Logo Koaci
 
 
 
CI: L'investiture du Président Ouattara: Transports urbain a Yakro
 
:: CONTRIBUTION POSTEE LIBREMENT PAR UN KOACINAUTE::

Historique de l’investiture

Les charges importantes ne peuvent être exercées qu’après que leur titulaire ait prêté serment Search serment devant ceux sur qui cette autorité va s’exercer. Le détenteur du pouvoir jure alors de ne pas en abuser et de l’exercer pour le bien de ses administrés. Après avoir recueilli son serment, les représentants du peuple lui remettent alors les attributs de son pouvoir. En d’autres termes, lorsqu’une autorité accède à un pouvoir suffisamment important pour avoir une incidence capitale sur la vie de ses concitoyens, il est de coutume que cette personnalité soit investie dans ses fonctions. Il en est ainsi pour le chef de village, le chef de canton, le roi, l’empereur, le chef d’état, mais aussi pour le magistrat, les jurés et autres représentants du peuple (cas de la Commission électorale indépendante, entre autres). Pour le chef d’état, on dit qu’il accède à la magistrature suprême.

Chaque pays a ses règles. Mais en France, comme partout, d’ailleurs, le chef de l’Etat élu prête serment. Certains le font sur la Bible, d’autres sur le Coran, d’autres encore sur la Constitution. Aux Etats-unis d’Amérique, le président de la Cour suprême fait prêter serment Search serment au Président. Ensuite ont lieu le discours d'investiture et le défilé. Ce qui fait dire aux puristes que l\'investiture célèbre le système politique américain. En Côte d’Ivoire, le Président attrape un morceau du drapeau national avec la main gauche et lève la main droite pour prononcer la formule consacrée.

La prestation de serment Search serment est suivie de l’investiture de l’autorité dans ses hautes fonctions. Les deux événements se produisent généralement au cours de la même cérémonie. L’investiture du Président de la République, SEM Alassane Ouattara, le 21 mai 2011 à Yamoussoukro, après la prestation de serment, quelques semaines plus tôt à Abidjan, est donc une exception dictée par les événements. Encore que, sur le plan légal, aucune disposition de la loi n’est contraignante en la matière.

Le Président Alassane Ouattara est le cinquième président de la République de Côte d’Ivoire. Après avoir proclamé l’indépendance de la Côte d’Ivoire, le 7 août 1960, Feu le Président Félix Houphouët-Boigny a dirigé le pays sous le régime du parti unique pendant plus d’une décennie. Ce n’est qu’en 1980 qu’il autorisa ceux de ses concitoyens qui le voulaient, à se présenter contre lui, mais toujours dans le cadre du parti unique. En 1990, le multipartisme ne l’empêcha pas de se faire réélire avec une majorité écrasante.

Le Président Aimé Henri Konan Bédié succède au père de la Nation, à la suite du décès de celui-ci le 7 décembre 1993. Il remporte ensuite les élections présidentielles de 1995.
Puis commence la période trouble de l’histoire de notre pays.
Le Président Henri Konan Bédié est renversé le 24 décembre 1999.
Le général Robert Guéi est investit Président de la République le 25 décembre 1999.

Après des élections organisées dans le sang, Laurent Gbagbo prête serment Search serment et se fait investir Président de la République le jeudi 26 octobre 2000.

Laurent Gbagbo, opposant historique Search historique et candidat du FPI, prête serment, dans la soirée, au palais présidentiel d\'Abidjan, au terme d'une nouvelle journée chaotique, le général Robert Guéi ayant été chassé du pouvoir par un coup d’état militaro-civil. Bien avant de le renverser avec l’aide de l’armée et de la gendarmerie, Laurent Gbagbo avait réussi à convaincre le général de faire adopter une nouvelle Constitution et de rejeter la candidature des principaux partis de l’opposition, le PDCI-RDA et le RDR, aux élections présidentielles. C'est donc dans une ambiance chaotique que Laurent Gbagbo est investi à la tête de l'Etat à la tombée de la nuit, ce jour-là. A 18 h 30, les sept magistrats de la chambre constitutionnelle de la Cour suprême déclarent les résultats de l'élection du 22 octobre, à savoir près de 60% des suffrages exprimés pour Laurent Gbagbo contre environ 33% à Robert Gueï, avec un taux de participation dà peine 37%.

Une décennie et six reports plus tard, le peuple ivoirien peut enfin s’exprimer de nouveau. Le 28 novembre 2010, le second tour de l’élection présidentielle consacre la victoire du Dr Alassane Ouattara, avec plus de 54% des suffrages, contre 45% pour Laurent Gbagbo. Le taux de participation supérieur très élevé de plus de 80% montre la volonté du peuple ivoirien de s’exprimer pour tourner définitivement la page de toutes ces années sombres où l’impunité l’a disputé avec la médiocrité.

Avec Alassane Ouattara, la Côte d’Ivoire renoue avec les hautes valeurs morales, et reprend sa place dans le concert des nations civilisées tournées vers le développement, et œuvrant pour le bien-être sans cesse amélioré de leurs populations.
 
