Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Côte d'Ivoire: Rentrée syndicale du RICI sur fond de revendications. Kouamé Bertoni(SGN) s'attaque aux réformes du système éducatif ivoirien, à la nouvelle politique de la MUGEFCI
 

© koaci.com– Dimanche 07 Octobre 2018 – Kouamé Bertoni(SGN) s’attaque aux réformes du système éducatif ivoirien, à la nouvelle politique de la MUGEFCI, à l’attitude de la dissidence.

Click to enlarge
Côte d'Ivoire: Rentrée syndicale du RICI sur fond de revendications.  Kouamé Bertoni(SGN) s'attaque aux réformes du système éducatif ivoirien, à la nouvelle politique de la MUGEFCI
Son adresse aux politiques : « Nous ne sommes plus à l’étape de doléances, mais de revendications ! Réalisez ce que nous demandons »

Le réseau des instituteurs de Côte d’Ivoire (RICI) a organisé sa rentrée syndicale ce samedi 6 octobre 2018 à Yopougon avec pour thème « engagement et intégrité » .Une rentrée syndicale teintée de revendications aussi diverses les unes que les autres : réformes du système éducatif par le ministère de tutelle, gestion de la MUGEFCI Search MUGEFCI et syndicalisme jugé ‘’alimentaire ‘’ de ses camarades dissidents, ont été les points d’achoppement débattus lors de cette rencontre ; une réunion qui a vu la présence de nombreux enseignants venus de l’intérieur du pays notamment Boundiali, Dabou, Odiénné etc.
C’est un secrétaire général national(SGN) du RICI Search RICI affectueusement appelé ‘’ le national’’ par ses camarades corporatistes, qui dès l’entame de ses propos, a libellé les différents défis à relever :

Le cas MUGEFCI Search MUGEFCI : M Kouamé Bertoni Search Kouamé Bertoni a déploré la gestion par la nouvelle équipe de Mesmin Komoé, une direction dont le conseil national est amené « à revoir les reformes » aux dires du SGN. Reformes qui, selon lui, « font grincer les dents de plus d’un. » En effet, le prélèvement de 3% en termes de régime de base de la MUGEFCI Search MUGEFCI défalqué sur le salaire des fonctionnaires comme convenu à l’époque entre l’UGTCI (union générale des travailleurs de Côte d’Ivoire) et les autorités ivoiriennes connait une hausse pour atteindre un taux de 4,5 %, soit 3 500FCFA. Et ce, juste après l’assemblée générale de la mutuelle. Décision qui entrera en vigueur dès la mise en application de la Couverture Maladie universelle (CMU). Cette nouvelle donne selon M Kouamé Bertoni Search Kouamé Bertoni , constitue une cotisation de trop car appauvrit les instituteurs désormais contraints de payer 10 000FCFA au lieu de 7 004 FCFA alors que l’indemnité de logement de l’instituteur selon lui , reste toujours fixée à 40 000FCFA et ne répond plus aux réalités de location actuelle d’une maison et pis, la valeur actuelle de l’indice de base qui date de depuis 1960, reste fixée à 233,46 : « Chose qui pour nous, est non seulement une aberration mais une foutaise ! » A déploré M Kouamé Bertoni Search Kouamé Bertoni qui avait à l’époque opposé un refus catégorique. La couverture maladie universelle, rappelle-t-il « répond au 5ième principe du syndicalisme qui est le social » et donc une initiative louable mais dont la politique d’application est anti sociale. Idem pour l’initiative ’’ Ivoire Santé ‘’ qui déplore-t-il « ne sera plus 15 000FCFA mais 25 000 FCFA. » Ces mesures pour le SGN font « perdre le caractère social » de la MUGEFCI Search MUGEFCI : « Nous ne sommes pas d’accord. Et c’est la deuxième raison qui a justifié le courrier adressé au ministre de l’Emploi. » Une autre raison pour le moins fâcheuse, « le non remboursement de la part adhérente à Ivoire Santé. Nous ne pouvons pas l’accepter. » A- t-il condamné. A ces reformes jugées impopulaires, s’ajoute une autre décision qui a rencontré le courroux du RICI Search RICI ; celle de la non prise en compte du concubin ou de la concubine et la suppression du libre choix du mutualiste d’adhérer à Ivoire Santé quel que soit la durée : « quelles sont ces reformes incongrues qui n’obéissent à rien du tout ? » S’est-il interrogé. N’en finissant pas d’égrener ces réformes qualifiées « d’incongrues », M Kouamé Bertoni Search Kouamé Bertoni évoqua la création d’une carte dite « carte intelligente » pour laquelle, les mutualistes doivent payer un droit d’accès : « Au RICI, quand on n’est pas d’accord, on ne ronronne pas, on le fait savoir. Et on le manifeste de la plus belle manière qui soit. Dès les premières heures, quand ces réformes impopulaires ont été prises, le RICI Search RICI a été la première formation syndicale à prendre position. » La prise de conscience selon lui, n’est venue que lorsque les ‘’camarades se sont retrouvés confrontés au renouvellement de leurs cartes ‘’

