Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Cameroun: Enlèvements avec demandes de rançons, les séparatistes anglophones sont-ils des terroristes ?
 
Vue du braquage

© koaci.com- Lundi 19 Mars 2018- Le nouveau mode opératoire des sécessionnistes anglophones, -kidnappings et demandes de rançons-, suscite une vague d’interrogations au sein de l’opinion camerounaise.

En effet, après le kidnapping samedi dernier, d’Ivo Leke Tambo, le président du conseil d’administration du GCE Board,- l’office des examens anglophones du Cameroun-, et de plusieurs dizaines de personnes, les sécessionnistes ont exigé, une rançon de 100 millions FCFA, contre la libération des otages.

L’enlèvement de l’ancien membre du gouvernement et des dizaines de personnes dont des étudiants qui se rendaient à une réunion du parti au pouvoir, s’est déroulé à Alou, dans le Lebialem.

Lire aussi : http://koaci.com/cameroun-secessionnistes-armes-kidnappent-voyageurs-demandent-rancons-118275.html

Zachary Cheikoh, le préfet du Lebialem, un des 6 départements du Sud-ouest, a relayé l’exigence des sécessionnistes, qui ont revendiqué l’enlèvement. Ceux-ci réclament 100 millions FCFA pour libérer leurs otages.

S’il s’agit d’une première, dans les exigences formulées par les leaders anglophones du Southern Cameroons National Council (Scnc), la demande de rançon rappelle le mode opératoire de Boko Haram et de nombreux groupes criminels qui opèrent dans plusieurs régions du Cameroun, notamment dans les régions de l’Adamaoua, du Nord, de l’Extrême-nord et de l’Est.

Les sécessionnistes anglophones ont-ils fait tomber les masques ? Sont-ils des terroristes qui profitent de la crise dite anglophone pour doper leurs comptes en banque ?

La revendication pécuniaire fait perdre la côte aux sécessionnistes, lâchés par les populations, qui ont désormais choisi de ne plus suivre les mots d’ordre de grève et les multiples appels aux villes mortes.

Ces agissements anéantissent l’ambition de création de l’Etat d’Ambazonie.

Conscients de l’effritement de leur popularité, dans des régions qui leur étaient acquises, les sécessionnistes camerounais, procèdent désormais par des actes de désespoirs : Kidnappings, incendies des bâtiments publics, assassinats, viols et pillages.

Exactement comme Boko Haram qui est militairement affaiblie et ne peut plus s’opposer frontalement à l’armée.

Armand Ougock, Yaoundé

-Pour toute information, joindre la rédaction camerounaise de KOACI au 237 691 15 42 77- cameroun@koaci.com -
 
 
5877 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 19/03/2018
  3 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login