Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
TENTATIVE DE PUTSCH : le sergent Naon est libre
 
::Koaci.com Ouagadougou::Naon Babou, ex sergent Search sergent chef de l’armée burkinabè, membre de la garde présidentielle est libre. ::

Le 30 octobre au matin, le régisseur de la maison d’arrêt militaire a mis fin à sa détention. Il vient de purger ainsi 6 ans d’emprisonnement suite à l’affaire de la tentative de putsch Search putsch contre le président Blaise Compaoré.

A l’issue d’un procès marathon, le sergent Naon Babou Search Naon Babou , le capitaine Luther Ouali (10 ans) et Bayoulou Boulédié ainsi que le caporal Bassolet Bassana ont été condamnés en octobre 2004 par le tribunal militaire pour atteinte à la sûreté de l’ Etat et trahison.
Le sergent Search sergent Naon a été le seul des condamnés à purger sa peine totalement. Le caporal Bassana et le capitaine Bayoulou ont bénéficié entre-temps d’une grâce présidentielle. Le capitaine Ouali, considéré comme le cerveau de la tentative de putsch Search putsch et le sergent Search sergent Ouali qui avaient été tentés de monter en cassation ont retiré leur demande pour prétendre à la grâce présidentielle comme les deux autres. Las d’attendre une grâce qui ne venait pas, le capitaine Ouali a profité d’une permission pour disparaître dans la nature. Une évasion qui a eu des conséquences sur les conditions de détention de son co-détenu Naon. Les autorités pénitentiaires vont les durcir. Finalement, avec l’inauguration de la maison d’arrêt militaire, le sergent Search sergent Naon y est transféré pour purger le reste de sa peine. On se souvient que pendant le procès en avril 2004, il a laissé entendre que leur inculpation n’était qu’un montage à travers sa célèbre phrase : « c’est bien monté mais très mal ficelé ».

L’homme qui a recouvré la liberté le 30 octobre 2009 est marié et père de 6 enfants. Au cours de sa détention, il souffrait de sinusites selon le Dr Bidima qui le suivait. Ils sont nombreux les burkinabè qui ont cru qu’il n’allait pas sortir vivant de la prison, tant l’homme paraissait dangereux militairement parlant et semblait détenir quelques informations compromettantes dans le cadre de l’enquête sur la mort du journaliste Norbert Zongo. Son audition sur ce dossier n’a cependant pas permis de rouvrir ce dossier.

La parenthèse de la tentative de putsch Search putsch d’octobre 2003 se referme ainsi. A moins d’une réapparition soudaine du capitaine Ouali, en principe sous le coup de poursuite pour évasion.
 
 
11042 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 30/10/2009
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login