Ajoutant qu’une telle réforme doit requérir de la part des initiateurs « les moyens de leur politique » ; autant de raisons selon lui, qui ont amené la coalition des syndicats du secteur public en Côte d‘Ivoire à saisir le ministère de tutelle afin que ce dernier se prononce sur la question.

La problématique des anciens camarades érigés en dissidents a également fait les frais de l’actualité au cours de cette rentrée. En effet, pour le responsable du RICI Search RICI qui déplore le caractère de ses camarades d’hier, voici ce qu’il en dit s’adressant à l’auditoire : « Ils savent qu’on mène le bon combat et soyez en fiers. Nous sommes un esprit : Notre esprit à nous, c’est le bonheur des autres, le partage. Voir les autres heureux, c’est ce qui me rend heureux. »
Prenant l’exemple de Ghandi , « un avocat émérite » dont le combat a donné une « Inde indépendante, libérée suite aux pleurs et la souffrance de ses frères indiens , Martin Lutter King, Nelson Mandela face à la ségrégation raciale » ;tous, selon lui, ont été investis d’une mission. S’adressant à ses camardes, il affirma que la lutte syndicale doit toujours avoir pour leitmotiv, le bien-être social d’autrui dont le corporatiste et non une opportunité pour vendre sa conscience moyennant quelques avantages : « Il faut marquer les consciences. On ne peut pas être façonné avec le même moule. Sinon le monde court à sa perdition. Imaginez-vous aujourd’hui, on crée des syndicats pour avoir des concours, pour avoir de l’argent. Si nous tous on se met sur cette voie, qui va défendre les sans voix ? » s’est –il indigné face au comportement de ses camarades dissidents.
Revenant sur le procès en cours à la justice, il affirmera que cette affaire évacuera toutes les zones d’ombre pour laisser place à la vérité, celle du RICI Search RICI qu’il incarne. Car, a- t-il avancé, les vraies raisons de ces anciens camarades dissidents sont connues à savoir le clientélisme syndical qui vise à vendre au plus offrant ses revendications. Chose qu’il déplore en ces termes : « le plus gênant dans cette histoire, c’est la réussite aux concours, » une réussite en échange de l’achat de conscience, source de satisfaction pour les dissidents. Et d’ajouter : « Quand ils finiront d’avoir ce concours, j’ai peur qu’ils aient le temps de bien savourer ces choses. On va leur enlever toute envie de créer une dissidence sauvage ailleurs. » Des propos crus et sans ambages qui soulignent le courroux du premier responsable du RICI Search RICI dans cette affaire juridique. Continuant, il ajouta que malgré tout le parterre d’avocats engagés par ses anciens camarades, IL a remporté son procès : « Maintenant que je confie le dossier à un avocat, c’est n’est pas maintenant qu’ils vont gagner ! »
Enfin, les réformes engagées depuis quelques années par le Ministère de tutelle ont également été émaillées par les syndicalistes qui ont décidé de se battre contre vents et marées afin qu’elles soient retirées. Et pour ce faire, le RICI Search RICI se donne les moyens de sa politique en associant à sa cause, d’autres organisations syndicales pour donner jour à une coalition : « Le RICI Search RICI à l’image des autres syndicats a mis en place la coalition des syndicats pour le paiement du solde des arriérés (SDA). Et c’est grâce à ce syndicat et au combat qui a été mené, que nous avons pu obtenir le paiement effectif des SDA. La résolution des SDA Search SDA étant chose faite, il n’était plus bienséant de continuer à porter le nom. D’où désormais l’appellation ‘’coalition des syndicats du secteur public de Côte d’Ivoire. En plus du RICI, l’on a d’autres syndicats de différents bords de métiers dont les eaux et forêts, le second degré ou secondaire), le ministère des ressources animales et halieutiques, le Ministère de l’Intérieur ; des structures qui veulent se battre pour la cause générale. »
La naissance de la coalition ‘’éducation –formation’‘ regroupant toutes les organisations syndicales affiliées à l’éducation nationale et membres de la coalition des syndicats du secteur public de Côte d’Ivoire, va selon lui, mener un combat des plus nobles face aux différentes reformes jugées inadéquates pour une bonne marche du monde éducatif. Au nombre de ces réformes, l’on peut citer quelques-unes : la suppression des cours de mercredi, la revalorisation de l’indemnité de logement , le reclassement des instituteurs adjoints(IA) totalisant 5 ou 10 années d'ancienneté, l’ouverture des concours d’IEPP et de professeur de lycée aux instituteurs , le retrait de la contribution nationale (CN) et de l’impôt sur les salaires, le relèvement de la valeur de l’indice de base , le choix d’un profil pédagogique clair , l’utilisation de fiches préétablies, la réorganisation des visites de classe , la réinstauration de l’indemnité de poste déshérité. Des reformes jugées anti sociales pour les enseignants et improductives et inadéquates avec l’évolution du monde de la formation-emploi pour l’enseigné qu’est l’élève. A toutes ces réformes, M Kouamé Bertoni Search Kouamé Bertoni et ses camarades ont déclaré les combattre jusqu’à obtenir une totale satisfaction : « Ces réformes ne doivent pas passer. Et nous ferons tout pour qu’elles ne passent pas ! » Car dira-t-il, toutes les démarches menées pour une issue favorable auprès du Ministère de l’Education Nationale sont restées vaines : « Le Ministère n’a jamais voulu nous rencontrer ! » La pauvreté gagne le monde enseignant qui à ses yeux, mérite mieux. Rappelant quelques chiffres sur le niveau de vie en Côte d’Ivoire, il déclara : « Les experts en économie disent qu'aujourd’hui, pour vivre en Côte d’Ivoire, il faut au moins un salaire de 500 000 FCFA. Voilà pourquoi l’on dit que le coût de la vie en Côte d’Ivoire est plus élevé que celui de l’Italie. Se battre pour l’amélioration de nos salaires, se battre pour l’augmentation de nos salaires n’est pas mauvais chers camarades ! »

