Logo Koaci
 
 
 
Côte d'Ivoire : Sanctions infligées à huit (08) enseignants à l'université de Cocody, le président s'insurge contre la «désinformation»
 
Abou Karamoko-

© Koaci.com – Mardi 05 Février 2019 – Une grève Search grève d’une année est annoncée dans les universités publiques du pays.

Cette décision a été prise par une frange de la Coordination Nationale des Enseignants -Chercheurs (CNEC) suite à la suspension de huit enseignants de l’Université Félix Houphouët Boigny (UFHB) de Cocody.

Des membres de cette coordination ont débrayé dans certaines universités publiques du pays lundi comme indiqué à KOACI.

Dans une note de la présidence de l’université de Cocody explique les raisons pour lesquelles elle a pris des sanctions à l’encontre des enseignants.

Selon Abou Karamoko, le lundi, 17 décembre 2018, le Comité de Direction de l’UFHB tenait sa réunion hebdomadaire, quand un groupe d’enseignants, au nombre de huit (08), après avoir obstrué la voie d’accès à la Présidence avec leurs véhicules, a fait irruption au Secrétariat du Président pour exiger une rencontre avec celui-ci, sans délai et sans avoir pris, au préalable, un rendez-vous.

« Ce groupe d’enseignants surexcités est entré avec violence dans la salle de réunion pour interrompre la réunion en cours. En lieu et place de l’objet de leur visite, qui n’a pas été révélé, ces enseignants ont plutôt proféré des menaces à l’encontre du Président et de ses collaborateurs. Puis, ils se sont retirés, en affirmant que le message est passé et en promettant de revenir. Le Comité de Direction, qui a jugé inadmissible et intolérable une telle attitude, a adressé une demande d’explication à chaque enseignant. Celle-ci est restée sans suite. Face à cette défiance de l’autorité, un Conseil extraordinaire de l’Université, qui s’est mué en Conseil de Discipline, a été convoqué le mardi, 15 janvier 2019, pour entendre lesdits enseignants. Ce Conseil n’a pas pu aller à son terme. Le Secrétaire général de la CNEC, en l’occurrence Johnson Kouassi Zamina, ayant endossé la responsabilité des actes commis par les mis en cause, a empêché le déroulement du Conseil de Discipline. En effet, la parole lui ayant été refusée, en sa qualité de membre observateur, conformément aux textes en vigueur, lui et le groupe des mis en cause sont entrés dans une grande colère et ont perpétré des actes d’une rare violence, notamment en saccageant le matériel installé pour la pause-café et en séquestrant tous les membres du Conseil pendant une demi-heure. Cette séquestration a été accompagnée de propos discourtois, de menaces de mort et de menaces de perturbations de toutes les activités académiques sur le campus. Le Conseil a jugé inqualifiables et inacceptables de tels actes de la part des mis en cause et du Secrétaire général, porte-parole de la CNEC. À cet effet, le Conseil a condamné, avec la dernière énergie, ces nouveaux actes de violence et a exigé des sanctions disciplinaires exemplaires à l’encontre des fautifs. Il a également décidé d’ester en justice pour les actes de vandalisme, les menaces de mort et du renvoi de la session du Conseil interrompue, à une date ultérieure », explique le président de l’université de Cocody.

Le Conseil de Discipline, qui a été interrompu le 15 janvier 2019, s’est finalement tenu, le 29 janvier 2019. Les mis en cause se sont fait assister de Me GOBA, Avocat à la Cour.

À l’issue de leur audition pour les faits du 17 décembre 2018, de la plaidoirie de leur avocat et de la délibération, deux(02) enseignants ont été suspendus de toutes activités académiques pour une période d’un an, avec interdiction de présence sur les campus, pendant toute la durée de cette suspension.

Il s’agit de Monsieur Dagbé Ahodan Stéphane, Maître-Assistant en Criminologie et de Monsieur Kouadio Amani Augustin, Maître-Assistant en Sociologie. Six (06) autres ont été blâmés. Ce sont : M. Brou Kamenan Marcel, Assistant en géographie ; M. Dakon N’da Joseph, Maître-Assistant en Criminologie ; M. Kouamé Atta, Maître de Conférences en Anthropologie ; M. Kouassi Kouakou Firmin, Maître-Assistant en anthropologie ; M. Kpatta N’cho Jérôme, Maître-Assistant en Anthropologie ; M. Zamblé Bi Zou Ambroise, Maître-Assistant en Sociologie.

