Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :    Une parturiente meurt en couche, un médecin de l'hôpital général de Bingerville mis en cause, en attendant sa traduction devant le Conseil de Discipline
 

Côte d'Ivoire : Une parturiente meurt en couche, un médecin de l'hôpital général de Bingerville mis en cause, en attendant sa traduction devant le Conseil de Discipline

 
 
 
 6678 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 10 août 2022 - 17:01

Docteur Aka Charles Koffi



L'actualité du Ministère de la Santé, de l'Hygiène Publique et de la Couverture Maladie Universelle a été marquée la semaine dernière par le décès le 3 août 2022 d'une parturiente référée de l'hôpital général de Bingerville au CHU d'Angré.


Au cours d'une conférence de presse le Directeur de cabinet du ministère en charge de la Santé a informé l'opinion nationale et internationale sur les circonstances de ce décès, situé les responsabilités et a pris des sanctions.


Docteur Aka Charles Koffi a affirmé que le décès de dame Doumbouya est consécutif à un arrêt cardiaque iatrogène suite à l'administration de produit anesthésique couramment utilisé pour la circonstance. Selon lui, Dr Adou Ruth et Dr Ahoueli Ange Patrick médecins, en DES de Gynéco Obstétrique, ont accompli leur charge de travail. Mais Dr Kohou Ignace, Gynécologue Obstétricien, Chef de garde, a fait preuve de négligence professionnelle en abandonnant la parturiente à ses stagiaires.


Par ailleurs, comme l'a mentionné, le Directeur de cabinet, Dr Kohou Ignace, en ramenant 50 mille FCFA à la famille pour selon lui aider à la prise en charge de la parturiente, reconnait implicitement avoir soutiré 80 mille francs CFA comme indiqués par le Conjoint. Il a pratiqué le racket et a enfreint donc aux dispositions pertinentes de l'arrêté interministériel Nº0047 du 21 mars 2012 qui prescrit en son article 2 que la césarienne fait partie des actes et prestations qui bénéficient d'exemption sélective de paiement. 


"En terme plus simple, la césarienne bénéficie de la gratuité ciblée et ne doit faire l'objet de recouvrement. Au surplus, une directive du Ministère interdit formellement toute transaction financière entre un praticien et son patient ou son accompagnateur", a expliqué, Dr Aka Charles Koffi. 


Pour ces faits, des mesures ont été prises conformément au régime disciplinaire de la Fonction Publique.


Selon le Directeur de cabinet, Dr Kohou Ignace fait l'objet de déplacement d'office et instruction est donnée au DRH du MSHPCMU de prendre toutes les dispositions réglementaires pour le traduire devant le Conseil de Discipline.


 

Il a profité de l'opportunité de cette rencontre avec la presse pour saluer la majorité des personnels de santé qui travaillent d'arrache-pied nuits et jours pour offrir des soins de qualité aux populations vivant en Côte d'Ivoire.


"Le Gouvernement les félicite et met tout en œuvre pour améliorer chaque jour un peu plus leurs conditions de travail. Le vaste programme hospitalier en cours initié par le Président de la République atteste de cette volonté. Le Gouvernement à travers le MSHPCMU ne saurait tolérer dorénavant des dérapages et des manquements de quelques brebis galeuses qui mettent en mal non seulement le travail fantastique que fait la majorité mais également tous les efforts consentis par l'Etat de Côte d'Ivoire pour garantir une bonne santé aux ivoiriens", a conclu, Dr Aka Charles Koffi. 


"Les Faits :


Les informations reçues par les services de veille et d'alerte du Ministère en charge de la santé font état de ce que Dame DOUMBOUYA Sita Ruth, âgée de 25 ans, porteuse d'une grossesse à terme aurait été reçue le mardi 2 août 2022 à 12h30 l'Hôpital Général de Bingerville en compagnie de son conjoint. 


Une indication de césarienne élective aurait été posée par Dr KOHOU Ignace, qui par ailleurs aurait demandé, selon le conjoint, la somme 80 mille Francs CFA pour cette intervention et qu'auparavant les sages-femmes lui auraient exigé la somme de 150 mille Francs CFA.


Face à ces informations d'une extrême gravité, le Ministère a aussitôt instruit ses services compétents à l'effet d'investiguer pour vérifier les faits.

Il ressort de l'investigation menée par l'Inspection Générale de la Santé les éléments suivants :


1) Dame DOUMBOUYA Sita Ruth a été effectivement reçue à l'hôpital général de Bingerville le mardi 2 août 2022 à 12 heures. 


 

2) Dr KOHOU Ignace après examen a posé l'indication d'une césarienne pour gros foetus et circulaire du cordon.


3) Dr KOHOU n'a pu prendre Mme DOUMBOUYA au bloc parce que selon lui, d'autres césariennes étaient en attente.


4) Dr KOHOU qui se disait fatigué après 4 interventions réalisées au préalable a donc confié cette dame à ses 2

collaborateurs de service et est rentré chez lui alors qu'il était d'astreinte.


5) Ce n'est qu'à 21 heures 30 que la césarienne a été réalisée par Dr ADOU Ruth, DES de 2ème année et Dr AHOUELI

Ange Patrick DES de 1ère année.


6) Après l'extraction du bébé, Dame DOUMBOUYA qui était sous rachi anesthésie a fait un arrêt cardiaque. Après réanimation, elle a été transférée au CHU d'Angré où malheureusement elle a rendu l'âme le lendemain.


7) Ayant eu l'information que sa parturiente devait être évacuée au CHU d'Angré, Dr KOHOU a demandé à son

anesthésiste par appel téléphonique de remettre 50 mille Francs CFA aux parents de la parturiente pour selon lui

les aider à la prise en charge".


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Ouattara a enfin réussi à mettre en place la sécurité sociale pour tous, un exploit?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Burkina Faso : 34 ans et pas Mossi, le capitaine Traoré pourra-t-il tenir longtemps ?
 
1625
Oui
42%  
 
2139
Non
55%  
 
142
Sans avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Une parturiente meurt en couche, un médecin de l'hôpital général de Bingerville mis en cause, en attendant sa traduction devant le Conseil de Discipline
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter