Logo Koaci
 
 
 
Sénégal : Des humanitaires pour la délocalisation de la CADHP de la Gambie, la Côte Ivoire intéressée par le siège
 
Yaya Jammeh (ph) -

Dakar le 22 avril 2013 © koaci.com –Des organisations de défense des droits humains dont Article 19, la rencontre africaine de défense des droits de l’homme (RADDHO), le Mouvement burkinabè des droits de l'homme (MBDH), Civil Society Associations Gambia, le Club Union Africaine de la Côte d'Ivoire, l'Association mauritanienne des droits de l'homme (AMDH), Media Rights Agenda (MRA) du Nigéria plaident pour la délocalisation de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) de la Gambie.

Ces structures soutiennent que la «situation des droits humains est très préoccupante» à Banjul qui abrite la commission africaine.

«En se portant candidate pour abriter la CADHP, la Gambie Search Gambie avait montré des garanties de respect des droits de l'homme. Mais cette situation a changé et dans ce pays, il y a une violation grave des droits humains et une situation de peur. C'est pourquoi, il faut délocaliser cette commission de la Gambie», soutient Fatou Jagne, directrice Afrique de l’Ouest d’Article 19.

En marge de la 53ème session de la CADHP Search CADHP qui se tient du 9 au 23 avril 2013 à Banjul, des organisations de défense des droits de l'homme poursuivent leur campagne entamée l'année dernière, pour sensibiliser les pouvoirs publics sur la nécessité de sortir cette structure de la Gambie.

«La situation de violations des droits humains s'empire en Gambie. Et si on laisse la CADHP Search CADHP dans ce pays, c'est la crédibilité des systèmes africains de défense des droits humains qui sera ainsi en jeu. Pour preuve, les rares humanitaires gambiens qui prennent part aux sessions de la commission ne prennent jamais la parole de peur d'être réprimés après les rencontres», ajoute Fatou Jagne.

Parmi les agissements du président Yaya Jammeh Search Yaya Jammeh contre les droits de l’homme, les organisations humanitaires notent les meurtres, exécutions extrajudiciaires et les procès iniques contre les personnes qui osent lever la voix, les journalistes et toutes personnes qui pourraient déranger ; la sous-traitance de la justice à des juges mercenaires sur CDD en majorité nigérians pour museler les libertés ; la mystification du pouvoir pour faire peur aux populations surtout celles des zones rurales qui constituent la majorité qui a atteint son paroxysme avec son programme de traitement du sida, et les autres maladies et la chasse aux sorcières de 2009, entre autres.

Ainsi, beau nombre d’entre elles ont boycotté la présente session de la CADHP. «Nous unissons nos forces pour dire que le gouvernement de Jammeh se révèle de plus en plus un mauvais élève qui a étalé toutes ses limites à abriter le mécanisme de protection et de promotion des droits humains des citoyens africains et tenons à rappeler à la Commission notre décision de boycott des sessions de la CADHP Search CADHP et du Forum des ONG. Il en sera ainsi aussi longtemps que les violations seront perpétrées dans ce pays», disent-elles.

Elles informent que la Côte d’Ivoire a déjà montré sa disponibilité à accueillir le siège de la de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP).

Ndiack FAYE

 
 
6181 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 22/04/2013
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login