Logo Koaci
 
 
 
Côte d'Ivoire: En conférence publique, l'Ong DPA dénonce le manque de culture électorale des Ivoiriens et annonce un caravane d'espoir
 
Vue de la conférence Search conférence samedi à Abidjan (ph KOACI)

© koaci.com - Dimanche 25 Novembre 2018 -Samedi 24 novembre 2018, salle Remar de Yopougon Search Yopougon Seller (commune populaire ). C'est le lieu choisi pour l'Ong désir de paix et d'avenir (DPA) d'animer une conférence Search conférence citoyenne pour sensibiliser sur la culture politique des ivoiriens, comme constaté sur place par KOACI.

Une conférence Search conférence citoyenne animée par quatre organisations.

Click to enlarge
Côte d'Ivoire: En conférence publique, l'Ong DPA dénonce le manque de culture électorale des Ivoiriens et annonce un caravane d'espoir
L'Union de la jeunesse pour la paix et le progrès (Ujepp), la ligue panafricaine pour l'éveil des consciences (Lipec), la fraternité de la jeunesse de Côte d'Ivoire et l'Ong désir de paix et d'avenir (DPA).

Il est revenu au premier conférencier, Abdoul Koudouss, président de l'Ujepp, d'exposer sur le thème de "la crise ivoirienne à une nouvelle Côte d'Ivoire".

Dans son exposé, Abdoul Koudouss a fait l'historique de toutes les crises traversées par la Côte d'Ivoire.

Pour lui, la plus sanglante reste celle de 2010 et elle a radicalement selon lui modifier le comportement de l'Ivoirien.

" La crise de 2010 a radicalement modifier le comportement des ivoiriens. Et comme vous le constatez les dernières élections d'octobre ont été émaillées par des violences. Nous avons remarqué que les Ivoiriens se désintéressent peu à peu de la chose politique. C'est ce qui explique le faible taux de participation aux dernières élections locales. Notre rôle c'est d'amener chaque ivoirien à s'approprier sa propre solution en faisant sa critique", a expliquer Abdoul Koudouss.

Gnamien Attoumbré, président de la Ligue panafricaine de l'éveil des consciences (Lipec) quant à lui a abordé le thème "quelle jeunesse pour quel avenir ?".

Pour le président de la Lipec, rien ne peut se construire dans un pays sans la jeunesse. Selon Gnamien Attoubré il faut que la jeunesse prenne ses responsabilités.

Parti de l'histoire de la guerre froide, le président de la Lipec Search Lipec va accentuer son exposé sur la soif de la liberté d'un peuple.

"Aujourd'hui le constat que nous faisons c'est que les jeunes suivent des personnes plutôt que l'idéologie. En tant que jeunes, nous avons réussi aujourd'hui à faire passer nos dirigeants pour des demi-dieux. Si nous voulons un avenir meilleur pour nous, changeons de comportement. La jeunesse doit mener des critiques avec des propositions de solution parce qu'une critique sans solution c'est de la démagogie pure", a fait remarquer Gnamien Attoubré.

"La violence en période électorale, comment remédier", c'est le thème abordé par Angelesse Gbè.

S'appuyant sur les périodes chaudes de violence en période électorale en Côte d'Ivoire (1995, 2000, 2010 et 2018), Angelesse Gbè s'est comme le premier intervenant appesanti sur l'élection de 2010 qui, selon lui a occasionné beaucoup de violence. Les alliances inter ethniques en Côte d'Ivoire devraient favoriser une élections sans violence en Côte d'Ivoire selon l'exposant.

Pour conclure, il est revenu au premier responsable de l'Ong désir de paix et d'avenir (DPA) Clement Sehi d'exposer sur "la culture électorale". Pour lui la Côte d'Ivoire vient de loin. Du miracle au mirage politique, les ivoiriens en 2018 manquent de culture électorale.

Clement Sehi a insisté sur le fait que tous les présidents ivoiriens qui se sont succedés ont fini leur mandat dans la honte et qu'il n'y a jamais eu de passation de charges entre les présidents de la république dans toute l'histoire de la Côte d'Ivoire.

Parti de 1990 à 2018, le dernier conférencier insiste sur le fait que le nombre de votants n'a pas changé, "3 millions de votants", a-t-il insisté

" Depuis 1990 jamais les Ivoiriens sont sortis massivement pour choisir comme un seul homme son président. La DPA Search DPA s'est donnée comme mission d'instruire les ivoiriens à la culture électorale ", a expliqué Clement Sehi.

Pour lui, le boycott est devenu une culture chez l'Ivoirien

"Il ne faut jamais boycotter les enrôlements parce que quand on est pas enrôlé, nous faisons le jeu de ceux que nous faisons combattre. Les ivoiriens sont aujourd'hui devenus spécialistes des débats de salon. C'est pourquoi je propose qu'on puisse rendre le vote obligatoire, le vote avec la carte d'identité, faire établir gratuitement les cartes d'identité pour 2020", a-t-il conclu

Notons que le président de la DPA Search DPA entend à travers une caravane sillonner la Côte d'Ivoire pour sensibiliser les Ivoiriens sur la culture électorale. Une mission pour atteindre un objectif de 15 millions de votants.

Jean Chrésus
 
 
7873 Visit(s)    2 Comment(s)   Add : 25/11/2018
  3 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions SRIKA BLAH
 
Le GROS problème en Afrique en matière de politique, sont les votants et non les politiciens eux memes.
 
 
 
See his contributions Deku
 
Mon vieux chapeau bas et bonne chance au moins tu as un vrai plan.
 
 
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login