Logo Koaci
 
 
 
Cameroun: Revendications anglophones, l'opposition et la société civile exigent à Biya un dialogue inclusif
 
Paul Biya (Ph)

© koaci.com- Jeudi 24 Novembre 2016- Il fallait s’y attendre ! Les partis politiques de l’opposition camerounaise, qui ne se sont pas regroupés au sein d’une coalition pour le faire,-comme c’est le cas dans d’autres pays-, viennent d’afficher une position commune sur les revendications anglophones.

A l’unanimité, les formations politiques, appellent le pouvoir de Yaoundé à ouvrir un dialogue avec leurs compatriotes anglophones et de cesser l’usage de la force.

C’est le cas du Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie (Manidem), qui appelle le gouvernement à, « ouvrir des discussions démocratiques avec toutes les parties prenantes pour parvenir à rétablir les bases d’une coexistence apaisée et juste entre toutes les communautés [k]amerunaises. »

Dans sa déclaration, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun de Maurice Kamto, a lancé un appel au pouvoir pour, « organiser un dialogue direct et franc visant à résoudre définitivement ce problème entre compatriotes, frères et sœurs, dans le respect du double héritage anglophone et francophone et l’unité du Cameroun ».

Même point de vue pour Christopher Fomunyoh du NDI. Le camerounais du NDI, s’est dit, « perturbé et préoccupé », par les revendications des anglophones.

Le directeur régional pour l’Afrique au National Institute for international affairs, a invité le chef de l’Etat, à s’adresser à la nation, « afin d’apaiser les esprits ». Il a aussi invité le chef de l’Etat, à prendre des mesures, « concrètes pour répondre, de façon juste, équitable et rapide, aux doléances exprimées. »

Même son de cloche du côté de l’Alliance des Forces progressistes (AFP), d’Alice Sadjo, du Cameroon People’s party (CPP) de Kah Wallah, du Social Democratic Front de John Fru. Tous condamnent les violences et appellent au dialogue.

Les partis politiques de l’opposition camerounaise, précisent, « ce n'est qu’au moyen d’un dialogue national où ensemble nous définirons des solutions où chaque Camerounais(e) est traité(e) et considéré (e) comme un(e) citoyen(e) de première classe, que nous allons bâtir une grande nation inclusive et diverse. »

Depuis Bruxelles en Belgique, les associations camerounaises de la diaspora combattantes, ont également invité, « les autorités camerounaises à s'abstenir de toute provocation et à ouvrir un espace de dialogue avec les manifestants. »

Le pouvoir n’a pas encore réagi. Toutefois, le chef de l’Etat a demandé à son ministre de la justice de lancer les Etats généraux de la justice, en réponse aux revendications des avocats anglophones.

Armand Ougock, Yaoundé

Votre Média panafricain KOACI.COM est à Yaoundé ! Une info? Appelez la rédaction camerounaise de Koaci.com, au + 237 691 15 42 77. Ou, cameroun@koaci.com.

 
 
6389 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 24/11/2016
  1 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login