Logo Koaci
 
 
 
Koacinaute: Reformes politiques au Togo: Aminé Gogoue sur les pas de Me Agboyibo
 
Sans détour, c’est le titre d’une rubrique d’un journal que nous aimons beaucoup pour son professionnalisme, sa recherche de vérité et sa soif de démocratie pour le Togo. 

C’est avec cette expression que nous commençons cet exercice d’autoflagellation qui consistera à nous dire certaines vérités, fâcheuses pour certaines personnes mais qui auront le mérite de nous remettre sur le droit chemin du combat politique que nous menons. 

L’opposition politique togolaise souffre d’un mal qui porte plusieurs noms : tantôt c’est la division, tantôt c’est l’amateurisme, l’hypocrisie, l’inconstance, la fourberie ou le sectarisme. Tous ces maux bloquent l’engrenage de la machine politique censée nous conduire vers l’alternance. 

Cette semaine vient finir de la façon la plus douloureuse possible et inquiétante pour nous qui nous efforçons nuit et jour de colmater les brèches pour baliser la voie à l’alternance. 
 
Le Vendredi passé la proposition de loi introduite par l’ANC et son l’allié de circonstance ADDI a été rejetée sans ménagement par les députés RPT-UNIR, ce parti qui régente notre pays depuis un demi-siècle. Une situation prévisible puisque la veille, il y avait des signes qui laissaient croire à une machination en préparation. C’est dans ce contexte de déception généralisée, qu’est annoncée une manifestation à Dapaong le samedi 06 Aout pour revendiquer les réformes et les élections locales. 

Généreuse idée surtout au lendemain du rejet de la proposition de loi à l’Assemblée mais malheureusement sa matérialisation sur le terrain fut un échec : résultat évident de l’amateurisme, de la division et de l’hypocrisie, ces mots-maux qui enrhument notre lutte depuis des décennies. 
 
Oui, les manifestations à l’intérieur du pays sont une nécessité dans le contexte actuel où tout le peuple a besoin d’être situé sur les enjeux des réformes prises sous toutes leurs formes. La physionomie actuelle du terrain politique recommande, pour atteindre l’objectif recherché à travers les manifestations, que soient associées les grandes forces politiques le coalisées au sein du CAP2015. 

La tournée de mobilisation et de sensibilisation des militants de l’intérieur du pays fait partie des priorités inscrites au CAP2015, et ADDI qui fut parti allié, savait que le CAP2015 projetait une manifestation à Dapaong. 

Dans ces circonstances, le bon sens et l’obligation de résultat les condamnaient à l’unicité d’action.
Et ça, même les prélats en sont arrivés à cette conclusion en relevant que trop de tergiversations sur le chemin de l’alternance conduit à égarer et à lasser le peuple. 

Alors pourquoi continuer par faire cavalier seul même devant des situations qui nous obligent à nous rassembler ? A quoi auraient servi les manifestations politiques avec une seule couleur si à la fin les réformes que nous revendiquons ne sont pas obtenues ? Pourquoi ce zèle et cette débauche d’énergie au niveau de certains partis politiques pourtant dirigés par des soi-disant grands professeurs d’université ? C’est sans détour. Osons crever l’abcès, la douleur sera forte mais elle sera brève et nous en sortirons grandis. 
 
Nous devons nous armer de courage car l’aventure à ce niveau mérite une introspection que d’aucuns pourraient même assimiler à une autoflagellation. La désunion et la division sont des plaies béantes qui nous empêchent de lever le pied pour aller droit vers la victoire, et ça, nous avons l’obligation morale de le reconnaître. 

Certains partis politiques ont tendance à trop se recroqueviller sur leur prétendu fief … Dans le contexte politique togolais, à quoi sert ce soi-dit fief électoral si au bout de l’exercice, l’opposition doit toujours mordre la poussière ? 

