Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
ELEPHANTS DE COTE D'IVOIRE : Arrivé à Abidjan, Sabri Lamouchi n'aurait que faire des critiques
 
Sidy Diallo et Sabri Lamouchi Search Sabri Lamouchi mardi à l'arrivée du nouvel entraineur au salaire mensuel de 131 millions de FCFA (+200 000 euros) à Abidjan

COTE D'IVOIRE - ABIDJAN LE 31 MAI 2012 © koaci.com - A peine arrivé en Côte d'Ivoire, le nouvel entraineur des éléphants n'aurait que faire des vives critiques dont il fait l'objet. C'est ce qu'apprend la rédaction de KOACI.COM en marge d'une conférence de presse de la Fédération ivoirienne de football Search football (FIF) qui se tiendra ce jeudi matin en son siège de Treichville dans la capitale économique du pays.

La FIF Search FIF devrait justifier le choix de Lamouchi et sur le salaire mensuel annoncé à 131 millions de FCFA (François Zahui touchait 3 millions, ndlr) devant la presse.

Alors que son président Sidy Diallo, ébranlé depuis la défaite de la CAN2012 et pointé du doigt par l'opinion dans la fronde anti-entraineur novice, appelle à la solidarité, la fédération tente de tout faire pour inverser la tendance hostile au français Lamouchi, remplaçant d'une personnalité locale très appréciée par les ivoiriens, au regard des réactions, mais étrangement limogé sans justifications et avant la fin de son contrat lundi dernier (voir article koaci).

Sabri Lamouchi, diplôme d'entraineur tout juste en poche, n'avait pas du tout l'air mal à l'aise mercredi soir lors de sa première séance entrainement en Côte d'Ivoire, le français était, selon nos informations, tout sourire.

La FIF Search FIF mise sur le premier match des éléphants version Lamouchi contre la Tanzanie à Abidjan Search Abidjan samedi pour calmer l'opinion.

A titre indicatif, le résultat d'un sondage proposé sur KOACI.COM indiquait que sur 3144 votes, 89.4% annonçaient être "insatisfaits" de la nomination de Lamouchi.

Akissi Kouamé, KOACI.COM ABIDJAN, copyright © koaci.com
 
 
9398 Visit(s)    11 Comment(s)   Add : 31/05/2012
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions Charlie Bronx
 
Quand je vois ça, je me dis : ça y est, on peut maintenant désespérer complètement des dirigeants africians ! Quand je pense que le ministre des sports défendait becs et ongles le choix d'un entraîneur sans expérience payés à plus d'une centaine de millions de francs par mois, je...
Quand je vois ça, je me dis : ça y est, on peut maintenant désespérer complètement des dirigeants africians ! Quand je pense que le ministre des sports défendait becs et ongles le choix d'un entraîneur sans expérience payés à plus d'une centaine de millions de francs par mois, je sais que le moment est venu de se rendre à l'évidence : il faut désespérer des dirigeants africians. Du moins, une certaine race d'anetre eux, la plus nombreuse, celle qui est aux affaires dans la plupart des pays d'Afrique. Tant que les peuples africians n'auront pas fait table rase de ces truands là, il ne faut même pas faire mine d'avori l'air de parler de développement. Il faut se rendre à l'évidence : nos élites politiques font certainement partie des plus nulles de l'univers. Elles n'apporteront jamais rien de bon à l'Afrique.
 
 
Read more
See his contributions tanguiguy
 
@Charly: je vais malheureusement devoir te donner raison. Passer de 13 millions à 131 millions avec moins d'experience il n'y a qu'en Afrique qu'on a ce genre de foutaise. On va payer ce jeune travailleur qui était au chômage en France 1 milliard 600 millions CFA par an et plus d...
@Charly: je vais malheureusement devoir te donner raison. Passer de 13 millions à 131 millions avec moins d'experience il n'y a qu'en Afrique qu'on a ce genre de foutaise. On va payer ce jeune travailleur qui était au chômage en France 1 milliard 600 millions CFA par an et plus de 3 milliards en 3 ans sans compter les primes et tous le reste... Contre 300 millions pour Zahui toujours sur les 2 ans. Plus de trois milliard voilà de quoi construire un nouveau stade ou un piscine municipale ou encore rénover les stades existants... Mais sommes nous obligés de nous montrer si bêtes à chaque fois? Et si on ne veut vraiment plus de Zahui, pourquoi ne pas trouver à un autre entraîneur national? Le mal de l'Afrique c'est ceux qui devraient constituer son élites. Vous voyez bien qu'aucune puissance extérieure n'a besoin d'agir contre nous et que nous le faisons tout seul? C'est généralement nous mêmes, c'est presque toujours nous mêmes.
 
