Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
FOOTBALL: La FIFA veut sanctionner le Bénin !
 
BENIN - COTONOU LE 11 MARS 2012 © koaci.com - Le Bénin est sous la menace des instances internationales de football depuis quelques jours. Si le président Victorien Attolou Search Victorien Attolou s'installe au poste de président de la Fbf au détriment d'Anjorin Moucharafou, le dirigeant reconnu par l'instance mondiale le Bénin sera sanctionné.

Les admonestations de la Fédération internationale de football association, Fifa, sont à prendre au sérieux par les Béninois. La crise qui secoue le secteur du football béninois depuis le 20 décembre 2010 continue d'être nourrie dans les tranchées. La dernière en date est la décision du Tribunal de Première Instance de Porto Novo qui donne raison au président Victorien Attolou Search Victorien Attolou qui va siéger en tant que président de la Fédération Béninoise de Football, Fbf. Dans une décision rendue le vendredi 24 février 2012 suite à la requête des Sieurs Victorien Attolou, Sylvain Lawson et Bernard Hounnouvi (tous membres de la Fbf), le juge Alain Martial Boko demande clairement à M. Moucharafou Anjorin, actuel président de la Fbf, de passer service à l'équipe élue le 04 février 2011. Ce tribunal estime que l'Assemblée générale extraordinaire du 15 février qui a légitimé la cooptation de 12 membres est irrégulière. Il reconnait le bureau présidé par M. Attolou comme seul représentant de la Fbf. Me Rafiou Paraïso, avocat de la Fbf aile Anjorin, a estimé que le tribunal de Porto-Novo qui a rendu cette décision n'est pas compétent pour connaitre de ce dossier. Car, le Tribunal arbitral du sport, Tas, a déjà tranché et clos le débat, et aucune autre juridiction ne devrait plus être saisie. Mieux, l'avocat conseil de la Fbf estime que dans les principes de la Fifa, les affaires de football ne doivent pas être déférées devant les tribunaux ordinaires. Il précise que la convention entre les membres de la Fbf a été violée par la partie Attolou. Par conséquent, il a relevé appel et espère que le droit sera dit en sa faveur. Du côté de Me Issiaka Moustapha qui défend les causes de M. Victorien Attolou Search Victorien Attolou et consorts, la lecture n'est pas la même. Pour lui, le tribunal de Porto-Novo est bel et bien compétent pour en connaitre. En temps normal, cela ne devrait pas être le cas. Mais, comme à la date de la naissance de la crise entre les membres de la Fbf (le 20 décembre 2010) aucun organe juridictionnel n'a été mis en place au sein de la Fbf. Et dans ces conditions, un conflit qui survient doit être réglé. Prenant son confrère aux mots, Me Issiaka Moustapha a précisé que les plaignants ont saisi ce même tribunal à la suite de la saisine de M. Anjorin qui a été débouté. Donc, c'est ce dernier qui a ouvert la brèche. Aussi, a-t-il insisté pour dire que la décision du Tas n'a rien à voir avec la dernière décision du tribunal de Porto-Novo. Selon Me Issiaka Moustapha, le Tas avait été saisi par le camp Attolou en protestation à l'ingérence de la Fifa dans les affaires de la Fbf, et non pour contester la validité du bureau fédéral de cooptés présidé par M. Anjorin. Ce qui est plutôt le cas avec la saisine du tribunal de première instance de première classe de Porto-Novo.


La Fifa menace, les Écureuils en difficulté

Ce jeudi, la Fifa, saisie par Anjorin Moucharafou, l'un des deux dirigeants à revendiquer la présidence de la FBF, a intimé l'ordre de céder son poste à son rival, Victorien Attolou. Ce dernier avait précédemment vu le tribunal de première instance de Porto Novo, ville où siège la Fbf, lui donner raison, en reconnaissant l'assemblée générale élective du 4 février 2011, non validée par la Fifa et la Caf, durant laquelle il fut intronisé. La Fifa voit dans ce recours à la justice de droit commun, une violation des articles 13 et 17 de ses statuts, qui proscrivent l'ingérence politique et préconisent la saisine des juridictions sportives. Or, le Tribunal Arbitral du Sport, Tas, a déjà déclaré non valable l'élection de Victorien Attolou.

Au regard de ce qui précède, l'instance mondiale du football est intransigeante et brandit la menace de suspension de toutes les compétitions internationales de football contre le Bénin qui très engagé dans les éliminatoires de la Can de 2013 et des préliminaires du mondial de 2014 au Brésil de même que dans les compétitions de jeunes. La menace de sanctions contre le Bénin est donc à prendre très au sérieux dans la mesure où ce sont les Ecureuils, l'équipe nationale de football, qui recevront le coup dur. Ainsi, si les menaces sont exécutées, le Bénin sera absent de toutes les compétitions internationales pour des années encore. Les cadres de l'équipe ne pourront plus retrouver leur place dans l'équipe dès la reconstitution ; leur avenir est simplement compromis, ainsi que celui des Ecureuils en général. Ce sera les tous nouveaux jeunes joueurs qui feront leur apparition. Et les efforts des dirigeants actuels de clubs seraient vains. Pour ainsi dire, c'est le Bénin tout entier, grand de plus de neuf millions d'habitants, qui aura perdu et qui payera pour les infractions d'une vingtaine de dirigeants sportifs. C'est dommage !
 
 
4864 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 11/03/2012
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login