Les actions politiques aux relents régionalistes n’aboutiront pas à des résultats capitalisables sur le plan national si nous persistons avec cette politique d’outre-temps calquée sur nos familles, nos ethnies et autres identifiants auxquels s’accrochent des esprits primaires. Nous devons dépasser le cadre des régions car justement, un parti politique n’est pas une affaire de région ou de préfecture. 

C’est une idée très peu évoluée que de vouloir se baser sur son prétendu fief pour espérer avoir une assise nationale.
C’est la débâcle si on s’attache trop à ces considérations stériles. 

Le sort d’Aimé GOGUE à la présidentielle de 2015 fut une illustration des erreurs d’appréciation qui peuvent arriver si les relents régionalistes guident toujours nos choix politiques. 

En effet, le parti ADDI du professeur Aimé GOGUE avait obtenu deux sièges dans les savanes aux législatives de 2013. Loin de croire à un score personnel réalisé dans la région des savanes que le Professeur GOGUE considère, pas sans abus comme son fief, ces résultats avaient été rendus possibles grâce à l’aura du CAP2015 qui avait choisi de positionner ses pions en suivant une certaine norme géopolitique. Ça sera faire sans compter avec la mégalomanie de Aimé GOGUE qui estimera qu’il a des ailes solides pour prendre des airs. La conséquence de cet acte à la limite de l’ivresse ne se fera pas attendre. Kpogo Alphonse, jusque-là secrétaire général de l’ADDI fait député du Grand Lomé grâce à une clé de répartition du CAP2015 basée sur l’équité, démissionne du parti ADDI pour rejoindre l’ANC. Téméraires et décidés de persévérer dans l’erreur, Aimé GOGUE et sa cohorte leurrés par une hypothétique popularité dans la région des Savanes, feront le saut dans le vide en se présentant aux élections présidentielles de 2015. Le résultat a été sans appel et tous les hommes intelligents s’attendaient à ce que le Professeur GOGUE tire leçon de cette mésaventure qui n’aura eu le mérite que de l’amener à réaliser qu’il ne représentait que sa propre ombre dans les Savanes. 

Un an après cette déconvenue, voilà encore Aimé GOGUE qui tente de rééditer les mêmes initiatives qui ont pourtant connu des échecs. 

La réalité est pourtant là : il faut que les partis politiques qui se veulent sincères et responsables travaillent en synergie pour obtenir de ce régime de véritables réformes. 

Le sectarisme, l’ethnocentrisme sont des choix stratégiques hasardeux qui n’ont jamais fait prospérer un parti politique. Le risque encouru dans une telle démarche est l’implosion et la descente aux enfers du parti comme c’est le cas aujourd’hui avec le CAR. Certains leaders se croyant assez malins, ont toujours avancé des arguments fallacieux et saugrenus pour repousser toute initiative globale pouvant déboucher au changement dans notre pays. Maintenant, ils paient les frais de cette inconstance. Un parti politique n’est pas une secte ou un clan qu’il faut à tout prix embrigader dans une logique qui ne tienne pas en compte des objectifs lointains du groupe. 

Il faut encourager l’esprit participatif à toutes les actions pour raviver la flamme au sein de notre population. Le noyau existe, vers lequel toutes les forces doivent converger pour espérer faire mouche. Il faut maintenant appeler chacun à ses responsabilités. 

Si l’actuelle classe politique ne semble pas comprendre qu’il est temps de tourner résolument la page de la désunion, la jeunesse montante qui comprend des hommes et des femmes partageant ensemble le désir d’alternance, se lèvera pour prendre la relève et pousser très haut le combat. Les Togolais ne sont plus prêts à se laisser divertir par des opposants en âge de retraite.


PS : La direction de KOACI rappelle qu'un "koacinaute" n'est pas un journaliste de la rédaction de KOACI mais un contributeur inscrit ayant la possibilité de poster sur le site en vue d'une diffusion et ce dans une dynamique de libre expression plurielle.

 
 
4582 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 09/08/2016
  5 Vote(s)
 
 
Author : KOUMEDIA
Informatique / Telecommunication
Togo
 
Administrateur Base de DonnéesAime la musique et le cinema
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login