 
Read more
See his contributions Dabakala
 
Avant que cela puisse être nous même, il faut bien que la puissance extérieure impose à sa tête, ou dans l’opposition, des personnes rétrogrades permettant ce que tu critiques ici !!! Bref. Tout ceci est bien l’expression de deux choses fondamentales : 1. Le choix de SABRI LAMOUC...
Avant que cela puisse être nous même, il faut bien que la puissance extérieure impose à sa tête, ou dans l’opposition, des personnes rétrogrades permettant ce que tu critiques ici !!! Bref. Tout ceci est bien l’expression de deux choses fondamentales : 1. Le choix de SABRI LAMOUCHI est loin de faire l’unanimité. La démocratie autorise l’expression de l’opinion et ici, elle converge, quelque soit les personnes, quelques soit les bords politiques, pour une question devenu officiellement très politique (on doit le remarquer). C’est donc un bon point : la liberté d’expression. 2. Le respect des institutions et du « souverain » : Quelque soit le choix du président de la FIF, il engage sa responsabilité sur la question. N’oublions pas qu’il a été installé après une élection, ce qui l’oint d’une autorité particulière. Ses décisions ne feront donc pas l’objet de remise en cause à quelque niveau que ce soit, si ce n’est pas lui-même, ce qui serait un échec personnel. Les critères définis pour le choix de LAMOUCHI sont de son ressort, le traitement des entraineurs, résultant de négociations est aussi à sa charge. Sur le coup il joue gros, très gros. La FIFA a mis sur pied un mécanisme qui empêche l’exécutif (le pouvoir) d’interférer dans les décisions des fédérations de football, au risque de sanctions (exclusions, etc.). La Côte d’ivoire ne peut se permettre un scandale à l’échelle planétaire, d’où le peut de critiques enregistrées dans le monde journalistique, si ce ne sont celles de certains experts indépendants (les fameux consultants dont LAMOUCHI d’ailleurs faisait partie). Sur cette question donc, DIALLO est souverain et sa décision s’impose. Est-ce que la pilule passera ?? Telle est la question ?? Mais vu la gravité de la décision, il est probable que le « président » soit au courant du choix effectué et qu’il l’ait validé, d’où les critiques orientées vers le pouvoir en place. Seul l’avenir nous situera sur la valeur du nouveau coach. Des matches sont annoncés bientôt et là ce n’est plus une question d’argent, mais de résultat. LAMOUCHI le sait très bien. Il est coach maintenant, officiellement, avec 11 jours d’expérience. C’est mieux que rien du tout !!
 
 
Read more
See his contributions Dabakala
 
Question : Si la côte d'ivoire prend deux but contre la Tanzanie...LAMOUCHI ou DIALLO démissionneront t-ils ? (je ne le souhaite pas)
 
 
 
See his contributions Charlie Bronx
 
Dab, faut pas déconner là ! Tu ne nous avais pas habtué à cela. Diallo, dis tu, est souverain. Soit. Mais ce que je note, c'est que les 131 millions mensuels qui serviront à payer son touriste là, ça ne viendra pas de con compte bancaire à lui Diallo. Sa souveraineté dont tu parl...
Dab, faut pas déconner là ! Tu ne nous avais pas habtué à cela. Diallo, dis tu, est souverain. Soit. Mais ce que je note, c'est que les 131 millions mensuels qui serviront à payer son touriste là, ça ne viendra pas de con compte bancaire à lui Diallo. Sa souveraineté dont tu parles doit s'apprécier à l'aune de cette réalité là, mais aussi des dispositions textuelles précises. Et justement, en matière de dispositions textuelles, nous savons tous que le contrat de Zah ne se terminait pas avant le mois d'août. Ne serait ce que pour cette dernière raison, on peut affirmer qu'il y a eu un vice au niveau de la procédure. C'est la loi qui donne autorité aux contrats. La souveraineté de Diallo, comme tu dis, s'appuie elle sur des règlements intérieurs, et non directement sur la loi. La souveraineté de Diallo n'est pas plus forte que la loi.
 
 
Read more
See his contributions seyale
 
N'oubliez pas une chose, les sélectionneurs nationaux sont payés par l'Etat de Cote d'Ivoire donc le contribuable que nous sommes et cela se trouve dans les textes.
 
