Logo Koaci
 
 
 
Congo: Situation tendue, la police charge la foule au gaz lacrymogène et saccage le siège de l'Upads
 
© Koaci.com-Vendredi 25 Mars 2016- Les cinq candidats, signataires de la charte de l'opposition pour la victoire, devaient tenir une conférence de presse ce matin au siège de l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads) à Diata.

Le gouvernement a eu vent de l'activité et a envoyé sur place, une centaine de militaires, gendarmes et policiers, pour empêcher la conférence de presse qui devait se tenir, « visiblement à la recherche des Procès verbaux de la présidentielle, le BSIR a saccagé le siège de la CADD et le siège de l'UPADS à Brazzaville est encore encerclé par l'armée », rapportent nos sources sur place.

Le gouvernement, tente d’empêcher les délégués de l'opposition ayant travaillé dans la zone nord, de compiler les PV Search PV à Brazzaville, auprès de la Commission Technique Électorale de l'opposition, apprend-on.

Face à la détermination des populations de Diata, désireuses de participer à la conférence de presse de l'opposition, la police a tiré au gaz lacrymogènes les plus déterminés. La répression se poursuit encore au moment de cette publication. Le premier bilan fait état de plusieurs blessés graves, dont des femmes et des enfants.

Les cinq candidats cherchent un autre endroit à Brazzaville pour tenir la conférence de presse.

L’on annonce plusieurs arrestations, sous le regard du général Bouity, qui coordonne les exactions de ses éléments. Charles Zacharie Bowao, le coordonnateur de la plate forme de l’IDC-Frocad, qui voulait se rendre ce matin au siège de l'Upads, a été refoulé par la Garde républicaine.

Raymond Ebonga, le directeur de campagne adjoint d'André Okombi Salissa, dans la Likouala a été arrêté à son retour, à Oyo.

De son côté, François Hollande dont le parti avait demandé le report de la présidentielle, tarde à reconnaître la réélection contestée de Sassou Nguesso. Paris demande des explications au sujet des journalistes de l’AFP et de Le Monde, accrédités pour l’élection, molestés récemment au Congo, au sortir d’une interview avec le général Jean Michel Mokoko.

Visiblement, Le régime a décidé d’instaurer un climat de terreur au sein des populations. Dans ce contexte, la bataille de l’opposition face à un Sassou Nguesso, crédité de plus de 60% de suffrages, s’annonce difficile.

Koaci, Yaoundé

KOACI.COM est à Yaoundé ! Une info? Appelez la rédaction camerounaise de koaci.com au + 237 691 15 42 77 – ou cameroun@koaci.com
 
 
10840 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 25/03/2016
  4 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login