Logo Koaci
 
 
 
COTE D'IVOIRE: On a dit pas touche aux ministres!
 
Porter critique à la classe politique ivoirienne peut vite devenir une affaire de justice, halte à la dérive

ACTUALITÉ INFO NEWS COTE D'IVOIRE:: ARTICLE DE LA RÉDACTION DE KOACI EN COTE D'IVOIRE ::

© koaci.com - Les lendemains de crise ne balaient pas systématiquement les nuisances de style, liberté de s'exprimer devient une cible dans un contexte enclin à l'hostile.

En Côte d'Ivoire dur de porter critique quant au politique, l'épée de Damoclès devient le glaive de l'aveuglement journalistique et qui osera satire sera châtié. "Le Conseil a été informé de la parution ces derniers jours dans la presse Search presse écrite, d’articles diffamatoires à l’égard de certains ministères et a recommandé que des actions judiciaires soient engagées contre les journaux auteurs des articles incriminés. ". Ce passage non biblique tiré du dernier communiqué Search communiqué du conseil des ministres Search conseil des ministres de ce mercredi, estomaquera les pasteurs de la dérision et les apôtres des fondamentaux de l'indulgence contextuelle et apaisante pour qui connait la fragilité d'une société qui doute.

Alors, que néni, pas un mot sur les disciples du détournement ou sur des niveaux de compétence voire de manquement initialement faillibles à la tache ambitieuse, sujet à l’appréciation des masses. Enjoliver l'invisible prônerait avec l'utopie de l’instantanée permise. L'utopie se dessine à travers les reportages de la RTI. chaine unique, presse Search presse unique, parti unique, ministre unique, la soupe servie est fade, l'envie d'épicer ne manque guère.

Sanctionner par la peine institutionnelle des critiques parfois certes puériles voire sans fondement, de l’intérêt général aspire à peu d’enthousiasme sur les supposés de démocratisation. Éduquer, prendre le temps d'accompagner est préférable à la jouissance immédiate de la sanction aux allures, irrévocablement et par conséquence, arbitraires. L’aveu d'impuissance face à la loi d'un plus fort est à, plus que jamais, éradiquer, l'apaisement et la raison semblent, entre autre, les voies de la réconciliation. En ce sens action de justice d'un puissant pourrait relever l'impuissance à l'évolution.

Avant de mettre tous les journalistes dans les prisons même si rénovées, assumer des non loin de zéro pointé est à l'évidence difficile pour qui a une haute estime de soi, la fonction et le titre aidant, et ce dans toutes les sphères de la société, presse Search presse comprise.

Aux dernières nouvelles, une histoire de détournements de fonds supposés via un système d'inscription scolaire par moyen de paiement via sms impliquant deux ministres du gouvernement et une société de la place. Que faire? Se taire, ne pas enquêter au risque d'être emprisonné ...?

Les ivoiriens attendent des résultats concrets d'une classe politique de plus en plus distante avec ceux qu'elle se doit, avant tout, de servir et non de se servir.

Laurent Despas, ,KOACI.COM ABIDJAN, copyright © koaci.com
 
 
10218 Visit(s)    6 Comment(s)   Add : 04/11/2011
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions hyanick 27
 
Respect à l'auteur de ce superbe article. Comment le gouvernement peut il se rabaisser et amenuir son image et la grandeur de sa fonction en reglent ses comptes avec la presse en conseil des ministres... complétement irréaliste mais pourtant vrai! terrible, Si Ado ne fait pas gaf...
Respect à l'auteur de ce superbe article. Comment le gouvernement peut il se rabaisser et amenuir son image et la grandeur de sa fonction en reglent ses comptes avec la presse en conseil des ministres... complétement irréaliste mais pourtant vrai! terrible, Si Ado ne fait pas gaffe il va les enchainer les erreurs une à une et... en tout cas je vois que KOACI VEILLE, merci à vous!
 
 
Read more
See his contributions demelo
 
C'est vrai que c'est un bel article. Mais ce qu'il faut pas oublier, c'est que la guerre a laissé des traces , meme si visuellement elles disparaissent , ds les coeurs et les mentalités elles demeurent. Memes avec les meilleures volontés du monde , ces traces ne s'effaceront pas ...
C'est vrai que c'est un bel article. Mais ce qu'il faut pas oublier, c'est que la guerre a laissé des traces , meme si visuellement elles disparaissent , ds les coeurs et les mentalités elles demeurent. Memes avec les meilleures volontés du monde , ces traces ne s'effaceront pas de sitot . Il faut surtout du temps pour enfin voir des critiques sans qu'on s'en inquiete ...
 