 
 
See his contributions Avi
 
@ Charlie B.: en verite voila la un exemple des mecanismes mis en place pour contourner l'autorite des etats sovereign sur des sujets qui les concernent directement pourtant et par consequant detruisant graduellement la notion de sovereignty des etats; je quote d'ailleur notre a...
@ Charlie B.: en verite voila la un exemple des mecanismes mis en place pour
contourner l'autorite des etats sovereign sur des sujets qui les concernent directement pourtant et par consequant detruisant graduellement la notion de sovereignty des etats; je quote d'ailleur notre amis G. Soros qui disait: "le monde libre ne peut qu'etre impose de l'exterieur sur les etats car le principe de sovereignte constitue un obstacle pour le nouvel ordre mondial"....
la liste est longue mais puisqu'il s'agit de football: je vous dit ca existe et c'est d'actualite
sauf que grace aux medias la distraction & diversion est si bien reussi que la masse n'en sait rien!!
il y a tellement de magouilles dans ce domaine entretenues par la FIFA d'ailleurs; une fois qu'un gouvernement essaie d'y voir clair, on brandit des menaces par ci et la, on agite les media qui les reprennent en boucle et le tour est joue; soit vous vous (government) pliez ce qui revient a renouncer a votre droit d'exercer votre sovereignte pourtant ou vs persistez et c est les sanctions...mais bon c est le monde tel qu il va.
disons all the best aux elephants
 
 
Read more
See his contributions Dabakala
 
@Charlie Bronx…L’exercice de la démocratie ne se limite pas seulement au niveau présidentiel, mais intervient bien dans toutes les activités quotidiennes. Il s’agit du respect de deux choses : l’avis de la majorité d’une part, et la loi de l’autre. C’est l’exercice que nous appre...
@Charlie Bronx…L’exercice de la démocratie ne se limite pas seulement au niveau présidentiel, mais intervient bien dans toutes les activités quotidiennes. Il s’agit du respect de deux choses : l’avis de la majorité d’une part, et la loi de l’autre. C’est l’exercice que nous apprenons tous les jours et qui nous cause tous les préjudices que nous avons vécus ces dernières années. Il existe pourtant une marge de manœuvre en démocratie, ce qui permet les compromis, les « arrangements », mais la facilité avec laquelle on tombe dans la violence, seule ennemi de la démocratie, qui fera place à la loi du plus fort, aura fini de fausser le jeu démocratique. Les données sont pourtant simples : SIDY DIALLO est élu à un poste de responsabilité et jouit d’une certaine indépendance. De plus, il prend ses décisions après consultation, ce qui signifie aussi que tout le bureau de la FIF est engagé dans ces décisions. Il est à subodorer que l’exécutif aura un impact sur les décisions de la FIF, mais personne ne peut le prouver, ce qui rend la FIF complètement responsable de ses décisions. Sur ce plan, l’avis de la majorité se décline en celle d’une minorité censée être représentative (biensur appliqué au domaine du football, dont les acteurs sont les présidents de tous les clubs ivoiriens de football et certains auxiliaires, arbitres, officiels, etc. Bref, c’est ce milieu qui représente les ivoiriens en ce qui concerne le football, à côté de certains politiques, nommés par le pouvoir en place et certains commerciaux –les sponsors- qui ont de l’influence). C’est une donnée que l’on doit accepter. Point Barre (par exemple, les députés sont élu, par le peuple, s’il prennent des décisions, ces décisions s’appliquent au peuple, même si l’on est pas d’accord. Libre à nous d’élire d’autre députés lors de la prochaine législature. C’est cela la démocratie et la république, dans le respect des lois). En ce qui concerne les lois et les règles en vigueur, un contrat comporte toujours des clauses permettant sa rupture. La FIF est tenue de les respecter, au cas contraire, la personne dite lésée à le droit de porter plainte à fin de réparation ou tout autre issue (négociée ou pas). DIALLO aura donc le droit d’user de ses prérogatives et d’arrêter un contrat avant terme, s’il respecte les prescriptions imposées par les clauses du contrat signé. Enfin, le montant du contrat est essentiellement subjectif. Celui de ZAHUI résultait de négociations. ZAHUI aurait pu spéculer pour avoir plus, mais peut-être qu’il ne le pouvait pas. LAMOUCHI par contre sait exactement ce qu’il veut et ce qu’il prétend coûter. Ici encore, c’est à la FIF d’assumer ses décisions et de justifier la source des fonds qu’elle alloue à cet entraineur. Jusqu’ici, rien d’illégal ne pourra être constaté, ce qui oblige tout ceux qui voudront se plaindre à s’incliner, mais cela ne nous empêchera pas de nous plaindre : c’est la liberté d’expression. Ce qu’il ne faut pas surtout faire, c’est sombrer dans la violence et faire connaître son opinion autrement que par la parole ou les autres voies légales (sittings, etc). La démocratie l’interdit. Je milite pour cela, raison pour laquelle tu ne me reconnaitras pas sur ce post, évidemment. Mais je déclare que la FIF (et non plus DIALLO, puisque tout le comité adhère à cette décision) joue très gros sur ce coup. Et en cas d’échec, elle aura à en tirer les conséquences (ici, on rentre dans l’éthique et la morale : la démission), on l’espère, sous peine de provoquer des vagues populaires (pas obligatoirement légales. C’est bien ici que l’on verra si toi, Charlie Bronx, tu accepteras de rester chez toi, au lieu d’enfreindre la loi). Dans le meilleur des cas, il s’agira d’une crainte injustifiée, l’équipe jouant bien et les victoires étant à porté de main. LAMOUCHI surfera donc sur la vague, sur le dos du contribuable ivoirien. YAKO. Amicalement.
 
