Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Côte d'Ivoire : Loi de Programmation Militaire, Hamed Bakayoko relève les défis qui attendent la l'armée
 
Hamed Bakayoko et des soldats-

© koaci.com –Samedi 3 Novembre 2018 – La loi de Programmation Search Programmation Militaire (2016-2020) a été votée le 4 janvier 2016 par l’Assemblée Nationale.


Dans un entretien accord au Centre d’Information et de Communication Gouvernementale (CICG), le Ministre d’Etat, Ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, relève les objectifs et les défis majeurs auxquels l’Armée ivoirienne fait face aujourd’hui.

Selon le securocrate du gouvernement, cette loi est née de la vision du Président de la République, Alassane Ouattara, de doter la Côte d’Ivoire d’un outil de défense capable de faire face aux menaces internes et externes.
« Sa mise en œuvre permettra aussi à notre armée d’être outillée pour participer aux Opérations de Maintien de la Paix des Nations Unies dans le monde. Cette vision s’articule autour de l’amélioration des conditions de vie et de travail des soldats, la détermination des missions et des budgets sur cinq ans, la réorganisation du commandement, la consolidation du cadre institutionnel, la professionnalisation et la maîtrise des effectifs », a—t-il indiqué.

Concernant les défis majeurs qui l’attendent, le nouveau maire de la commune d’Abobo, a indiqué qu’ils sont nombreux pour en citer, entre autres, la pyramide des grades des âges, la formation et d’expliquer. « Actuellement, les effectifs par catégorie des Armées sont disproportionnés et incohérents par rapport aux missions principales qui leur sont confiées. La norme est de 5 % d’officiers, 25 % de sous-officiers et 70 % de militaires du rang. Mais, dans notre armée, ces ratios sont respectivement de 6 %, 53 % et 41 %. Par ailleurs, la moyenne d’âge par catégorie, à savoir 45 ans, est beaucoup trop élevée pour les militaires du rang et les sous-officiers. Ces réalités ont donné lieu au plan de départs volontaires, afin de réduire et rajeunir les effectifs. Un autre défi est celui de la formation pour mettre à niveau l’ensemble des soldats recrutés sans avoir reçu la formation de base. Il y a aussi les questions de l’amélioration des conditions de vie et de travail, de l’équipement des unités et de la cohésion pour bâtir une nouvelle armée républicaine.

Selon le ministre d’Etat, le bilan à mi-parcours est positif à bien des égards. Tout d’abord parce que cette Loi Search Loi a engendré une nouvelle et unique chaîne de commandement. En outre, une ordonnance relative à l’exécution des sanctions disciplinaires, telles que les radiations, a été signée et mise à exécution. Ensuite, deux opérations de départs volontaires ont permis le retrait des effectifs de 3 157 soldats (991 en 2017 et 2 166 en 2018).

« Un Bureau d’Accompagnement et de Reconversion des Militaires a été créé pour aider les partants à mieux s’insérer dans leur nouvelle vie professionnelle et sociale. Il faut également noter la participation effective de l’Armée ivoirienne aux Opérations de Maintien de Paix des Nations Unies. Une compagnie de 150 hommes est en ce moment déployée au Mali. Enfin, la Loi Search Loi a favorisé la réforme de l’enseignement militaire et la création de nouvelles institutions de formation. De manière générale, l’amélioration des conditions de travail et de vie des militaires est perceptible, à travers la réalisation d’infrastructures et l’acquisition de matériels et équipement », a-t-il poursuivi.

Donatien Kautcha, Abidjan
 
 
10166 Visit(s)    3 Comment(s)   Add : 03/11/2018
  1 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions Peace101
 
Donc il y'a plus de sous-officiers (53%) que de militaires de rang (41%). C'est vraiment disproportionné et disons le tout net une armée bancale. En tant qu'observateur, je salue cette loi ainsi que toute autre visant à professionnaliser notre armée défigurée et minée depuis prat...
Donc il y'a plus de sous-officiers (53%) que de militaires de rang (41%). C'est vraiment disproportionné et disons le tout net une armée bancale. En tant qu'observateur, je salue cette loi ainsi que toute autre visant à professionnaliser notre armée défigurée et minée depuis pratiquement le coup d'état qui a renversé le roi Bédié. On avance....
 
 
Read more
See his contributions Anticfa
 
Dans un régime présidentiel les institutions comme l'armée sont aux ordres du président et non de la loi.d'où les dérives qu'on constate. C'est le président seul qui peut demander de vrais compte à l'armée. Dans ce système le parlement est un outil de légitimation des actes du go...
Dans un régime présidentiel les institutions comme l'armée sont aux ordres du président et non de la loi.d'où les dérives qu'on constate. C'est le président seul qui peut demander de vrais compte à l'armée. Dans ce système le parlement est un outil de légitimation des actes du gouvernement et non de légalité. comme en Rci
 
 
Read more
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login