A
HOME
I
NEWS
        Politique
        Sociéte
        Sport
        Economie
        Culture
        Technologie
        Tribune
        Evenementiel
        Santé
V
VIDEO
M
MUSIC
K
KOACINAUTE
 
 
Côte d'Ivoire
Burkina Faso
Gabon
Congo
Sénégal
Bénin
Afrique du Sud
Angola
Botswana
Burundi
Cameroun
Cap-Vert
Centrafrique
Congo (RDC)
Djibouti
Erythrée
Ethiopie
Gambie
Ghana
Guinée
Guinée Bissau
Guinée Equato
Kenya
Lesotho
Libéria
Madagascar
Malawi
Mali
Mauritanie
Mozambique
Namibie
Niger
Nigeria
Ouganda
Rwanda
Sao Tomé
Sierra Leone
Somalie
Soudan
Swaziland
Tanzanie
Tchad
Togo
Zambie
Zimbabwe
Algérie
Comores
Egypte
Maroc
Tunisie
Libye
Afrique
Soudan du sud
Cedeao
Monde
 
 
Koacinaute: Le Sénégal des disparités…: Pour que nul n'en ignore !
 
Sénégal    Tribune
 
 
 
Des voyages effectués dans l’intérieur du pays notamment dans le Sine, le Baol, le Saloum et tout récemment dans le Ndiambour, m’ont permis de percevoir les inégalités sociales frappantes qui existent entre la capitale Dakar et ces localités du fin fond du Sénégal. C’est comme si il y avait deux Sénégal : le Sénégal des gens qui vivent aisément, ayant accès à presque tout ce dont ils ont besoin ; et celui des gens «marginalisés» qui ont besoin de presque tout !

Là-bas, les populations font de l’auto-stop ou attendent les rares voitures de transport qui passent avec un intervalle de plusieurs minutes. Parfois, ils sont obligés de marcher sur plusieurs kilomètres pour vaquer à leurs occupations. Ici, c’est la préférence pour être transporté : on a un large choix entre bus Dakar Dem Dikk, TATA, «Car rapide», «Ndiaga Ndiaye», taxis… et véhicules particuliers.

Là-bas, les femmes puisent de l’eau au puits, pilent le mil. Ici, il y a les robinets et il y a les moulins et toutes sortes de machines qui rendent la vie plus simple à la ménagère. Ici, tout le monde dispose de l’électricité, là-bas, certains en ont, d’autres, très nombreux, ne l’ont pas. Là-bas, les femmes accouchent avec toutes les difficultés, transportées parfois en charrette vers la structure sanitaire la plus proche (qui est parfois très loin). Ici, le taxi ou la voiture du mari est disponible à n’importe quelle heure de la nuit, et on peut aussi préférer d’hôpitaux. Ici, on prépare le repas dans la cuisine, là-bas, j’ai vu certaines familles cuisiner aux dehors sous une tente avec du bois.

Et pourtant, ce sont les gens d’ici qui rouspètent le plus, qui occupent les médias au quotidien pour réclamer ceci ou cela.

Malgré toutes ces difficultés vécues au quotidien, les populations discutent, sourient, vaquent à leurs occupations comme si de rien n’était. C’est difficile, même s’ils ne le disent pas. Seulement, ils ont de l’endurance. Ils restent positifs et ils ont espoir que demain sera meilleur. Ce sont de braves dames et hommes qui méritent toute l’assistance et la considération de la part de ceux qui nous dirigent.

Avec la découverte des gisements de pétrole et de gaz dont l’exploitation générera des recettes en milliers de milliards (on parle de 16 000 milliards de F CFA sur 30 ans), la situation doit vraiment changer. Il ne doit plus y avoir de femmes qui meurent en accouchant, par faute de moyen ; plus d’élèves qui étudient dans des abris provisoires ; plus d’étudiants tués parce réclamant leurs bourses ; plus de grèves d’enseignants qui paralysent le système éducatif parce que réclamant des indemnités ; plus de villages en manque d’eau, d’électricité ou de structures sanitaires ; plus de gens qui meurent de maladies parce que ne pouvant pas assurer les frais médicaux. Il est temps que le slogan «Sénégal de tous et pour tous» et la gouvernance sobre et vertueuse tant chantés par les régimes qui se sont succédés se réalisent.

Doit prendre fait cette ère où une minorité du peule (le président de la République, sa famille et ses proches ; les ministres et leurs familles, les députés, les directeurs généraux…) se partagent les plus grosses parts de nos richesses, laissant les populations vivre dans la difficulté et nous faisant croire que nous sommes très pauvres. Non ! Nous ne sommes pas pauvres comme ils le prétendent. Ce sont nos dirigeants en manque de patriotisme, qui nous appauvrissent et appauvrissent notre cher Sénégal.

 
 
Coumba Ndoffène DIOUF
Journaliste
ndoffenejournaliste@gmail.com



PS : La direction de KOACI rappelle qu'un "koacinaute" n'est pas un journaliste de la rédaction de KOACI mais un contributeur inscrit ayant la possibilité de poster sur le site en vue d'une diffusion et ce dans une dynamique de libre expression plurielle.


 
 
 
 
8751
Vue(s)
 
Author : SDN
 

Chargement...

 
 
 

SRIKA BLAH
C'est le même tabac(ou vase-de-nuit) en Afrique noir..... Chez moi en Cote d'Ivoire, beaucoup vivent encore comme á la période de la pierre taillée alors que certains portent des "vestes climatisées".

SRIKA BLAH
Il faudrait que les dirigeants des puissants pays qui nous prêtent de l'argent chaque année, fassent des efforts pour faire des visites inopinées des énormes zones pauvres des pays africains. Ils n'ont jamais su la réalité en Afrique.

 
A voir aussi
Voir+
 
 
 
Vous aimez notre contenu?
 
* Stay connected via our newsletter
 
 
KOACI.COM
l’Info au Coeur de l’Afrique
 
koaci.com Média panafricain indépendant gratuit sur le net. Nous sommes dans 11 pays avec plus de 19 journalistes. Koaci.com c'est l’Info au Coeur de l’Afrique
 
KOACI.COM © Copyright 2008 - 2016 DELLF - All rights reserved
 
  
 
 
 
Contacts | +225 08 85 52 93 - contact@koaci.com