Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Côte d'Ivoire : Malgré les premiers bons signes, des importateurs de véhicules d'occasion appellent Alassane Ouattara à réviser son décret
 
©Koaci.com - Dimanche 30 décembre 2018 - Des acteurs de secteurs d’activités espèrent que le chef de l’État dans son traditionnel discours à la nation revienne sur des décisions "progressives" prises en conseil de ministres en 2018 et qui mettent en mal le bon fonctionnement de leurs activités.

Parmi ces secteurs d’activité, les importateurs de véhicules d’occasion (Principalement de type "France aurevoir", ndlr) dont le secteur a été touché par une crise et secoué par des manifestations ces derniers mois, espèrent que le chef de l’État revienne sur le décret de limitation d’âge des véhicules importés.

Pour ces importateurs déjà en conflit avec le guichet unique et leur autorité de tutelle, Alassane Ouattara devrait revisiter son décret portant limitation d’âge des véhicules importés.

Se confiant ce dimanche 30 décembre 2018 à KOACI, Narcisse Nguessan, porte-parole de la plateforme des transitaires, transporteurs, vendeurs, importateurs et société civile (Ttvisc) dépeint la situation alarmante dans laquelle ils se trouvent depuis l’application du décret de limitation d’âge des véhicules importés.

«Depuis l’application du décret, les structures portuaires comme Aqua-Marine, il aussi la structure du guichet unique Côte d’Ivoire logistique qui a été frappée par des licenciements, au niveau de la Sicta on a aussi des licenciements. Les chauffeurs au niveau de Côte d’Ivoire logistique, ceux qui portent les tenues bleues, on les appelle les ‘’blouses’’, plusieurs à notre étonnement ont été renvoyés. C’est vraiment triste. Les groupes des importateurs et transitaires que nous sommes, il y a eu beaucoup de nous qui ont cessé leurs activités et les gros importateurs que j’ai nommé les dinosaures sont actuellement aux abois. Donc notre requête au niveau du gouvernement c’est un plaidoyer pour que le chef de l’État puisse réviser ce décret de limitation d’âge des véhicules d’importation. Le guichet unique est pratiquement désert depuis le décret est entré en vigueur. La situation est véritablement catastrophique au fur et à mesure que le temps avance. Cette année c’est un silence de mort au guichet unique. Sur les packs automobiles tous les prix des véhicules ont augmenté ce qui fait qu’il n’y a pas d’acheteurs parce que les clients estiment que les voitures sont jugées comme étant trop chères », s’alarment Narcisse Nguessan porte-parole de la plateforme des Transitaires, transporteurs, vendeurs, importateurs et société civile (Ttvisc).

Pour rappel, un décret limitant l’âge des véhicules importés en Côte d’Ivoire pris en conseil des ministres est entré en vigueur le 1er juillet 2018 dernier. Cette annonce avait été faite par le ministre ivoirien des transports, Amadou Koné.

L’entrée en vigueur de ce décret initialement prévue en avril 2018, est entré en vigueur depuis le 1er juillet. Au terme d’un conseil de ministres le décret en vigueur précise les dates de 5 ans pour les taxis, 7 ans pour les minicars de 9 à 34 places, 7 ans pour les camionnettes jusqu’à 5 tonnes, 10 ans pour les cars de mois de 34 places, les camions de 5 à 10 tonnes et ceux de plus de10 tonnes.

Les importateurs de véhicules d’occasions estiment que ce décret fait la part belle aux concessionnaires de véhicules.

Enfin, en attendant la mise en place sous peu de la prime à la casse ( en cours, ndlr) le décret, qui vise, au delà du rajeunissement du parc automobile, aussi à la réduction de pertes de devises pour le pays (paiement par envoi à en Europe, ndlr) et l'implantation d'usine de construction automobile en Côte d'Ivoire, a eu un impact positif sur l'économique locale avec la hausse des ventes de voitures neuves comme, entre autre, constaté par KOACI chez Cfao Motors CI, qui voit son chiffre d'affaire monter.

Jean Chrésus
 
 
22214 Visit(s)    3 Comment(s)   Add : 30/12/2018
  2 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions LICOUL2000
 
y'a des métiers d'hier qui n'existent plus aujourd'hui et des métiers d'aujourd'hui qui n'existeront plus demain. Ces importateurs doivent s'adapter aux évolutions, la Côte d'Ivoire ne stagne plus, enfin !
 
 
 
See his contributions Deku
 
@LIcoul elle ne stagne plus, c'est clair, il y a même un recule qu'on remarque.
 
 
 
See his contributions baryond
 
Ne pas stagner ne veut pas forcément dire qu'on avance.
 
 
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login