 
Read more
See his contributions KPAKPATO
 
Ado est en train de se planté un peu peu, j'espère que la solution ne sera pas l'équation pour la presse libre .Merci à Mr Laurent Despas et a son équipe qui chaque jour nous éveil .
 
 
 
See his contributions kouadj
 
Bonjour monsieur DESPAS.Votre article a retenu mon attention mais j ai du m arreter avant la moitie de celuici.excusez moi mais je me suis completement perdu dans vos phrases, la compilation de mots et d'expressions compliques ont rendu cet tres bon sujet a l origine completement...
Bonjour monsieur DESPAS.Votre article a retenu mon attention mais j ai du m arreter avant la moitie de celuici.excusez moi mais je me suis completement perdu dans vos phrases, la compilation de mots et d'expressions compliques ont rendu cet tres bon sujet a l origine completement incomprehensible.A l avenir s il vous plait penser a nous qui n avons pas fait science po.utilisez des mots simples et des phrases courtes pour etre comprit par le plus grand nombre de personnes je crois que c est l objectif de votre site.MERCI POUR VOTRE COMPREHENSION
 
 
Read more
See his contributions SRIKA BLAH
 
 Pour le moment il n'y a pas de journalistes arretes pour diffamation "gratuite" sans fondement.Les JOURNALISTES doivent CRITIQUER positivement le pouvoir en place. C'est cela le jeu de la DEMOCRATIE.Qu'est ce que les journalistes anti-Gbagbo n'ecrivaient pas pendant le sejour de...
 Pour le moment il n'y a pas de journalistes arretes pour diffamation "gratuite" sans fondement.
Les JOURNALISTES doivent CRITIQUER positivement le pouvoir en place. C'est cela le jeu de la DEMOCRATIE.
Qu'est ce que les journalistes anti-Gbagbo n'ecrivaient pas pendant le sejour de Gbagbo au palais ???
Ouattara doit LAISSER les JOURNALISTES faire leur TRAVAIL.
 
 
Read more
See his contributions Dabakala
 
CRITIQUER OU NE PAS CRITIQUER, TELLE EST LA QUESTION----------------------------------La fonction de journaliste d’investigation, bien menée, implique la recherche, le recoupage d’information et la consolidation de celle-ci. En fonction des moyens mis à disposition, du talent et ...
CRITIQUER OU NE PAS CRITIQUER, TELLE EST LA QUESTION----------------------------------
La fonction de journaliste d’investigation, bien menée, implique la recherche, le recoupage d’information et la consolidation de celle-ci. En fonction des moyens mis à disposition, du talent et des opportunités offertes, les journalistes contemporains ont plus ou moins de succès dans les recherches qu’ils entreprennent, avec des résultats probants dans la majeure partie des cas. Il en existent pourtant qui versent dans le mensonge, la désinformation et l’intoxication (chose vue et constatée en côte d’ivoire et surtout en Lybie). Nous louerons donc les efforts de ces journalistes, quelque soient leurs factions politiques ou idéologiques. Mais au delà de cela, le danger réel auquel les lecteurs sont confrontés, c’est bien la rétention d’information, volontaire ou imposée. En effet, de nombreuses informations sont connues de certains journalistes, qui à cause de leur appartenance politique, ne peuvent pas (on choisit de ne pas…) divulguer les informations. Il existe bien des menaces venant du pouvoir ne place contre les journalistes, officielles (CNT) ou officieuse, mais plus grave, c’est bien l’existence de l’autocensure. On sait, mais on ne veut pas divulguer l’information, car compromettante pour les siens. Le parti pris et l’intérêt manifeste individuel ou collectif seront un frein supplémentaire pour l’accession à l’information, dont la parution pourra être préjudiciable pour certaines personnes. Pas touche aux ministres ??? Sommes nous dans un état de droit avec une liberté d’opinion et d’expression totale ?? SEM Laurent GBAGBO se serait-il trompé en faisant la promotion de la liberté de presse ?? Que fera ADO de cette liberté, surtout quand des ministres de la république, indélicats, seront indexés à raison (avec des preuves solides et réelles démontrant leur implication et rôle) ?? Nous connaissons tous la nature de ce régime et ne serons pas surpris des décisions du gouvernement concernant cette affaire hors toute éthique (juste question d’actualité) !! Merci
 
 
Read more
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login