Logo Koaci
 
 
 
ELECTION PRESIDENTIELLE MALI 2012 : Les partis politiques s’échauffent avant la partie
 
:: ARTICLE DE LA RÉDACTION DE KOACI AU MALI:: ACTUALITÉ INFO NEWS DU MALI::ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE MALI 2012 ::

A quelques dix mois de l’élection présidentielle au Mali, le mercure du thermomètre politique monte d’un cran. Les plus grands partis comme l’Alliance pour la démocratie au Mali (ADEMA), l’Union pour la République et le Développement (URD), le Rassemblement pour le Mali (RPM) ou le Parti pour le Développement économique et la Solidarité (PDES) ont déjà donné le ton de l’effervescence préélectorale.

Pour les uns il s’agit de positionnement au sein de leur famille politique, en vue d’en être le candidat pour briguer la magistrature suprême. A cet effet, l’ADEMA compte le plus grands nombre de candidat à la candidature du parti. Ils sont huit candidats que le parti doit départager le 23 juillet. Ce qui veut dire que Dioncounda Traoré qui est le président du parti n’en est pas le candidat naturel. Il fait face à la candidature de certains de ses camarades dont des anciens ministres comme Ibrahima Ndiaye, Sékou Diakité, Marimanthia Diarra. Les quatre autres qui ne sont pas membres du Comité Exécutif ne sont pour autant pas vus comme le moindre mal pour Dioncounda Traoré, s’il est confirmé que leur candidature contre le président du parti ne vise pas autre chose qu’à l’affaiblir au profit d’un candidat adverse. On pense à Modibo Sidibé qui serait un candidat commun aux présidents Amadou Toumani Touré et Alpha Oumar Konaré.

Pour les autres, c’est le moment des mises en garde contre ceux qui vont se livrer à la fraude électorale ou à des pratiques peu transparentes. Gare à une mauvaise organisation des élections par l’administration ou à la tentation de favoriser un candidat. Pour Ibrahim Boubacar Kéita, président du RPM, il pourrait y avoir des turbulences. Contrairement à l’ADEMA, au RPM de Ibrahim Boubacar Kéita, la candidature du seul président du parti ne souffre d’aucun doute. Le 30 juin dernier à Sogoninko en commune VI, lors du dixième anniversaire du parti, IBK a annoncé : « nous approchons de nouveau d’une zone de turbulence, de réelle turbulence... Beaucoup de bruit en perspective. En ce qui nous concerne, nous avons pris la décision de rester indécrottablement sereins et de faire le pari de croire et d’espérer en les compétences du Commandant de bord ».
Au PDES, les amis d’ATT se livrent déjà bataille. Il est divisé en presque trois tendances entre Ahmed Diane Semega, le président du parti, Jeamille Bittar, le 1er Vice président et Ahmed Sow qui est également un vice président. Ils sont tous les trois candidats potentiels du PDES. Mais le torchon brûle entre Jeamille Bittar Search Jeamille Bittar et Ahmed Diane Semega. La jeunesse du parti éclatée entre les différentes tendances se livre déjà à des attaques verbales à peine voilée. Et leurs mentors respectifs ne se cachent plus derrière, mais s’affichent publiquement pour les soutenir. Pendant que la jeunesse fidèle à Bittar tient une conférence de presse pour critiquer les activités politiques du ministre Ahmed Diane Semega, leur mentor soutient qu’il n’est pas normal que le ministre veuille être candidat. Parce que tout simplement le Président ATT Search ATT a fait sortir du gouvernement tous ceux qui prétendent devenir candidat. En cela Jeamille se veut un apôtre d’ATT même si le but est d’abattre politiquement son adversaire. Réplique des services du ministre, « la candidature n’est pas à l’ordre et jusqu’à la preuve du contraire Diane Semega n’est pas candidat. Le parti envisage d’élaborer au mois de septembre, des critères que chaque candidat doit pouvoir respecter. Avant cela ni Bittar ni Ahmed Sow ni Semega ne peuvent estimer être le candidat du parti.

De son côté l’URD ne reste pas en marge de l’effervescence qui s’empare de la classe politique. Son fondateur Soumaïla Cissé qui quitte la présidence de la Commission de l’UEMOA le 1er juillet prochain, vient de sillonner la région de Kayes, se familiarisant avec la foule à la faveur de la troisième conférence régionale du parti qui a été tenue à Yélimané. Le candidat « naturel » de l’URD est-il en train de préparer le retour de l’enfant prodige ? « Je m’entraine un peu, je m’échauffe bien », a-t-il déclaré à la presse à la fin de cette sortie à l’intérieur du pays. Quand on a été le challenger du candidat ATT Search ATT au deuxième tour en 2002, et qu’on a passé huit ans à la tête de la Commission de l’UEMOA, qu’on n’a pas de tendance opposée au sein de son parti qui s’appelle URD, on peut prétendre à un bon classement à la présidentielle de 2012.
Pendant ce temps le gouvernement fait face au problème de fichier électoral qui n’est pas résolu, pas plus que les questions de reformes constitutionnelles ou de code de la famille.

Ib, KOACI BAMAKO
 
 
8296 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 10/07/2011
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login