Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Fonction Publique, les syndicalistes déférés à la MACA sont accusés des actes de voie de fait et de séquestration à l'endroit des non-grévistes
 

Côte d'Ivoire : Fonction Publique, les syndicalistes déférés à la MACA sont accusés des actes de voie de fait et de séquestration à l'endroit des non-grévistes

 
 
 
 4816 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 5 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 17 mars 2022 - 09:24

Les syndicalistes de la COSYFOPMA (Ph KOACI) 


Du 09 au 11 mars 2022, la COSYFOPMA ou Coordination des Syndicats de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration a observé un arrêt de travail de trois jours pour, selon le premier responsable M. Nemlin Aimé, protester contre le refus de son Ministre de tutelle de faire droit à leur principale revendication de relèvement de la prime que reçoit le personnel du Ministère.


Cette grève qui s’est soldée par un échec cuisant a vu trois des meneurs écroués à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA) et devront répondre des actes de voie de fait et de séquestration à l’endroit de leurs collègues qui ne se sentaient pas concernés par ce mouvement d’humeur.


Face à cet étau judiciaire qui se resserre autour des initiateurs de cette grève, le premier responsable de la COSYFOPMA continue de distiller dans l’opinion de fausses informations visant à dédouaner son syndicat et à perturber le bon fonctionnement du Ministère de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration.

Face à de telles insinuations mensongères et calomnieuses, le Ministère de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration tient à éclairer les fonctionnaires et agents de l’Etat ainsi que l’opinion nationale.


Dans une note transmise ce jeudi 17 mars 2022 à KOACI, la tutelle évoque d’abord de l’illégalité de la grève.

Les services du Ministère rappelle que, si la grève est un droit reconnu aux travailleurs, les conditions, modalités et procédures de son exécution sont encadrées par la loi N°92-571 du 11 septembre 1992 qui stipule en ses articles 1 à 6 que :


Les différends collectifs qui pourraient naître entre le personnel et l’organisme font l’objet d’une tentative de conciliation entre l’organisme employeur et les agents en liaison avec les services compétents du Ministère de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration.


Si aucune solution n’est trouvée, le Ministre technique et le Ministre de la Fonction Publique sont saisis du différend par les parties en conflit.


En cas d’échec, le litige est porté devant le Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

Si malgré l’intervention du Chef du Gouvernement, les parties n’ont pu être conciliées et que le personnel veut faire usage de son droit de grève, la cessation collective du travail doit être précédée d’un préavis déposé six jours ouvrables avant le début de la grève.


 

Il est donné récépissé du dépôt du préavis par le Ministre de la Fonction Publique. Cependant, le préavis ne fait pas obstacle à la poursuite des négociations en vue du règlement du conflit.


L’inobservation des dispositions de la présente loi entraîne l’application des sanctions prévues par le Statut Général de la Fonction Publique et par le code du travail.


En l’espèce, au regard de ce texte, la grève de la COSYFOPMA est donc jugée illégale par le Ministère de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration, tout soulignant que, jusqu’à son déclenchement, le 09 mars dernier, le bureau, invité à la table des discussions, le même jour avec les trois autres syndicats du personnel, ne s’est pas présenté.


« Cette rencontre, présidée par le Directeur de Cabinet Adjoint de Madame le Ministre, a été l’occasion pour le SYNAFOPCI, le SAPCI et le SYNCHAUCI de se désolidariser de la grève et de s’inscrire dans la logique du dialogue et de la discussion que leur Ministre de tutelle a instauré avec l’ensemble des organisations, plateformes et faitières de syndicats du secteur public, dès sa prise de fonction », précise le Ministère.


La tutelle révèle que, les membres du bureau de la COSYFOPMA, en vue de la réussite de leur mouvement, ont clairement indiqué vouloir s’attaquer au fonctionnement du Système Intégré de Gestion des fonctionnaires et agents de l’Etat ((SIGFAE) qui est une application numérique qui permet à l’Etat de gérer la carrière de plus de 250.000 personnels de l’Administration Publique Ivoirienne.


« De telles projections qui sonnent comme une volonté de saboter l’action du Gouvernement et de créer ainsi de graves troubles sécuritaires qu’entraînerait l’arrêt du fonctionnement du SIGFAE sortent du cadre purement syndical », souligne-t-elle, avant de révéler les actes de violence qui ont été perpétrés lors de la grève peu suivie.


« Des agents qui ne se sentaient nullement concernés par cette grève ont été molestés, séquestrés et violemment pris à partie par les membres de ce syndicat. Ces actes de violence ont abouti à l’arrestation de huit personnes dont trois sont écrouées à la MACA », explique-t-on.


 

En tout état de cause, Madame le Ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration, Anne Désirée Ouloto, réaffirme son engagement et sa disponibilité au dialogue et à la discussion avec les syndicats qu’elle considère comme des partenaires essentiels de l’Administration. 


Elle félicite les fonctionnaires et agents qui se sont mobilisés pour assurer le service public, refusant ainsi de faire le lit de la violence et de la défiance à l’autorité.


Les rencontres programmées se poursuivent, sous sa direction, avec les principales faitières et organisations syndicales, en vue de la prise en compte des nouvelles revendications et de la préparation des prochaines discussions avec le Gouvernement. 


Madame le Ministre invite enfin les organisations syndicales sectorielles, à poursuivre le dialogue avec leurs Ministres de tutelle. 


Donatien Kautcha, Abidjan 



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Les 49 militaires écroués en pleine médiation et après les explications de l'Onu, la junte malienne perd-elle la raison ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: La grève des acteurs des points de vente de mobile money est-elle rais...
 
3109
Oui
48%  
 
3177
Non
49%  
 
224
Sans Avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Fonction Publique, les syndicalistes déférés à la MACA sont accusés des actes de voie de fait et de séquestration à l'endroit des non-grévistes
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
jordanchoco2020
ah ben je crois pas un instant que le droit de grève autorise la séquestration et l'agression de collègues non greviste , vous vous expliquerez devant ke juge c'est plus simple le bordel lâche c'est fini a bon entendeur
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter