Logo Koaci
 
 
 
Wade délègue à Ibrahima Sarr l'Energie pour assister Karim
 
Tour de passe passe politique entre Sarr (g) et Wade fils (d)

::Article de la rédaction de Koaci.com au Sénégal ::

« Wade ne finira jamais son coaching », avait analysé un opposant à la suite du réaménagement de 4 octobre dernier qui a consacré le départ de Samuel Sarr à la tête du ministère de l’Energie. Il est remplacé par le fils du chef de l’Etat, Karim Wade. Mais, un autre décret signé le même jour était déjà sur la table du Président qui a refilé l’Energie de Karim à un ancien ministre du Budget, Ibrahima Sarr, épinglé dans le scandale des dépassements budgétaires estimés à 109 milliards de FCFA. Il a été nommé jeudi en conseil des ministres, ministre délégué auprès du ministre des Infrastructures, de la Coopération internationale, des Transports aériens et de l’Energie, chargé de l’Energie.

Ce retour de Ibrahima Sarr est si surprenant que nombre de Sénégalais doutent de la volonté clamée du chef de l’Etat de lutter contre la bonne gouvernance et l’impunité. La démission de Sarr a même été une exigence des bailleurs de fonds comme le FMI qui avait dénoncé des « dérives budgétaires » en 2008 pouvant déboucher sur une cessation de paiement des salaires des fonctionnaires au moment où la crise économique mondiale avait presque atteint son paroxysme. Les pressions exercées par les bailleurs et de la société civile réclamant la lumière sur cette affaire avaient eu raison du ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances, chargé du Budget.

Aujourd’hui, Sarr est à la tête d’un secteur vital mais sensible qu’est l’Energie. Alors que l’opposition et des voix de la majorité exigent un audit de la société d’électricité, Senelec, Sarr et Karim vont se contenter de « restructurer le secteur » qui plongent les citoyens dans le noir. Le départ de Samuel Sarr est, en définitive, qu’une simple pilule à calmer les tensions sociales qui font tâche d’huile. Dans tous les cas, le Président Wade ne semble pas clore la liste des candidats au gouvernement de Souleymane Ndéné Ndiaye. Y a-t-il encore d’autres décrets de nomination en attente d’être officialisés ?

Mack, correspondant de Koaci.com à Dakar
 
 
6691 Visit(s)    1 Comment(s)   Add : 08/10/2010
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions koss
 
au moins Wade se permet de faire démissionner les ministres dont les fonctions sont mal assurées. ce qui ne se fait pas au Togo. au togo un ministre peut toujours être maintenu quand toute la ville est inondée; au togo un ministre est maintenu et même promu quand les joueurs nat...
au moins Wade se permet de faire démissionner les ministres dont les fonctions sont mal assurées. ce qui ne se fait pas au Togo. au togo un ministre peut toujours être maintenu quand toute la ville est inondée; au togo un ministre est maintenu et même promu quand les joueurs nationaux de football sont morts deux fois de suite et que les arnaques se déroulent à la tête des institutions; au togo un président de l'assemblée négationniste est maintenu à la tête de l'assemblée nationale; au togo un président est maintenu alors qu'il n'a jamais été élu; au togo un ministre est maintenu quand les populations sont interdites de manifestations, accueillies tous les jours par des gaz lacrymogènes; au togo un régime sanguinaire est maintenu quand rien ne va dans des fédérations de football aux infrastructures routières en passant par les institutions publiques administratives.
comme quoi WADE n'est pas FAURE.Wade est soucieux de la vie des sénégalais mais Faure est soucieux des jupes des filles et des voyages luxurieux au détriment du contribuable. FAURE EST LA MALEDICTION DES TOGOLAIS
 
 
Read more
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login