Selon ce dernier, ces sanctions infligées par le Conseil de Discipline à des enseignants considérés comme tels et non comme des militants d’un syndicat, la CNEC Search CNEC a porté le conflit sur un terrain purement syndical et a opté pour la désinformation et la défiance à outrance des autorités universitaires, en se répandant dans les journaux et dans les réseaux sociaux.

Le Conseil syndical de la CNEC, qui est l’instance au-dessus du bureau Exécutif National dudit syndicat, a même désavoué cette voie. Réuni en session extraordinaire, élargie aux membres fondateurs, le samedi, 26 janvier 2019, ce Conseil a décidé de suspendre toutes les activités du Bureau Exécutif National et celles des Sections de l’UFHB, jusqu’à nouvel ordre. Par ailleurs, il a recommandé aux responsables syndicaux incriminés de s’abstenir de toute action de nature à compromettre le dénouement heureux de cette crise.

Donatien Kautcha, Abidjan

Ci-dessous la note de la présidence de l’université de Cocody relative aux sanctions prises contre Huit enseignants...

Depuis quelques jours, la CNEC, tendance Johnson Kouassi Zamina, s’est lancée dans une campagne de désinformation des enseignants-chercheurs, des chercheurs, du personnel administratif et technique, des étudiants et même de l’opinion publique nationale, suite aux sanctions infligées à huit (08) enseignants en service à l’Université Félix Houphouët-Boigny (UFHB).

La présente note est faite pour rétablir les faits.

Le lundi, 17 décembre 2018, le Comité de Direction de l’UFHB tenait sa réunion hebdomadaire, quand un groupe d’enseignants, au nombre de huit (08), après avoir obstrué la voie d’accès à la Présidence avec leurs véhicules, a fait irruption au Secrétariat du Président pour exiger une rencontre avec celui-ci, sans délai et sans avoir pris, au préalable, un rendez-vous.

Ce groupe d’enseignants surexcités est entré avec violence dans la salle de réunion pour interrompre la réunion en cours. En lieu et place de l’objet de leur visite, qui n’a pas été révélé, ces enseignants ont plutôt proféré des menaces à l’encontre du Président et de ses collaborateurs. Puis, ils se sont retirés, en affirmant que le message est passé et en promettant de revenir.

Le Comité de Direction, qui a jugé inadmissible et intolérable une telle attitude, a adressé une demande d’explication à chaque enseignant. Celle-ci est restée sans suite.

Face à cette défiance de l’autorité, un Conseil extraordinaire de l’Université, qui s’est mué en Conseil de Discipline, a été convoqué le mardi, 15 janvier 2019, pour entendre lesdits enseignants. Ce Conseil n’a pas pu aller à son terme. Le Secrétaire général de la CNEC, en l’occurrence Johnson Kouassi Zamina, ayant endossé la responsabilité des actes commis par les mis en cause, a empêché le déroulement du Conseil de Discipline. En effet, la parole lui ayant été refusée, en sa qualité de membre observateur, conformément aux textes en vigueur, lui et le groupe des mis en cause sont entrés dans une grande colère et ont perpétré des actes d’une rare violence, notamment en saccageant le matériel installé pour la pause-café et en séquestrant tous les membres du Conseil pendant une demi-heure. Cette séquestration a été accompagnée de propos discourtois, de menaces de mort et de menaces de perturbations de toutes les activités académiques sur le campus.

Le Conseil a jugé inqualifiables et inacceptables de tels actes de la part des mis en cause et du Secrétaire général, porte-parole de la CNEC. À cet effet, le Conseil a condamné, avec la dernière énergie, ces nouveaux actes de violence et a exigé des sanctions disciplinaires exemplaires à l’encontre des fautifs. Il a également décidé d’ester en justice pour les actes de vandalisme, les menaces de mort et du renvoi de la session du Conseil interrompue, à une date ultérieure.

La Conférence des Présidents des Universités et Grandes Écoles Publiques de Côte d’Ivoire s’est également réunie pour condamner ces actes et exiger aussi des sanctions disciplinaires exemplaires à l’encontre des fautifs. Le Conseil de Discipline, qui a été interrompu le 15 janvier 2019, s’est finalement tenu, le 29 janvier 2019. Les mis en cause se sont fait assister de Me GOBA, Avocat à la Cour.

