Logo Koaci
 
 
 
Crise énergétique : Paralysé par le délestage, le Ghana rejette l’appel de réalimenter le Benin et le Togo
 
Délestage sur l’autoroute George Bush à Accra (ph)

- Ghana - Accra le 5 Mars 2013 © koaci.com –
Suite à la demande conjointe urgente du Benin et du Togo au ministre ghanéen de l’Energie et du Pétrole pour que son pays augmente sa fourniture de l’électricité à leur pays respectif, le gouvernement ghanéen vient de donner une fin de non recevoir à la sollicitation de ses deux voisins francophones.

Le refus du Ghana de fournir plus de puissance électrique au Benin et au Togo s’explique par l’insuffisance du courant qui plonge le Ghana dans l’obscurité depuis le mois d’août 2012 et ce jusqu'à ce jour.

Le Benin et le Togo ont fait cette demande au Ghana car selon les termes du contrat entre les parties, le Ghana devrait fournir au total une puissance de 90 mégawatts par jour à ces deux pays, mais suite à la panne du conduit gazoduc qui alimente le Ghana, seulement 30 mégawatts de cet accord sont tenus en raison de manque à gagner.

En revenant sur la requête du Benin et du Togo, les deux délégations composées des officiels béninois, des responsables de la Compagnie électrique du Bénin (CEB), lesquels sont conduits par Barthélémy D. Kassa, le ministre béninois de l'Energie, il a été évoqué le coût élevé du transport de l’électricité vers les deux pays mais surtout la situation précaire de l’électricité au Benin et au Togo.

L’émissaire béninois a d’abord reconnu que quand bien même « les ghanéens sont en pleine crise énergétique» avouons que « le Bénin et le Togo sont dans les ténèbres » avant de demander que « nous sommes désespérés et supplions le gouvernement à fournir aux deux pays de l’électricité supplémentaire ».

Selon Kassa, l'arrangement qui consiste à fournir 50 mégawatts en semaine (hors heures de pointe) et 35 mégawatts en période de pointe en semaine ne suffisent plus pour répondre aux attentes des deux pays. Le ministre béninois a donc demandé au Ghana d'augmenter la puissance électrique contractuelle qu’il offre à leurs pays. De cet exposé, le chef de la délégation a demandé un effort de la part du Ghana pour remédier à la situation.

En réponse, Emmanuel Armah-Kofi Buah, le ministre ghanéen de l’Energie, a expliqué à la délégation les défis énergétiques et les délestages auxquels le Ghana est confronté actuellement. Toutefois, il a émis le désir de réfléchir sur la requête afin de leur apporter une suite favorable dès que possible.

Pour toute solution urgente, le ministre ghanéen a suggéré au ministre béninois et à la délégation de la CEB Search CEB de plaider auprès des autorités ivoiriennes pour la fourniture de l’électricité et que le Ghana est prêt à convoyer cette puissance électrique supplémentaire sans frais dès maintenant jusqu'à la fin du mois d’avril 2013.

Rappelons que le délestage qui frappe les trois pays est dû à une panne sur le conduit gazoduc du West African Gas Pipeline (WAGP), une société nigériane qui fournit du gaz à la centrale d’Asogli au Ghana pour produire de l’électricité.

Dans un ultime effort pour résoudre cette crise énergétique, le Président ghanéen John Mahama a annoncé la semaine dernière le démarrage des activités de la centrale de Takoradi-T3 et du barrage hydraulique de Bui, lesquels devront produire au total une puissance de 250 mégawatts. Une fois cette mesure effective en mai 2013, le Benin et le Togo devront bénéficier eux aussi des nouvelles productions électriques.

Mensah
 
 
7152 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 05/03/2013
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login