Logo Koaci
 
 
 
Mali : Après la présidentielle, les dates des législatives divisent
 
Moussa Sinko Coulibaly (ph)

- Bamako - Le 23 août 2013 © koaci.com – Après l’élection présidentielle, les législatives trouvent tous leurs droits dans les débats politiques. En effet, c’est ce vendredi que le ministre en charge de l’organisation des élections, Moussa Sinko Coulibaly Search Moussa Sinko Coulibaly va présenter son agenda des législatives au Premier ministre Diango Cissoko. En prélude, il a rencontré les représentants des partis politiques et de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

L’organisation des élections législatives était à l’ordre du jour de la rencontre entre le département de l’Administration territoriale et les partis politiques, ce jeudi 22 août au gouvernorat du district de Bamako.

Le ministre Moussa Sinko Coulibaly Search Moussa Sinko Coulibaly était entouré du ministre délégué Abdourahamane Touré, du Délégué général aux élections, le Général Siaka Sangaré, du gouverneur du district de Bamako.

Moussa Sinko Coulibaly est venu à cette rencontre avec une proposition de dates des législatives: le 27 octobre 2013 pour le premier tour, et le 17 novembre, soit trois semaines après pour le second tour. « Il est important d’aller aux législatives pour fermer le chapitre de la crise institutionnelle », a indiqué le ministre.

Selon lui, nous ne sommes pas totalement sortis de la période de turbulence.

En plus des deux missions principales du gouvernement de transition, il y avait des défis socioéconomiques et humanitaires. Aujourd’hui, les bonnes élections valent que des élections exceptionnelles dans deux ans.

Mais la classe politique malienne est divisée à ce propos, pour certains partis politiques, on devrait d’abord tirer les enseignements du déroulement de l’élection présidentielle, avant d’entamer les législatives. Le président de l’UFD, le colonel Youssouf Traoré a soutenu que les deux missions du gouvernement de transition étant accompli, d’autres missions relèveront du futur gouvernement. Plusieurs représentants des partis politiques, comme Amadou Koïta du PS Yéelen Coura, Djiguiba Keïta du PARENA, Tiémoko Maïga de l’URD, ont soutenu que cette rencontre devrait être une réunion d’évaluation de la présidentielle et non une proposition de date pour les législatives. Selon Tiémoko Maïga de l’URD, pour l’organisation des législatives, l’on devrait attendre que l’administration soit présente dans toutes les communes et dans tous les cercles des régions nord du Mali ; en plus, la négociation avec le MNLA va s’ouvrir. Djiguiba Keïta PPR, lui emboite le pas : « Nous ne pouvons pas faire l’impasse sur les dysfonctionnements du scrutin présidentiel, les ratés, le cafouillage. Avant les législatives, il faut régler le cas des 350 mille jeunes privés de leurs droits lors de la présidentielle», indique-t-il.

Certains intervenants ont souhaité qu’un accent soit mis sur la distribution des cartes NINA, d’autres ont demandé au ministre de relever le défi du retour des refugiés avant les législatives. Le ministre de l’Administration Moussa Sinko a promis de corriger les imperfections constatées lors de l’élection présidentielle.

Ib

 
 
4080 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 23/08/2013
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login