Un préavis de grève selon lui, sera déposé le 10 octobre prochain en vue de projeter une grève les 18, 24, 25 et 26 octobre.
Une tournée nationale est également prévue au mois de novembre 2018 aux fins de sensibiliser toutes les localités où sont implantées des sections RICI. A cela s’ajoutent des formations pour un renforcement des capacités syndicales des membres. Le RICI Search RICI selon son secrétaire, a décidé de donner une image digne de l’enseignant ivoirien qui, socialement doit être rétabli dans ses droits : le droit à une vie décente. D’ où la construction très prochaine de logements pour les adhérents. A cet effet, rappelle-t-il, près de 5 milliards de FCFA ont déjà été mobilisés. Une opération dénommée ‘’à chaque instituteur, son ordinateur’’ sera également mise à exécution afin de permettre une optimisation du temps de travail desdits enseignants.

Aux termes des échanges, il incita ses camards syndiqués à plus d’abnégation et de persévérance ; car dira-t-il, « sans courage, vous n’obtiendrez rien du tout ! Lorsque tu penses protéger ton matricule, ton matricule s’éloigne de toi. Lorsque tu penses que tu protège ton matricule, tu penses protéger ton salaire. Mais ton salaire maigrit de jour en jour, devient squelettique et de jour en jour, a un caractère hypothétique. » Rappelant qu’un responsable syndical qui a peur des mutations et des suspensions de salaire, doit arrêter de faire du syndicalisme. Parce que ajoutera-t-il, « c’est notre quotidien . Et ce sont les seuls éléments que les gens utilisent toujours pour vous affaiblir! »

Né le 2 septembre 2014, le RICI Search RICI est perçu par les politiques comme une organisation réactionnaire et intransigeante. D’où la suspension de salaire depuis des années de certains enseignants. Salaires recouvrés après plusieurs actions menées par le syndicat. L’apparition de la dissidence avait justement pour but de casser ce syndicat dont de nombreux instituteurs épousent les idéaux ; des idéaux à caractère social et réformateurs d’une nouvelle génération d’enseignements pratiques optant pour les ‘’formations avec les compétences’’ contraires aux ‘’formations par compétences’’ telles qu’enseignées aujourd’hui en Côte d’Ivoire. Cette organisation syndicale au fil du temps, étend sa toile sur tout le territoire ivoirien au vu des participants venus de contrées éloignées de la capitale économique Abidjan.

 
 
KOUAME pour KOACI
 
 
6286 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 07/10/2018
  1 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login