Côte d'Ivoire Santé
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire: Découverte de la peste porcine africaine à Songon et Bouaflé, au moins 3000 bêtes concernées par l'abattage, selon le service vétérinaire du MIRAH
 

Côte d'Ivoire: Découverte de la peste porcine africaine à Songon et Bouaflé, au moins 3000 bêtes concernées par l'abattage, selon le service vétérinaire du MIRAH

 
 
 
 2616 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 14 mai 2024 - 20:58

En Côte d’Ivoire, le virus de la Peste porcine africaine (PPA) a été découvert à Bouaflé et à Songon, le 10 mai dernier, par les services vétérinaires du Ministère des Ressources Animales et Halieutiques (MIRAH). Pour éviter donc que ces deux foyers de contaminations ne se propagent sur d’autres sites d’élevage, le gouvernement, à travers le MIRAH, a décidé de l’abattage de toutes ces bêtes contaminées. L’opération d’abattage qui a démarré, samedi 11 mai dans les deux principaux foyers, va concerner au moins 3 000 bêtes. 


L’information a été livrée à la presse, ce mardi 14 mai 2024, par Docteur Kallo Vassely, directeur des services vétérinaires au Ministère des Ressources Animales et Halieutiques, lors du rendez-vous hebdomadaire du Centre d’Information et de Communication Gouvernementale (CICG) dénommé “Tout Savoir Sur...” sur le thème : “ la sécurité alimentaire des denrées d’origine animale”. Selon le conférencier, 80 % de ces bêtes à abattre se trouvent à Songon. 


L’invité du CICG est revenu en détail sur le film, de la découverte de ce virus jusqu’à l’arrêté d’abattage. “ L’investigation s’est faite mercredi 8 mai. Le jeudi était férié, mais les laboratoires ont travaillé sur les données et les résultats sont sortis à 23 h. Vendredi, l’arrêté portant déclaration de l’infection et édictant les mesures sanitaires d’abattage et de protection a été signé et le samedi 11 mai, l’abattage a commencé. Vous voyez donc la célérité avec laquelle l’administration a fait face à un tel cas. En moins de trois jours, les abattages ont commencé”, a expliqué Dr Kallo Vassely


Concernant l’opération d’abattage, il a expliqué son bien fondé : “ l’abattage, c'est vraiment pour éviter que la maladie ne passe à une autre zone. On le fait parce que la peste porcine, comme son nom l’indique, est une peste spécifique aux porcs et tous les animaux de la même famille comme le phacochère, le sanglier, etc. Les autres animaux ne feront pas la maladie, tout comme l’homme. Le problème, c’est que c’est un virus qui est très résistant dans le milieu extérieur. C’est pour cela qu’il faut faire l’abattage et détruire les carapaces. Ce virus peut rester 1000 jours dans la même congèle c'est-à-dire trois ans. Si vous cachez la viande de porc qui avait la maladie dans un congélateur et que vous le sortez 2, 3, 4 mois ou un an après, le virus est toujours là et très actif. Vous allez permettre à ce virus d’aller contaminer d’autres bêtes. Il n’y a pas de traitement, pas de vaccin, et donc ce qu’il faut faire, c’est d’extirper le mal à l’origine”, a indiqué le Dr vétérinaire.


Pour lui, il n’y a aucune complaisance à avoir, dans la mesure où “il y a 700.000 porcs à protéger, pour plus de 100 milliards de chiffres d’affaires. La filière porcine, en emplois directs et indirects, occupe 50.000 personnes. Il est donc hors de question de voir détruire toute la filière. Il faut donc agir vite et c’est ce qui explique la célérité avec laquelle nous avons agi. Outre cela, il y a une veille sanitaire qui est en cours. C’est pour vous dire que l’État met tout en œuvre, pour que chaque fois qu’un cas apparait, on puisse le cerner rapidement”, a-t-il poursuivi.


 

A l’en croire, 53 pays dans le monde sont aujourd’hui affectés par la peste porcine, dont de nombreux pays en Europe. “Il y a deux grosses maladies animales aujourd’hui qui perturbent l’élevage, à savoir la grippe aviaire chez la volaille et la peste porcine. Dire qu’on ne va jamais avoir la maladie, c’est faux. Nous sommes dans une région où certains pays sont endémiques. La Côte d’Ivoire refuse d’être endémique et donc chaque fois qu’il y a un foyer, nous l’éliminons pour que les gens puissent continuer leurs activités. Le plus dur, ce n’est pas que le virus n’apparaisse pas, le dur, c'est de pouvoir le détecter rapidement et réagir”, a confié le conférencier.


Il a dans cet ordre d’idée, invité les éleveurs à signaler toute anomalie constatée dans les comportements de leurs animaux. “ Si vous constatez que votre animal commence à ne plus manger, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas et il faut le signaler”, a-t-il ajouté.


Il a rassuré que les propriétaires des animaux abattus, seront tous indemnisés. “ En 2021, nous avons abattu plus de 500.000 volailles à Mondoukou dans la localité de Bassam et en décembre, les indemnisations ont été faites. Ce sont 700 millions que l’État a décaissés pour aider les éleveurs. Le même mécanisme est en place et il sera appliqué”, a-t-il rassuré. 


 

S’agissant de la sécurité sanitaire des denrées animales et d’origine animale, Dr Kallo Vassely a fait savoir qu’il existe une chaine de contrôle depuis la production jusqu’au consommateur final, et cela, afin de protéger le consommateur. De fait, pour atteindre cet objectif de protection du consommateur, le gouvernement à travers le MIRAH, a mis selon lui, en œuvre, une politique qui s’appuie sur les instruments que sont : “ la législation et la réglementation” qui lui permettent d’assurer le travail d’inspection et de contrôle sanitaire sur l’ensemble du territoire national ainsi qu’aux frontières”, a-t-il insisté.      



Wassimagnon     


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Condamnés-vous le comportement de la Députée ivoirienne à la CEDEAO ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : 2025, l'appel d'union de l'opposition de Gbagbo peut-il inverser la t...
 
2331
Oui
95%  
 
1
Non
0%  
 
125
Sans avis
5%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire: Découverte de la peste porcine africaine à Songon et Bouaflé, au moins 3000 bêtes concernées par l'abattage, selon le service vétérinaire du MIRAH
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter