Logo Koaci
 
 
 
Oignon : filière d’avenir pour le Niger
 
::Article de la rédaction de Koaci.com au Niger::

La filière Search filière oignon, principale source de devises du Niger après l'uranium rapporte annuellement environ 40 milliards de francs CFA pour le Niger par sa seule commercialisation en Afrique occidentale et centrale. L’histoire de la production et de la commercialisation de l’oignon remonte au lointain passé du Niger, bien avant la colonisation.

On pense que des oignons du Niger étaient expédiés par les routes commerciales transsahariennes dès le VIIIe ou IXe siècle. On estime que le Niger, lors de l’indépendance en 1960, produisait de 25 à 30.000 tonnes d’oignon par an. Au cours des 10 dernières années la production a été en moyenne d’environ 300.000 tonnes. Ceci représente une multiplication par 10 en 45 ans. Dans certaines statistiques cette production est estimée à environ 500.000 tonnes par an.

« Les agriculteurs ont été capables d’accroître la production grâce à l’adoption généralisée de meilleures techniques d’irrigation à petite échelle, notamment l’expansion de l’utilisation de puits peu profonds », a souligné Moustapha Kadri, secrétaire général de l’Association nigérienne des coopératives de la filière Search filière oignon (ANFO).

Plus connu sous le nom de « violet de Galmi Search Galmi » en raison de sa couleur et du nom de la localité où une grande quantité est exploitée, cette filière Search filière butte cependant sur l’absence de certification de sa qualité ferme, ce qui l’exclut du marché européen.

C’est pourquoi les professionnels du secteur sont en train de se battre pour obtenir le label violet de Galmi. Selon le secrétaire général d’ANFO cela ne va tarder. Ainsi l’oignon nigérien va devenir le premier produit agricole africain avec un label marque déposé.

Les producteurs nigériens de la filière Search filière oi¬gnon ont accusé une société basée au Sénégal, spécialisée dans la production de semences de mener des actions en vue de labelliser pour son compte le Violet de Galmi. Quand au Groupe Nestlé, il est en train d’examiner les possibilités d'exploitation de l’oignon du Niger, dont la qualité est reconnue à travers le monde.
« Notre rêve c’est de conquérir le marché européen et asiatique. Nous sommes déjà présent en Afrique de l’ouest et du centre », se félicite Abdou Aliou, producteur et exportateur d’oignon à Galmi.

La culture d’oignon se pratique dans la région nord-est du Niger aux mois d’octobre à mai et dans le nord du pays pendant la saison sèche, ce qui du coup rend disponible ce produit durant toute l’année.

Le Niger sera bientôt en mesure de commercialiser et d’exporter d’importantes quantités d’oignon presque toute l’année. Cela constituera un grand pas en avant pour la filière Search filière oignon du pays.

Cependant cette filière Search filière rencontre des obstacles. Les plus contraignants semblent être l’amélioration du stockage à différents niveaux et l’organisation d’ensemble de la diffusion de l’information et de l’offre d’oignon dans les canaux de distribution. Il est estimé que plus de 30 pour cent de la récolte s’avarie. L’augmentation du prix est souvent de l’ordre de 300 à 400 pour cent pendant l’année au fur et à mesure qu’on s’éloigne de la récolte. Malgré toutes ces contraintes, l’ANFO, au niveau national et surtout aux niveaux régional et communal, est devenue une organisation ayant une grande capacité à faire progresser la filière Search filière oignon et à obtenir une répartition équitable des bénéfices obtenus entre les producteurs et leurs familles, et le personnel saisonnier.

Souleymane Maâzou, correspondant de Koaci.com à Niamey

 
 
8255 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 19/10/2010
  11 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login