À l’issue de leur audition pour les faits du 17 décembre 2018, de la plaidoirie de leur avocat et de la délibération, deux(02) enseignants ont été suspendus de toutes activités académiques pour une période d’un an, avec interdiction de présence sur les campus, pendant toute la durée de cette suspension. Il s’agit de Monsieur Dagbé Ahodan Stéphane, Maître-Assistant en Criminologie et de Monsieur Kouadio Amani Augustin, Maître-Assistant en Sociologie. Six (06) autres ont été blâmés. Ce sont :
-M. Brou Kamenan Marcel, Assistant en géographie ;
-M. Dakon N’da Joseph, Maître-Assistant en Criminologie ;
-M. Kouamé Atta, Maître de Conférences en Anthropologie ;
-M. Kouassi Kouakou Firmin, Maître-Assistant en anthropologie ;
-M. Kpatta N’cho Jérôme, Maître-Assistant en Anthropologie ;
-M. Zamblé Bi Zou Ambroise, Maître-Assistant en Sociologie.
Conformément aux textes en vigueur, les huit (08) enseignants peuvent faire appel des décisions susmentionnées auprès du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

Face à ces sanctions infligées par le Conseil de Discipline à des enseignants considérés comme tels et non comme des militants d’un syndicat, la CNEC Search CNEC a porté le conflit sur un terrain purement syndical et a opté pour la désinformation et la défiance à outrance des autorités universitaires, en se répandant dans les journaux et dans les réseaux sociaux.

Le Conseil syndical de la CNEC, qui est l’instance au-dessus du bureau Exécutif National dudit syndicat, a même désavoué cette voie. Réuni en session extraordinaire, élargie aux membres fondateurs, le samedi, 26 janvier 2019, ce Conseil a décidé de suspendre toutes les activités du Bureau Exécutif National et celles des Sections de l’UFHB, jusqu’à nouvel ordre. Par ailleurs, il a recommandé aux responsables syndicaux incriminés de s’abstenir de toute action de nature à compromettre le dénouement heureux de cette crise.

Faisant fi des décisions et recommandations du Conseil Syndical, le Bureau Exécutif National a organisé le jeudi, 31 janvier 2019, une Assemblée Générale, avec une poignée de militants. Cette assemblée a décidé d’une grève, à partir du lundi, 04 février 2019, pour une durée d’un an. Elle a décidé également de la suspension de toutes les activités académiques dans l’ensemble des structures universitaires du pays. En outre, cette Assemblée Générale exige la révocation du Président et du Secrétaire Général de l’Université comme condition impérative à toute reprise des activités académiques.

En optant pour une gestion participative, afin de construire une université innovante, performante, citoyenne, ouverte sur la société ivoirienne et sur l’extérieur, l’équipe de direction a toujours considéré les syndicats comme des partenaires sociaux importants dans la vie de l’institution. De ce fait, elle est respectueuse de la liberté syndicale sur les campus. En conséquence, toute tentative de perturbation des activités académiques sur les campus, par quelque syndicat que ce soit, sera punie de façon exemplaire. La présidence de l’Université exige le respect des règles du vivre-ensemble sur les campus. Elle s’engage, par ailleurs, à poursuivre inexorablement les actions d’assainissement de l’Université, pour le bien de tous et à emmener ainsi cette université à occuper un rang digne de notre pays dans le classement des universités, au niveau mondial. C’est à ce prix que nous mériterons la confiance de la Nation qui investit beaucoup pour la formation d’un capital humain de qualité.

Le Président de l’Université Félix Houphouët-Boigny
Prof. Abou KARAMOKO
 
 
22997 Visit(s)    7 Comment(s)   Add : 05/02/2019
  4 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions LeMagotOuRien
 
Sabotage !!.. Grèves d'enseignants du primaire et des lycées, qui ne se contentent plus d'être des racketteurs des parents pour monnayer l'avancement des élèves, + syndicalistes chercheurs qui ne trouvent jamais rien qui cassent.. Rires.. Et soro qui devait essayer d'activer s...
Sabotage !!.. Grèves d'enseignants du primaire et des lycées, qui ne se contentent plus d'être des racketteurs des parents pour monnayer l'avancement des élèves, + syndicalistes chercheurs qui ne trouvent jamais rien qui cassent.. Rires.. Et soro qui devait essayer d'activer ses pseudo contacts dans l'armée, on attend le fpi-gor pour battre le pavé, le tout pour créer le cafouillage, etc..on a compris tout ça depuis..rires.. " j'en appelle au sursaut citoyen (=cafouillage) pour qu'on ait un gouvernement d'union.." dixit bédié ..lol
 
