Logo Koaci
 
 
 
TOGO: Enigme autour d’une grosse somme versée par des sociétés extractives
 
TOGO - LOME LE 5 AVRIL 2012 © koaci.com - Après les révélations sur l’exploitation clandestine d’or et de diamant, l’Initiative pour la Transparence dans l’Industrie Extractive, permet d’apport la preuve des détournements de fonds qui s’opèrent au niveau des régies financières, sur les fonds versés par les sociétés à différents démembrements de l’Etat.
1,735,673,974 FCFA, c’est le total du montant relevé par les experts, au titre du gap entre les fonds que les sociétés dans le secteur de l’industrie extractive ont déclaré avoir versé et les flux de paiements retrouvés dans les livres comptables des organisme d’Etat, percepteur desdits flux, pour le compte de l’année 2010.

L’enquête qui s’inscrit dans le processus de l’ITIE, couvre la période allant du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2010 a été conduite par les experts du cabinet anglais Moore Stephens, sur la période allant du 30 janvier 2012 au 1er mars 2012 dans les locaux du Secrétariat Technique de l’ITIE Togo.

La mission des experts, conduite conformément aux Termes de Référence inclus
dans la Demande de Propositions et tels qu’approuvés par le Comité de Pilotage, a.
consisté en une réconciliation détaillée des flux des paiements effectués par les
sociétés extractives tels que déclarés par ces dernières avec les recettes fournies par les
différentes sociétés et administrations publiques togolaises. L’objectif ultime de cette réconciliation est d’aider le Gouvernement du Togo Search Togo et les différentes parties prenantes à déterminer la contribution du secteur extractif à l’économie et au développement social du pays ainsi que d’améliorer la transparence et la responsabilité dans le secteur extractif.

Les experts notent dans le rapport adopté le 12 mars 2012, de nombreuses anomalies. C’est le cas de l’impossibilité de la localisation de certaines sociétés déclarée comme opérant au Togo. Ainsi, sur un total de vingt deux (22) sociétés extractives retenues pour les travaux de réconciliation : quatre (4) n’ont pas pu être contactées pour l’envoi du formulaire de déclaration. Il s’agit de : Silverhill Entreprises ; Global Merchants ; Future Investment ; et Togo Search Togo Minerals , cite le rapport qui ajoute qu’ une autre société n’a pas communiqué son formulaire de déclaration (EBOMAF) alors que parmi les 17 sociétés du secteur ayant soumis des formulaires de déclaration, 10 sociétés n’ont pas soumis de formulaires certifiés par un auditeur externe .

Les curiosités à la Direction Générale des Douanes (DGD)

Secteur vital pour l’économie, la DGD est l’une des régies financières qui font l’objet d’appétits voraces dans l’entourage de Faure Gnassingbé. Les experts ont relevé ici, de nombreux handicaps qui ne sont pas de nature à assurer une transparence des comptes. Des allégations selon lesquelles les données sur les recettes encaissées durant la période allant du 29 octobre 2010 au 24 décembre 2010 ne peuvent pas être extraites du système d’information suite à des problèmes informatiques et n’ont pas pu être reportées au niveau des formulaires de déclaration à celle de frais gérés manuellement, aux reports d’une manière regroupée et non par type de taxe comme prévu dans les instructions de reporting, constituent des limites à la vérité des comptes. .

Le rapport conclut que « les données reçues de la part de la Direction Générale des Douanes (DGD) ne sont pas exhaustives ».

Les cas de la Direction Générale des Impôts (DGI)

Au niveau de la DGI Search DGI dirigée par Mme Ingrid Awadé, les anomalies sont également légion, empêchant la vérité des comptes. « Les formulaires de déclaration réceptionnés de la part de la DGI Search DGI n’ont pas inclus les paiements manuels encaissés au niveau des recettes des communes. Bien que ces montants
aient été confirmés, suite à des demandes d’éclaircissement, la DGI Search DGI n’était pas en mesure de nous donner une confirmation par quittance. Les ajustements des écarts résultants de cette situation ont été effectués en se basant sur le détail soumis par les sociétés extractives et une confirmation écrite de la part de la DGI Search DGI », mentionnent les experts dans leur rapport.

La création de l'Initiative de Transparence des Industries Extractives (ITIE) a d'abord été annoncée lors du Sommet Mondial pour le Développement Durable à Johannesburg en 2002 (le Sommet de la Terre 2002) et a été lancée officiellement à Londres en 2003. Elle a été fondée sur la reconnaissance du fait que malgré que le pétrole, le gaz et les ressources minérales puissent aider à élever le niveau de vie à travers le monde, cela peut souvent conduire à la corruption et à des conflits ainsi qu’une baisse de la qualité de vie des populations dans les pays ou la gestion de ces ressources est inadéquate.

 
 
10428 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 05/04/2012
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login