Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Côte d'Ivoire: Affaire Frat-mat, droit de réponse d'Abel Doualy
 
Droit de réponse au journal en ligne koaci.com
Monsieur le Directeur de publication de koaci.com,
Alors que je stationne mon véhicule dans le parking du journal ce mardi 12 décembre 2017, je suis accosté par un jeune travailleur qui me dit : «Papa il faut faire attention. On parle trop de toi». «On parle de moi en bien ou en mal ?», lui demandé-je. «On dit que tu as parlé du DG sur koaci.com. Et que tu connais le responsable de koaci.com». «Ah bon !», marqué-je ma surprise avant de préciser : «C’est hier à la conférence des rédactions que nous avons eu des échanges. Pas dans un journal. Ok, je vais voir l’article».
Dès mon arrivée dans mon bureau, ma première action a été de prendre mon ordinateur et de me rendre sur le site koaci.com où je découvre un article intitulé : «Abel Doualy à Venance Konan Search Venance Konan : Il faut arrêter de te prendre pour un super homme».
Monsieur le Directeur de publication et cher confère,
S’il m’est arrivé d’apprécier certains de vos articles aussi bien sur la situation à Fraternité Matin que sur d’autres sujets touchant à la vie des populations, je voudrais très sincèrement élever une vive protestation contre votre article paru le lundi 11 décembre 2017, relatif aux échanges que nous avons eus avec le Directeur général dans la matinée du même jour à la conférence des rédactions. Ma protestation porte aussi bien sur la forme que sur le fond de votre article.
1) La forme
La conférence des rédactions étant une réunion strictement interne aux journalistes des rédactions concernées, je ne saurais admettre que les échanges qui y ont lieu se retrouvent dans un autre journal sans en avoir préalablement eu l’autorisation des responsables du journal dont c’est la conférence des rédactions et des tenants des propos que vous rapportez. Moi je n’ai pas répondu aux propos du DG pour que ma réponse se retrouve dans un journal. Même pas dans Fraternité Matin, a fortiori un autre organe. C’est pourquoi je désapprouve cette manière de travailler étant donné que vous auriez dû m’interroger sur la véracité des propos qui me sont attribués avant de les mettre sur votre site. Et cela m’amène au second aspect de ma protestation qui est le fond de l’article.
2) Le fond de l’article
S’agissant du fond de votre article, je relève que des propos m’ont été attribués que je n’ai pas tenus à cette conférence des rédactions. En effet, après l’intervention du Directeur général, il a demandé si des gens voulaient prendre la parole à sa suite. Il y a eu un premier intervenant qui a demandé au DG de bien remuer le cocotier afin que tout ce qui doit tomber, tombe. Et que ceux qui vont rester soient réellement ceux qui le méritent. Après lui, j’ai levé la main pour dire ceci en substance : «Monsieur le DG, je voudrais déplorer le fait que vous transformiez la conférence des rédactions en tribune syndicale. Car ce sont les syndicats qui, lors de leur Assemblée générale, ont manifesté et vous ont accablé. Ces syndicats ont une autre Assemblée générale demain (le mardi, 12 décembre 2017). Pourquoi ne pas attendre cette tribune pour leur répondre ? En engageant le Débat à la conférence des rédactions, ceux qui vont vous répondre l’auront fait en tant que simples journalistes ou syndicalistes ?»
Après cette mise au point, j’ai dit au DG que personne n’a peur de partir de Fraternité Matin quand on sait qu’on peut partir et revenir être Directeur Général comme lui-même a eu à le faire à deux reprises au point d’être aujourd’hui celui qui menace les autres de licenciement.
Ensuite, je lui ai rappelé que dans le communiqué du Conseil des ministres, le gouvernement n’a pas dénoncé le travail des journalistes ni celui de ceux qu’il menace de licencier. Et que c’est sa gestion qui est mise en cause. C’est son refus de se remettre en cause et sa propension à toujours accuser les autres qui ont conduit cette entreprise à la ruine et à la gestion que le gouvernement a dénoncée. Moi je ne suis pas un leader syndical. Mais si je m’associe à l’action des syndicats, c’est parce que nous sommes tous dans le même panier. Cela fait 27 ans que je suis à Fraternité Matin. Je ne peux accepter que le DG nous traite de la sorte.
Je ne reconnais donc pas avoir dit : «Cela fait 27 ans que je suis à Fraternité Matin. Aucun Directeur général n’a géré l’entreprise aussi mal que toi». Je ne reconnais pas avoir dit non plus au DG : «Il faut arrêter de te prendre pour un super homme, un donneur de leçons alors que c’est toi qui as mis l’entreprise en faillite». Ce type de langage ne me ressemble pas. De sorte que tous ceux qui me connaissent se sont étonnés et m’ont appelé pour savoir ce qu’il en est.
Enfin, l’utilisation des pronoms personnels «Toi et Tu». Etant dans un cadre administratif, et vu la nature du débat qui n’était plus éditorial mais administratif, je ne pouvais que vouvoyer le DG tout comme lui aussi se devait de me vouvoyer. Ce sont les règles élémentaires de l’administration même si, entre journalistes, nous ne sommes pas toujours astreints à cela.
Je déplore que ceux qui vous ont rapporté le contenu de nos échanges m’aient attribué l’usage des pronoms personnels «Tu et Toi», qui n’étaient pas appropriés pour la circonstance.
Merci, Monsieur le Directeur de publication et cher confrère, de l’attention que vous voudrez bien accorder au présent droit de réponse.

Abel DOUALY
Ex-Directeur des rédactions adjoint
Ex-Responsable de la Formation
Grand Reporter

Fait à Abidjan, le 12 décembre 2017
 
 
15950 Visit(s)    1 Comment(s)   Add : 09/01/2018
  3 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions SRIKA BLAH
 
employer "tu" et "toi" á ton patron ou á ton ministre ou meme appeler par son nom quand tu lui parles ne veut qu'on ne le respecte pas........ Chez les anglais(hormis leur Reine) ils appellent leurs patrons, par leurs noms. Si ton patron s'appelle Dramane, tu l'appelles Dramane...
employer "tu" et "toi" á ton patron ou á ton ministre ou meme appeler par son nom quand tu lui parles ne veut qu'on ne le respecte pas........ Chez les anglais(hormis leur Reine) ils appellent leurs patrons, par leurs noms. Si ton patron s'appelle Dramane, tu l'appelles Dramane
 
 
Read more
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login