 
6198 Visit(s)    6 Comment(s)   Add : 15/05/2011
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions akwaba
 
donc Gbagbo à été élu avec environ 4,5 millions de voies sur 21 million d'habitants (environ 20 %), Remarque entre ça et un militaire au pouvoir...c'est quand meme le pire score de l'histoire pour devenir président... et apres on parle encore de démocratie a cette époque...la bon...
donc Gbagbo à été élu avec environ 4,5 millions de voies sur 21 million d'habitants (environ 20 %), Remarque entre ça et un militaire au pouvoir...
c'est quand meme le pire score de l'histoire pour devenir président...
et apres on parle encore de démocratie a cette époque...
la bonne blague.
 
 
Read more
See his contributions Dabakala
 
Par rapport à l’exposé ici présenté, pas de remarque particulière. Seulement deux points : Les candidats du RDR et du PDCI ont été refoulés par Guéi robert par hasard, comme par enchantement !!! (l’un pour nationalité douteuse, toujours non élucidé et l’autre pour certificat médi...
Par rapport à l’exposé ici présenté, pas de remarque particulière. Seulement deux points : Les candidats du RDR et du PDCI ont été refoulés par Guéi robert par hasard, comme par enchantement !!! (l’un pour nationalité douteuse, toujours non élucidé et l’autre pour certificat médical établi en dehors du cadre constitutionnel défini) !!!! Le deuxième point est le fameux taux de participation aux élections lors du deuxième tour en 2010. Plus de 80% selon CHOI, alors qu’au premier tour on tournait autour de 70% et que bien évidement, moins de personnes se sont présentées devant les bureaux de vote au deuxième tour. Je ne rentre pas dans la polémique, mais quand on lit l’historique de la crise en côte d’ivoire, on ne peut s’empêcher de sentir un pincement au cœur et on comprend pourquoi toute lecture devient immédiatement subjective et partisane. Car il faut du bon sens pour accepter de part et d’autre, des vérités transformées en mensonges qui ont définitivement amenée la côte d’ivoire dans le gouffre !!!! MErci
 
 
Read more
See his contributions SRIKA BLAH
 
@ Akwaba.Il s'agit de 37% des INSCRITS et NON 37% de la population TOTALE.Ce qui veut dire qu'il y a eu SEULEMENT moins de 1 millions 500 milles personnes qui avaient voté Guei Robert et Gbagbo.... en 2000 Gbagbo a eu moins de 900 voix pour se "dire" president.AVEC CA Gbagbo se d...
@ Akwaba.

Il s'agit de 37% des INSCRITS et NON 37% de la population TOTALE.
Ce qui veut dire qu'il y a eu SEULEMENT moins de 1 millions 500 milles personnes qui avaient voté Guei Robert et Gbagbo.... en 2000 Gbagbo a eu moins de 900 voix pour se "dire" president.
AVEC CA Gbagbo se dit le président de tous les ivoiriens.
 
 
Read more
See his contributions Dabakala
 
@SRIKA BLAH………..quelque soit le taux de participation, l’élection du président est acquise, selon la constitution, pour tous les ivoiriens, votants ou non. Le vote est un droit mais pas une obligation et c’est justement sur ce point que CHOI et compagnie ont pompé le taux de part...
@SRIKA BLAH………..quelque soit le taux de participation, l’élection du président est acquise, selon la constitution, pour tous les ivoiriens, votants ou non. Le vote est un droit mais pas une obligation et c’est justement sur ce point que CHOI et compagnie ont pompé le taux de participation pour atteindre les 80% et élire ADO président. Ce qui justifie la chute de ce taux, c’est essentiellement l’abstention, qui était manifestement présente au deuxième tour comme l’on constaté la majorité des observateurs jusqu’à la déclaration de BAKAYOKO, entériné par CHOI avec plus de 80% de taux de participation. Sic !!!!! Merci
 
 
Read more
See his contributions SRIKA BLAH
 
@ Dabakala.Merci pour ton point de vue. Nous sommes en DEMOCRATIE.TOUT les problemes actuels proviennent pratiquement des ELECTIONS de 2000.Si Gbagbo laurent avait AFFRONTE un candidat soit du RDR ou du PDCI, ou meme d'un candidat independant pro-pdci, les choses allaient se pass...
@ Dabakala.

Merci pour ton point de vue. Nous sommes en DEMOCRATIE.
TOUT les problemes actuels proviennent pratiquement des ELECTIONS de 2000.
Si Gbagbo laurent avait AFFRONTE un candidat soit du RDR ou du PDCI, ou meme d'un candidat independant pro-pdci, les choses allaient se passer autrement.
MALHEUREUSEMENT, Guei Robert et Gbagbo Laurent ont voulu faire un " ARRANGEMENT"...
Ce qui a conduit le pays dans cette SITUATION.
 
 
Read more
See his contributions baalia
 
srika,dabakala ne reconnaitra jamais que son gbagbo est un magouilleur,enfarineur,partant ,tu te fatigues a lui repondre,le cerveau de terminator a bloqué le programme reflechis par toi meme
 
 
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login