Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Ghana : Liberté provisoire pour les Voltarians arrêtés dans l'affaire d'envoutement contre Akufo-Addo et Otumfuo
 
Des policiers en service

© koaci.com– Mercredi 12 Décembre 2018 – Les deux ghanéens originaires de la région de la Volta arrêtés la semaine dernière pour tentative d’envoutement contre le Président Nana Akufo-Addo, le roi des Ashanti, Otumfuo Osei Tutu II, et d'autres hauts représentants du gouvernement ont été libérés le samedi 8 décembre dernier par la police régionale.

Les deux hommes ont été arrêtés le 05 décembre dernier dans un sanctuaire à Weta, une localité dans la municipalité de Ketu-Nord. Ils ont passé plus de 48 heures en garde à vue avant de recouvrer la liberté provisoire.

La nouvelle a été révélée le lundi dernier à la presse par le Commandant de la police régionale, Francis Ebenezer Doku, qui a précisé la police ne travaille pour veiller sur la sécurité du pays, à laquelle les deux personnes ont failli porter atteinte.

Pour les faits qui ont valu l’arrestation des deux personnes, il convient de rappeler que les accusés, Ebenezer Atsu et Sheperd Acolatse, ont consulté un prêtre traditionnel afin qu’il lance un sort contre le Président Akufo-Addo, le roi Osei Tutu II ainsi que certains hauts représentants du gouvernement. Ils prétextent que les personnes visées veulent diviser la région de la Volta en deux.

Le prêtre traditionnel, après avoir eu échos de la mission spirituelle qui lui est confiée, a préféré ne pas mettre en exécution la requête des demandeurs mais a plutôt alerté la police qui a mis la main sur les deux personnes. Selon la police, le prêtre traditionnel, Festus Kwashie Babanawo, a déclaré qu'il ne pouvait pas pouvaient pas nuire aux dirigeants du pays, d'où sa dénonciation.

Si l’arrestation des deux personnes a suscité des débats à controverse, la nature des faits allégués et qui relève du domaine spirituel est difficile à qualifier.

Contre la motivation faite par la police pour justifier l’arrestation des deux personnes, l’avocat Francis Xavier Sosu, conteste et soutient qu’aucune disposition de la constitution ghanéenne ne criminalise l’exercice des droits religieux dans le pays.

Cet avocat a déclaré que l'action de la police laisse penser qu'elle pourrait également faire irruption dans les églises pour arrêter des personnes qui prient contre d'autres serviteurs de l’Etat.

Mensah, Lomé

- Joindre la rédaction togolaise de koaci.com à Lomé: (+228) 98 95 28 38 ou koaci.ghana@gmail.com –
 
 
5000 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 12/12/2018
  2 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login