 
Read more
See his contributions ILLUSIONS PERDUES
 
#le_manchin_ou_quoi??? cette méthode de sursaut fut enseigné par le "Rassblmt Des Rats" de savane du nord. ds l'opposition le rdr à fait pire qué ça!!! tu vois que prsne na le monopole de la violence. entr'tps ya pas cours pr enfts baoulé, abbey, yacouba, sénoufo, dioula... ect....
#le_manchin_ou_quoi??? cette méthode de sursaut fut enseigné par le "Rassblmt Des Rats" de savane du nord. ds l'opposition le rdr à fait pire qué ça!!! tu vois que prsne na le monopole de la violence. entr'tps ya pas cours pr enfts baoulé, abbey, yacouba, sénoufo, dioula... ect.
 
 
Read more
See his contributions LeMagotOuRien
 
Illusions perdues moi j'en ris simplement parce qu'on va vous mâter..rires.. vous ne savez pas vous y prendre.. Si cest ça là sursaut que bédié appelle là nous on gère ça, vite même.. Refarde.. Quand on tape à l'intérieur, on doit taper aussi à l'extérieur.. Vous ne valez rien.. ...
Illusions perdues moi j'en ris simplement parce qu'on va vous mâter..rires.. vous ne savez pas vous y prendre.. Si cest ça là sursaut que bédié appelle là nous on gère ça, vite même.. Refarde.. Quand on tape à l'intérieur, on doit taper aussi à l'extérieur.. Vous ne valez rien.. Vauriens
 
 
Read more
See his contributions
 
C’est grave cela. Des maitres qui sont supposés donner l’exemple qui se comportent comme des microbes. Des maitres qui sont supposes être intellectuels réservés, matures, et des chantres de la légalité et procédures, se comportent bien pire que la FESCI. C’est dommage. C’est incr...
C’est grave cela. Des maitres qui sont supposés donner l’exemple qui se comportent comme des microbes. Des maitres qui sont supposes être intellectuels réservés, matures, et des chantres de la légalité et procédures, se comportent bien pire que la FESCI. C’est dommage. C’est incroyable. Ce sont des voyous, des bandits qui n’ont pas de place dans une telle institution. En tant qu’observateur, je le dis fermement sans ambages, il faut des mesures disciplinaires contre ses indélicats. Ou allons-nous dans cette institution ? Ce genre d’attitude devrait être condamne par tous.
 
 
Read more
See his contributions SYNTHESE
 
Laissez les enseignants designer eux-mêmes leur président. Il leur sera redevable et leur prêtera une oreille attentive .Le manque d'ouverture et de communication en est la cause .
 
 
 
See his contributions LeMagotOuRien
 
Je vous l'ai dit maintes fois ici et ailleurs 1°/ nos soi-disant professeurs sont plus des diplômés et répétiteurs aigris et jaloux que des intellectuels.. 2°/ la mauvaise foi des formateurs en CI annihile les effets des efforts des bonnes volontés qui veulent se manifester et ...
Je vous l'ai dit maintes fois ici et ailleurs 1°/ nos soi-disant professeurs sont plus des diplômés et répétiteurs aigris et jaloux que des intellectuels.. 2°/ la mauvaise foi des formateurs en CI annihile les effets des efforts des bonnes volontés qui veulent se manifester et faire aller les choses de l'avant.. 3°/ ces enseignants font de la pure politique et sont en mission.. OK que Ado décide de fermer les universités et qu'il ne paie pas les salaires de nos vauriens de profs..
 
 
Read more
See his contributions Batuta
 
Depuis que ces rattrapés sont arrivés au pouvoir de leur Mali, Guinée et Burkina, la CI est sens dessus-dessous. Aucune institution ne fonctionne plus normalement. Tout est chamboulé, du village à la ville. Tout ça parce qu'un malade mental a dit un jour "je rendrai ce pays ingou...
Depuis que ces rattrapés sont arrivés au pouvoir de leur Mali, Guinée et Burkina, la CI est sens dessus-dessous. Aucune institution ne fonctionne plus normalement. Tout est chamboulé, du village à la ville. Tout ça parce qu'un malade mental a dit un jour "je rendrai ce pays ingouvernable".
 
 
Read more
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login