Logo Koaci
 
 
 
GUINEE BISSAU : Manuel Serifo Nhamadjo refuse l'interim et Conakry annule le sommet de la Cedeao
 
Manuel Serifo Nhamadjo refuse d'être le président par intérim de la Guinée Bissau

GUINÉE - CONAKRY LE 21 AVRIL 2012 © koaci.com - Le sommet sur la crise Bissau Guinéene qui devait se tenir ce lundi à Conakry vient d'être annulé ce samedi soir sur décision des autorités de Conakry. L'information a été rendue publique lors d'une intervention diffusée sur la RTG du ministre des affaires étrangères, Edouard Niankoye Lama.

Les raisons évoquées sont relatives aux dernières décisions prises par la junte à Bissau jugées "très graves" selon le ministre du gouvernement d'Alpha Condé, médiateur de la Cedeao Search Cedeao pour la crise en Guinée Bissau. Ce dernier préfère remettre la question de la crise en Guinée Bissau à l'ordre du jour de la réunion de la Cedeao Search Cedeao qui se tiendra le 26 avril prochain à Abidjan.

Les militaires, qui ont pris le pouvoir le 12 avril, et les anciens opposants avaient désigné jeudi comme président de transition Manuel Serifo Nhamadjo, candidat éliminé au premier tour de la présidentielle du 18 mars.

Ce samedi Manuel Serifo Nhamadjo Search Manuel Serifo Nhamadjo a refuser cette nomination, considérant qu'elle sortait de la "légalité". "Je n'accepte pas cette nomination. Je suis un défenseur de la légalité et je ne reconnais aucune institution créée en dehors de la légalité", a-t-il déclaré à la presse locale.

Samedi, la junte militaire a affirmé que cette nomination, tout comme celle du président du Conseil national de transition, n'était qu'une "proposition", dans un brusque revirement coïncidant avec la menace du Conseil de sécurité de l'ONU de sanctionner les putschistes et leurs partisans. "En tout cas, si c'était une proposition, elle est à terre", a dit M. Nhamadjo, qui avait assuré vendredi ne pas avoir été consulté, ni informé de sa nomination. Il a également déclaré "reprendre la présidence du parlement afin de trouver une solution pour revenir à la normalité constitutionnelle". Les putschistes maintiennent toujours en détention le président intérimaire Raimundo Pereira et le Premier ministre Carlos Gomes Junior, arrêtés le jour du coup d'Etat, à un peu plus de deux semaines du deuxième tour de la présidentielle dont le chef du gouvernement était largement favori.

Ibrahima, KOACI.COM CONAKRY, copyright © koaci.com
 
 
5224 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 22/04/2012
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login