Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Après une tentative d'assassinat manquée, le chef contesté d'un village prend la fuite et depuis sa cachette, se confie à  KOACI
 

Côte d'Ivoire : Après une tentative d'assassinat manquée, le chef contesté d'un village prend la fuite et depuis sa cachette, se confie à  KOACI

 
 
 
 15847 Vues
 
  6 Commentaire(s)
 
 Il y a 6 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - samedi 20 avril 2019 - 09:34

Kouakou Yao Norbert chef de Sessenouan (ph KOACI)

© koaci.com - Samedi 20 Avril 2019 - Dans le village de Sessenouan, situé à  5 kilomètres sur l'axe Bouaké-Béoumi, un assassinat, selon Kouakou Kouakou Gilbert, grand frère du chef nanan Kouakou Yao Norbert, a failli être commis sur son cadet le Mercredi 17 Avril dernier à  07 heures du matin à  son domicile.


Selon des témoignages recueillis sur place, l'origine de ce conflit qui oppose les habitants du village, est que le chef contesté, nanan Kouakou Yao Norbert serait un chef imposé au village par un arrêté préfectoral.


À la suite de cette nomination qui aurait déplu à  plus d'un, une pétition, à  en croire des partisans de N'Guessan Yao, supposé instigateur de ce soulèvement, a été lancée pour démontrer leur désaccord suite à  cette nomination.


 

« Le Mercredi 17 Avril, les incidents ont éclatés suite au fait que le chef du village a commis une équipe pour venir procéder à  des morcellements d'une parcelle qui est contestée par des litiges fonciers, qui opposent le chef du village à  des familles ici, la nôtre. Suite à  cela, nos jeunes gens qui sont allés aux informations pour voir qui était le commanditaire de cette opération, se sont vus remettre des convocations reçues de la gendarmerie venant de Kouakou Yao Norbert, chef du village. C'est ainsi que du Mercredi au Jeudi passé, des jeunes du village, s'en sont pris au domicile du chef Kouakou Yao Norbert et ont décoiffé la toiture de sa maison. Ce dernier a répliqué en allant convoquer la gendarmerie qui est venue avec deux cargos de gendarmes. Ceux-ci ont procédé ont interrogations des personnes trouvées (...) Cette situation dure depuis un bon moment car le chef est controversé. On lui reproche d'être passé par des moyens dont lui seul a le secret, pour obtenir un arrêté préfectoral dans des conditions douteuses. Son autorité est contesté ici à  Sessenouan ou tout le village, la quasi totalité de Sessenouan conteste son autorité. De surcroît, il se livre à  des actes d'une autre époque en vendant à  tout va des terres, en assignant en justice lui-même ses propres administrés et en détruisant les champs. Depuis toujours donc, le feu couvait. Cette dernière action du Mercredi, a mis le feu au poudre et nous en sommes arrivés à  cette situation.» explique un des partisans de N'Guessan Yao, farouche adversaire du chef contesté, Kouakou Yao Norbert en fuite.


Composé de trois quartiers dont Kouassi Oussou et Kouamékro qui seraient contre le chef Kouakou Yao Norbert, seul Bonikro ou réside le contesté chef resterait favorable à  sa légitimité, avec une population de Sessenouan qui, désormais se regardent en chiens de faïence.


Après l'assaut mené sur le domicile du chef le Mercredi, Kouakou Kouakou Gilbert, grand frère de ce dernier a expliqué à  KOACI que son cadet, a évité de justesse une tentative d'assassinat.


« Le fait que mon petit frère soit le chef du village n'a pas plus aux villageois. Mon grand père était le chef de village et c'est une histoire de famille. La chefferie revient à  notre lignée familiale. Le village a été créé par une autre personne et nos parents sont arrivés au temps des colons. Des problèmes d'impôts, entre nos parents et les colons ont été résolus quand nos grands parents ont, à  travers un tas de calebasses garni d'un produit apprécié par les colonisateurs. Au fur et à  mesure des années, les colons revenaient au village pour récupérer la calebasse d'or qu'ils exigeaient à  nos parents. C'est à  la suite de cela que le colon a fait savoir à  mon arrière grand père qu'il était dès cet instant le chef de ce village. Ces derniers ont donc légué cette terre à  nos parents car n'ayant pas pu, jusqu'à  présent, rembourser tout l'or offert. Pour cela, le village appartient à  notre lignée et à  personne d'autre et c'est ce que N'Guessan Yao ne veut pas. Sachez qu'il y a au moins cinq chefs de village qui se sont succédés et qui viennent de notre famille. C'est comme ça. Comme les colons n'ont pas pu rembourser, aujourd'hui, c'est comme nos parents ont acheté le village, donc il nous appartient. Ils ne veulent pas voir mon petit frère comme chef, ils veulent nous chasser comme des étrangers, c'est pas normal. Après plusieurs procès, nous avons remporté mais ils ne veulent pas laisser tomber jusqu'à  ce que vous voyez ce qu'ils ont fait ici. Tout est gà¢té. Quand ils sont venus ici, ils ont dit que s'ils voyaient mon petit frère, ils allaient mettre fin à  sa vie. Que nous qui sommes là , ils n'ont pas affaire à  nous mais c'est mon petit frère qu'ils veulent assassiner. Dieu merci, mon frère s'était caché en brousse et c'est la gendarmerie qui l'a exfiltré...» relate le grand frère du chef contesté.


 

En fuite et dans une sorte de bunker en résidence surveillée, le chef en fuite contesté, nanan Kouakou Yao Norbert, a confié à  KOACI les raisons de cette histoire dans son village.


