 
 
9760 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 30/11/2015
  1 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login