 
Read more
See his contributions Charlie Bronx
 
Dab,je me doutes que tu as des notions de droit et que tu sauras vérifier que le droit administratif prévoit l'existence de recours même contre un décret présidentiel ! Quand on peut le plus, on peut le moins.En démocratie, il faut savoir que le mandat (présidentiel, municipal, l...
Dab,

je me doutes que tu as des notions de droit et que tu sauras vérifier que le droit administratif prévoit l'existence de recours même contre un décret présidentiel ! Quand on peut le plus, on peut le moins.

En démocratie, il faut savoir que le mandat (présidentiel, municipal, législatif ou autre) peut être de différents types. Le mandat peut être impératif ou représentatif. Les deux types sont bons. Mais le mandat impératif n'est pas pratique car il ouvre un droit de regard de chaque citoyen sur chaque acte de l'élu. C'est pourquoi la société a dû se résoudre à adopter le mandat représentatif, qui laisse, entre deux élections, une relative liberté d'action à l'élu. Dans l'esprit de la chose, donc, le citoyen a en démocratie droit de regard sur chaque acte du souverain ! Mais comme il est peu pratique d'exercer sans discernement ce droit, l'on s'en abstient en principe (option du mandat représentatif). Lorsque l'acte de l'élu est manifestement discutable (technicien sans expérience pour la meilleure équipe d'Afrique alors que toutes les équipes concurrentes ont des techniciens expérimentés, salaire complètement surréaliste là où le technicien précédant qui avait des états de service honorable acceptait près de dix fois moins), les citoyens ont le droit d'exiger une pause pour avoir des comptes. En démocratie, un élu sérieux ne se réfugie pas derrière le mandat représentatif pour faire tout et n'importe quoi avec l'argent de la collectivité.
 
 
Read more
See his contributions Charlie Bronx
 
Dab,je me doutes que tu as des notions de droit et que tu sauras vérifier que le droit administratif prévoit l'existence de recours même contre un décret présidentiel ! Quand on peut le plus, on peut le moins.En démocratie, il faut savoir que le mandat (présidentiel, municipal, l...
Dab,

je me doutes que tu as des notions de droit et que tu sauras vérifier que le droit administratif prévoit l'existence de recours même contre un décret présidentiel ! Quand on peut le plus, on peut le moins.

En démocratie, il faut savoir que le mandat (présidentiel, municipal, législatif ou autre) peut être de différents types. Le mandat peut être impératif ou représentatif. Les deux types sont bons. Mais le mandat impératif n'est pas pratique car il ouvre un droit de regard de chaque citoyen sur chaque acte de l'élu. C'est pourquoi la société a dû se résoudre à adopter le mandat représentatif, qui laisse, entre deux élections, une relative liberté d'action à l'élu. Dans l'esprit de la chose, donc, le citoyen a en démocratie droit de regard sur chaque acte du souverain ! Mais comme il est peu pratique d'exercer sans discernement ce droit, l'on s'en abstient en principe (option du mandat représentatif). Lorsque l'acte de l'élu est manifestement discutable (technicien sans expérience pour la meilleure équipe d'Afrique alors que toutes les équipes concurrentes ont des techniciens expérimentés, salaire complètement surréaliste là où le technicien précédant qui avait des états de service honorable acceptait près de dix fois moins), les citoyens ont le droit d'exiger une pause pour avoir des comptes. En démocratie, un élu sérieux ne se réfugie pas derrière le mandat représentatif pour faire tout et n'importe quoi avec l'argent de la collectivité.
 
 
Read more
See his contributions Dabakala
 
Oui. Et comment tu manifestes ton droit de regard ? La contestation c est bien (d autant plus que ici tout sera subjectif vu qu apparemment Lamouchi se trouve totalement a niveau pour coacher cette equipe et que le salaire lui convient, tout comme a la direction de la fif qui a e...
Oui. Et comment tu manifestes ton droit de regard ? La contestation c est bien (d autant plus que ici tout sera subjectif vu qu apparemment Lamouchi se trouve totalement a niveau pour coacher cette equipe et que le salaire lui convient, tout comme a la direction de la fif qui a enterine) tout ce que tu diras est comprehensible et fonde, mais c est la partie qui concerne la revendication, sa manifestation qui m interresse. Comment tu revendiques et comment tu te pourvois en annulation de decision validee par un conseil directeur sportif ? Ou se trouve la limite de la democratie qui finalement mene a la violence? (destructions de biens materiels, aggressions physiques, diffamation etc.) c est de cela dont il s agit. Sinon techniquement, tout le monde a raison.
 
 
Read more
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login