Logo Koaci
 
 
 
Nord Mali : fête totale à Tombouctou, l’insécurité annihilée
 
::Koaci.com Bamako::Nord Mali : fête totale à Tombouctou, l’insécurité annihilée::

Après un démarrage difficile, à cause d’une faible affluence, la quinzaine touristique et culturelle de la région de Tombouctou s’est finalement installée dans la fête totale.

La morosité de départ, constatée lors de la cérémonie de lancement dans la matinée du 5 janvier, a été vue comme une conséquence de la mise en garde du Quai d’Orsay qui a invité les ressortissants français à ne pas se rendre au nord Mali, craignant des risques d’enlèvement. Mais c’est à la faveur d’un grand concert organisé le soir que la mobilisation a été totale dans la citée des 333 Saints, comme dans un sursaut d’orgueil pour démontrer qu’à Tombouctou, la paix et la sécurité règnent.
En l’espace de cette quinzaine de la culture et du tourisme, la ville de Tombouctou devient incontestablement la capitale de la culture malienne, avec des activités de référence dont la 10ème édition du Festival au désert. Le ministre de la culture Mohamed El Moctar ne s’est pas retenu de dire, en réaction du communiqué du département français des Affaires étrangères et européennes, que ces évènements se déroulaient dans un contexte particulier, « celui d’une certaine désinformation tendant à stigmatiser notre pays et tout particulièrement les régions du Nord ». Réconforté par la présence des touristes, enfin, il affirme « plus que tout discours, cette présence constitue le démenti le plus éloquent à toutes ces allégations ».

A l’affiche du concert de la rentrée culturelle 2010, cette nuit du 5 janvier, au stade municipal de Tombouctou, se trouvait une brochette d’artistes, rien que pour la bonne ambiance : les « sofas de Niafunké », le « groupe Africa percussion » venu de Bamako, « la chorale de la paix », le groupe « Houmeïssa » etc. Cette soirée qui a été retransmise en direct sur la télévision nationale du Mali a été déjà notée par les participants comme étant un des moments forts qui présage de la réussite de la quinzaine touristique et culturelle de la région de Tombouctou.

La troupe de Niafunké s’est illustrée par une danse inouïe, chacun se servant d’un fusil, magnifiant une digne représentation de la confrérie des chasseurs dans cette localité au nord Mali. Le groupe « Africa percussion » est composé de jeunes maliens, congolais et ivoiriens, assurés d’une parfaite maîtrise des grands tambours surtout connus en Afrique centrale, et d’un type de balafon dit du Sahel malien. La chorale de la paix, composée d’artistes connus du public malien, a chanté l’appel à la paix et pour le développement, des questions cruciales au cœur du quotidien à Tombouctou en particulier et au nord Mali en général. Composée de Fantani Touré, Awa Sangho, une « go » du Kotéba, Amie Wassidjé, Haïra Arby, Tialé Arby, Kia Maouloud, Bocar Madiou et Afel Boucoum, cette chorale n’a rien ménagé pour chauffer les nuits froides du désert tombouctien, et galvaniser un public de ressortissants de la région et de touristes en communion et dans une complicité juvénile. La surprise agréable de cette nuit était la parfaite maîtrise du « takamba » par des artistes du sud, d’un rythme attribué au nord, un démenti de cette identification, mais aussi un effort de démonstration de l’unité nationale. Mais qu’est ce qu’a voulu démontrer le groupe « Houmeïssa » ? Du « takamba » pur comme jamais égalé par aucune interprétation. Quelle classe ! Quelle grâce ! Quelle nonchalance et quelle douceur de ces femmes et de ces hommes pour le plaisir des yeux. Un spectacle qui s’apprécie en se laissant gagner par la fraicheur, le froid soufflé par le vent glacial du désert…

Pour le maire de la Commune urbaine de Tombouctou Halley Ousmane, cette rentrée culturelle est certes une occasion d’étaler les talents du riche patrimoine culturel, mais aussi le point de départ d’une série de projets culturels en faveur de Tombouctou. Visiblement émerveillé, le ministre de la Culture, Mohamed El Moctar a déclaré que la culture sera au cœur de l’année du cinquantenaire de l’accession de notre pays à l’indépendance. Le ministre a saisi l’occasion pour rendre hommage à des artistes maliens de renommée nationale et internationale dans différentes expressions artistiques et culturelles. Parmi eux :Souleymane Cissé, Cheick Oumar Sissoko, feu Ali Farka Touré, Salif Keita, le couple Amadou et Mariam, Toumani Diabaté, Rokia Traoré, Bassékou Kouyaté, Nahawa Doumbia, Abdoulaye Diabaté, le groupe Tartit, la troupe Babemba, le groupe dramatique, le groupe Tinariwène, le groupe Houmeissa, Haïra Arby, Alou Ifra N’diaye, Ismaël Diabaté, Malick Sidibé, Oumou Sangaré, Baba Salah, Amaguiré Dolo, Habib Koïté, Mani Ansar, Mamou Daffé, Mme Guegen Alice Dakouo…

Ib
 
 
5030 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 09/01/2010
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login