Logo Koaci
 
 
 
La présidente de transition au Gabon, Rose Rogombe, dénie de l’histoire ?
 
::Koaci.com Libreville::Ali et Rose (ph), une complicité qui semble avoir eu raison de beaucoup d'espoir au Gabon Search Gabon ::

La question taraude dans l’esprit de plus d’un, au regard de l’absence criarde de son effigie sur les supports présentant les chefs d’Etat du Gabon.

Des supports élaborés dans le cadre des festivités du cinquantenaire Search cinquantenaire de l’indépendance du pays, acquise le 17 Août 1960. Rose Francine Rogombe, pour avoir dirigé la période de transition au Gabon, deux jours après l’annonce officielle de la mort de feu président Omar Bongo Ondimba, le 8 juin 2009, sauf avis contraire, reste dans la mémoire collective, la première femme gabonaise, magistrat, présidente du sénat, et chef de l’Etat, même si sa présidence au sommet de l’Etat a été pour une période transitoire. Une arrivée aux commandes du Gabon, qui s’est solennellement suivie d’une prestation de serment en présence des dignitaires de la république, des chambres du parlement et du peuple gabonais, conforment à la loi fondamentale qui donne au président du sénat, le mandat de succéder au président de la république en cas d’empêchement définitif.

Une absence totale de traçabilité de Rose Francine Rogombe, imputable par certains à un accès de zèle ‘’émergent’’, sinon à une volonté affichée de confiner l’histoire Search l’histoire du Gabon Search Gabon à une famille, les Bongo, au regard de la présence à verse des effigies des Bongo père et fils, qui surpassent largement en nombre celle du premier président du Gabon, mieux encore, père de l’indépendance du pays, feu Léon Mba, dont l’effigie est noyée dans les visages Bongo, qui jalonnent la capitale, dans la cadre du pavoisement de Libreville, idem dans les capitales provinciales du pays.

Un reflet tronqué à dessein de l’histoire Search l’histoire du Gabon, qui est véhiculé aux jeunes générations, qui pourraient en l’absence de vigilance ou de curiosité poussée, tout ignorer de l’histoire Search l’histoire de leur pays, à l’exemple des celles écrite par le colon, et qui nous est enseignée dans les écoles et lycées, en vue de nous inculquer des notions du colon civilisateur des peuples africains présentés comme des sauvages et primitifs, en somme des sous hommes. Un pan de l’histoire Search l’histoire qui ne ressort nullement les travers de la colonisation et de l’esclavage, des graves crimes contre l’humanité, qui restent impunis par le CPI et autres agences du système des nations unies, promptes à s’attaquer aux chefs d’Etats africains, en contradiction avec la vision impérialiste de l’occident, bref.

Dieu merci que les temps de l’histoire Search l’histoire imposée par le maître sont révolus, et qu’en dépit des attaches dans les capitales occidentales pour nous imposer les présidents coptés et autres valets à la solde du Nord, les gabonais en particulier et les africains en général, sont on ne peut plus déterminés à défendre avec force ce qui leur reste de l’honneur et la dignité de peuples libres, bien que victimes d’un néocolonialisme à ciel ouvert, au nez et à la barbe de l’Onu, curieusement muette, surtout quant la pratique sert à voler en toute impunité, les richesses du sol et du sous sol africain, pour alimenter les économies occidentales.

La vigilance est de mise à Libreville comme dans le reste du pays, où la population est sur le pied de guerre, prête à rejeter les velléités d’histoire indigeste du Gabon.
 
 
4832 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 13/08/2010
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login