Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Cameroun : La corruption recule de 3%, le pays réalise des économies d'environ 375,148 milliards FCFA
 
© koaci.com – Samedi 29 décembre 2018 – Selon le 8e rapport de la Commission nationale Anti-corruption (Conac, organe en charge de la lutte contre la corruption), présenté ce vendredi, la corruption a reculé de 3% au Cameroun.

Dans le même temps, le pays a réalisé des économies de l'ordre de 375,148 milliards FCFA.

Selon les données du rapport, le taux moyen d'exécution des plans d'actions régionaux de la lutte contre la corruption est passé de 31,95% en 2016 à 33,31 en 2017, soit une amélioration de 6,01%.

Le taux de dénonciations est passé de 164 en 2008 à 3268 en 2015.

À ce jour,, la Conac a enregistré plus de 30 mille dénonciations.

En 2017, la Conac a enregistré 3982 cas de dénonciations.

Pour la seule Agence d'investigation financière (Anif), 164 déclarations de soupçon d'escroquerie, de suspicion de financement du terrorisme et diverses autres fraudes suspectes ont été enregistrées, soit un flux de 255,201 milliards FCFA.

Résistance

Si au plan politique, la non application de l'article 66 par les gestionnaires de la chose publique est un autre frein à l'éradication de la corruption, d'autres administrations constituent les poches de résistance où la corruption persiste.
Parmi celles-ci, figurent le ministère des marchés publics (Mimarp, administration la plus corrompue avec un indice de perception de la corruption le plus élevé soit 7,7/10).

Il est suivi du ministère des Finances où la corruption sévit dans les services centraux, la douane, les impôts, les postes de péage et de pesage routiers, la police, notamment dans les aéroports et sur la voie publique, la gendarmerie nationale, la justice et les collectivités territoriales décentralisées.

Même la Conac n'est pas épargnée elle a enregistre une note de 0,5 en 2017.

Le premier ministère est l'administration la moins corrompue du Cameroun avec une note nulle.

Depuis sa création en 2006, la Conac qui a déjà auditionné au moins 508 personnes impliquées ou soupçonnées de pratique illicites a permis à l'État d'éviter des distractions de plus de 500 milliards FCFA.

Armand Ougock, Yaoundé

-Joindre la rédaction camerounaise de koaci.com à Yaoundé: (+237) 691 15 42 77 ou cameroon@koaci.com –
 
 
5493 Visit(s)    1 Comment(s)   Add : 29/12/2018
  2 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions SRIKA BLAH
 
BRAVO !.. tout a un debut. espérons que cette action contre la corruption se poursuivra. L'Afrique "se meurt" á cause de ses dirigeants politiciens qui dirigent leurs pays comme au temps de nos Rois indigènes.
 
 
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login