Nanan Kouakou Yao Norbert: « Aujourd'hui la ville est arrivée au niveau du village, l'autoroute va passer vers là , le président Alassane Ouattara dit que les chefs seront payés et pour cela, tout le monde veut devenir chef. C'est là  le problème réel. Il y'a cinq grandes lignées dans le village, c'est parce qu'on est bien placé en bordure de route, qu'ils veulent m'arracher la chefferie. Je suis majeur je ne suis pas mineur (...) Ils font révolter des jeunes enfants pour monter une rébellion contre moi. C'est des rebelles, ils sont contre la loi. S'ils ne sont pas contents qu'ils aillent à  la cours suprême pour qu'elle rédige un papier interdisant tout travaux sur le site. Si on a se papier là , au moins on peut arrêter les travaux mais tant que ce n'est pas le cas, on continuera. Ils ont commencé l'attaque à  5 heures du matin chez ma tante et à  07 heures, ils se sont déportés sur ma maison. Vous avez certainement vu le résultat. C'est une preuve de jalousie. Ils sont jaloux, c'est tout.» a confié à  KOACI ce samedi 20 Avril depuis sa cachette, nanan Kouakou Yao Norbert, chef contesté de Sessenouan.


Une réaction des autorités est attendue, face à  cette affaire qui met en mal la cohésion à  Sessenouan.


T.K.Emile
 
 
  Par Koaci
 
 
 

A LIRE AUSSI

Société
 
Ghana : Le grand centre commercial « Accra Mall » à fermer temporairem...
 
 
Ghana : Le grand centre commercial « Accra Mall » à fermer temporairement ce jeudi, les raisons
Société
 
Cameroun: Prières, recueillements et dons aux orphelins trois ans aprè...
 
 
Cameroun: Prières, recueillements et dons aux orphelins trois ans après la tragédie du train d'Eseka
Togo: Appel des Evêques avant la présidentielle 2020 et cas des observateurs « ignorés » en 2018
Société
Togo: Appel des Evêques avant la présidentielle 2020 et cas des o...
Togo il y a 9 heures
 
Burkina Faso: Cinq soldats tués dans une attaque à Guiendbila
Société
Burkina Faso: Cinq soldats tués dans une attaque à Guiendbila
Burkina Faso il y a 9 heures
 
Nigeria: L'Armée opte pour un combat spirituel contre Boko Haram
Société
Nigeria: L'Armée opte pour un combat spirituel contre Boko Haram
Nigeria il y a 10 heures
 
 
 
 
  6 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Après une tentative d'assassinat manquée, le chef contesté d'un village prend la fuite et depuis sa cachette, se confie à  KOACI
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
jordanchoco2020
lafrique une autoroute arrive le avec le developpement au lieu de ce donner la main pour developper leurs regions des gens travail a s'entre tuer pour un dedomagement de l'etat comme quoi ado travail tellement certains qui disent ils fait rien se battent pour indemnité pitié mais que pouvons nous dire c 'est les 100 pourcent comme quoi c 'est pas affaire d'ethnie meme si des rigolos blakoros veulent nous faire croire a ca mais juste l'argent pour aller faire le show rien de bon sinon le developpement viens chez toi pense a faire un commerce ou autre pitié !!!je crois que ado a vraiment besoin d'un 3eme mandat les enjeux sont important pour les ivoiriens progressistes ainsi les fainéant mediocres se mettrons au travail ou sinon par le darwinisme il resteront au bord tout seul mais nous sauront tous que c'est pas leurs fautes mais le plus important c 'est que le pays avance il sera pas bloqué par des mediocres
 
 il y a 6 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
SRIKA BLAH
Oui chez nous les Akan(surtout Baoulé), Etre chef de village est une histoire de lignée.... moi @srika, je veux être Chef de mon village, mais IMPOSSIBLE á cause de cette VIEILLE loi ... J'attends que mon parti politique soit au pouvoir pour m'imposer dans mon village. Mes parents baoulés doivent changer.
 
 il y a 6 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
16323
Toi @SRIKA BLAH... Quelles sont tes qualifications pour être chef d'un village ou de ton village ? De la même façon que pour être PR partout il y'a des conditions, il y'a aussi des lois et coutumes qui régissent le processus dans un village. Tout le monde ne peut être éligible et pour être chef de village comme tout le monde ne peut être éligible pour être PR même en France ou aux USA ou au Brésil et j'en passe... Rien de personnelle... On avance...
 
 il y a 6 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
16323
Cependant, je précise que si l'on passe une loi ou modifie une loi JUSTE pour éliminer le camarade @SRIKA alors là , en tant qu'observateur, je crierai au loup et irai avec toi dans ton village pour défendre ta cause.
 
 il y a 6 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Adokaflai
L'administration est le plus responsable de ce désordre. On impose pas un chef de village. C'est un choix des villageois et non de l'administration. Je suis vraiment désolé
 
 il y a 6 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
SRIKA BLAH
@Peace101..... chez nous les Akan...pour être chef de village, Roi ou chef de tribu, tu dois appartenir á une lignée généalogique , établie depuis des siècles . les coutumes des Akan sont tres BIZARRE ..tu vois deux enfant de deux tantes ou de deux oncles ne peuvent pas se marier...mais deux enfant d'un oncle et d'une tante peuvent se marier...etc etc..
 
 il y a 6 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Le pays classé au top du classement Trade20 Index de Standard Chartered, conséquence concrète de la politique d'Alassane Ouattara?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Les médias d'Etat français interrogent Soro sur la mort de IB et sur l...
 
2132
Oui
69%  
 
845
Non
27%  
 
125
Sans Avis
4%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement