Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Après les propos du porte-parole du Gouvernement, Gbagbo : « Il  y a des gens qui veulent développer des fausses polémiques »
 

Côte d'Ivoire : Après les propos du porte-parole du Gouvernement, Gbagbo : « Il y a des gens qui veulent développer des fausses polémiques »

 
 
 
 17578 Vues
 
  10 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 03 décembre 2021 - 10:24

Laurent Gbagbo jeudi à Abidjan (DR) 



« Pourquoi il y a les prisonniers militaires dans notre pays aujourd'hui ? Dix ans après la crise ? Pourquoi ? Je ne peux pas accepter ça. Je n'accepte pas ce que je ne comprends pas . Or ça je ne comprends pas. Je suis venu, j'ai plaidé, on ne m'a pas assez entendus. Je vais continuer à plaider jusqu'à ce qu'on m'entende. Parce que si nous continuons sur cette lancée, on n'aura plus d'armée. Parce qu'un militaire est fait pour obéir aux ordres de la hiérarchie qui est civil et politique. Que les militaires se mettent à la disposition du civil politique, ça, c'est depuis l'antiquité et c'est cette règle qui prévaut. Donc le militaire qui est là, qui répond aux ordres du civil, tu arrêtes le civil, mais ça suffit. Mais tu arrêtes le militaire dont le rôle est d'obéir, ça ne signifie plus rien. Tu libères le civil et le militaire reste là-bas, pourquoi ? C'est pourquoi, il faut que le droit soit clairement connu par ceux qui doivent gouverner. Et ceux qui doivent gouverner doivent savoir comment est-ce que l'application du droit peut impacter la vie de citoyens. Moi je suis militaire, on m'a donné l'ordre de barrer la ville d'Adzopé pour empêcher les rebelles, je fais ça et on m'arrête. Mais pourquoi vous m'arrêtez ? On m'a donné un ordre, j'ai obéi. Allez arrêter celui qui m'a donné l'ordre. Mais vous, vous l’arrêtez, il est libéré et moi je suis en prison. On n’aura plus d'armées si on continue comme ça. Cela n'est pas une bonne chose pour l'Etat de Côte d'Ivoire. Il nous faut donc travailler à ça », déclarait Laurent Gbagbo, Président du Parti Pour les Peuples Africains de Côte d’Ivoire (PPA-CI), lors du premier Secrétariat Général de son parti, le 22 novembre dernier.


A l’issu du Conseil des Ministres du mercredi 1er décembre 2021, le porte-parole du Gouvernement, Amadou Coulibaly, a cru bon de répondre « sèchement » à l’ancien chef de l’Etat en tenant de tels  propos : 


« En ce qui concerne, l’interrogation de monsieur Laurent Gbagbo. Je voudrais m’interroger de la récurrence de cette interrogation. J’ai ici déjà eu à répondre à cette question en rappelant que les faits pour lesquels, Monsieur Gbagbo a été poursuivis devant la Cour pénale internationale (CPI) sont totalement différents de ceux pour lesquels, il a été poursuivi et condamné en Côte d’Ivoire. En ce qui concerne les militaires, il faut rappeler que ces militaires sont poursuivis pour des crimes de sang, assassinat, meurtre, enlèvement tortures, soustraction de cadavres. Au cours de la folie meurtrière que notre pays a connue pendant la crise postélectorale, beaucoup d’horreurs ont été commises et par respect pour la famille de M. Yves Lambelin et de ses collaborateurs et de même par respect pour la famille du Directeur général de Novotel, Stéphane Frantz Di Rippel, je ne vais pas revenir sur les horreurs que ces personnes ont subies. C’étaient des crimes de sang assez grave. Maintenant je m’étonne de la récurrence de cette interrogation ; mais ce que je veux dire, c’est qu’en matière pénale, monsieur Gbagbo doit le savoir, lui qui a une batterie d’avocats internationaux avec lui, il doit savoir qu’en matière pénale, la responsabilité est pénale. Ces individus sont poursuivis pour des crimes qu’ils ont commis eux-mêmes. Maintenant Gbagbo doit savoir également qu’en matière pénale, l’aveu est la reine des preuves. Est-ce que la récurrence de cette interrogation est une forme d’aveu ? Monsieur Gbagbo est-il en train de nous dire que c’est lui qui a donné des instructions. Si tel est le cas cela pourrait intéresser la justice. Parce qu’il ouvre la voie à une autre procédure à partir du moment où l’aveu est la reine des preuves. Ceci étant, si tant il est que ces nuits sont troublées, il peut faciliter le travail de la justice en se rendant lui-même à la justice en avouant en reconnaissant sa responsabilité. Ça serait un comportement de Woody, ce n’est pas bien de vouloir exploiter l’émotion et je dirais même la naïveté de ses partisans pour blanchir sa conscience, c’est malheureusement malsain. Les faits sont là, ils sont poursuivis pour des crimes de sang. S’il sent qu’il a une quelconque responsabilité qu’il facilite le travail de la justice en allant lui-même se rendre à la justice. Mais il ne peut pas continuer à utiliser la naïveté de ses partisans parce qu’il a un problème de conscience », fin de citation.


 

Des propos du Ministre de Ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie jugés de « belliqueux » et « irrévérencieux » de part par les partisans de l’ancien président ivoirien et d’ailleurs son aîné.


Mais l’animal politique comme on le surnomme a profité jeudi à Abidjan d’une rencontre avec une très forte délégation des Peuples Akyé, Gwa et Agni de la Région de la Mé venue le saleur après son retour au pays, pour recadrer les choses.


Ci-dessous sa réaction après la sortie du porte-parole du Gouvernement...


 

« Aussi, il y a des gens qui veulent développer des fausses polémiques sur ma demande de libération de tous les prisonniers politiques et maintenant sur tous les prisonniers militaires qui sont des prisonniers politiques, dans le cas d'espèce aujourd'hui en Côte d'Ivoire. Moi je ne les comprends pas ou bien je les comprends trop. Enfin, une crise éclate, depuis 2001. Une rébellion s'attaque à la Côte d'Ivoire et vous voulez que les militaires restent les bras croisés ? Leur métier, c'est de défendre les institutions et le territoire ivoirien. La première attaque a eu lieu en janvier 2001. Je me rappelle, j'étais à Mama, quand on m'a appelé pour dire que les gens avaient pris la radio et la télévision. Ils m'ont réveillé la nuit vers 2 heures du matin, j'ai parlé avec les ministres qui étaient sur place. Ils ont dit : « Président il n’y a pas de problèmes, nous sommes sur le terrain avec les policiers, gendarmes et les militaires et nous sommes entrain de nettoyer la radio et la Télévision. Je dis-moi : « je vais dormir si vous finissez, appellez-moi." Et Je suis allé me coucher. Quand ils ont fini, ils m'ont appelé vers 3 heures me dire qu'ils ont terminé et je leur ai dit « félicitations, vous avez fait un bon travail. » En septembre 2002, je suis en Italie, ils recommencent et là ça a duré jusqu'en 2011. Les militaires ont fait le travail pour lequel ils sont payés. C'est-à-dire ils ont défendu la Côte d'Ivoire. Quand j'étais à la CPI, ils ont cité des témoins militaires, des officiers, mais aucun ne m'a accusé, aucun n'a dit que j'ai donné l'ordre d'aller tuer des gens même ceux qui fanfaronnaient, aucun. Parce que ce n'est même pas utile, ils font leur travail ! Ou ils sont vaincus ou ils sont vainqueurs, mais tous les Généraux qui sont passés à la barre à la Haye, m'ont défendu. Malgré qu'ils soient des témoins à charge, ils ont témoigné pour moi. Bon je suis revenu au pays, Alors d'où ça sort qu'ils soient encore en prison ! C'est ça la question ! D'où ça sort qu'ils soient encore en prison ? C'est que soit on avait d'autres raisons de les mettre en prison. Parce que si Gbagbo est acquitté et libéré, ceux qui y sont n'ont plus de raison d'être en prison. C'est une logique qui est élémentaire sauf si on a d'autres idées, comme amputer l'armée de ces meilleurs éléments, par exemple. Normalement, une fois qu'on m'arrête, on ne devrait pas arrêter les subordonnés puisque c'est moi le donneur d’ordre. C'est moi le Chef de la Gendarmerie, de l'armée, de la police. J'ai répondu à toutes les questions, je n'ai jamais cité aucun militaire, je n'ai jamais mis en cause un militaire à la CPI. Je ne peux pas être devant les tribunaux et mettre en cause mes subordonnés. Je n'ai jamais mis en cause aucun de mes subordonnés. Et quand on les a cités à la barre pour témoigner contre moi, ce sont eux qui m'ont défendu donc je dis que nous sommes dans une situation incongrue, loufoque où le donneur d'ordre est dehors et les exécutants sont en prison. Ou on estime qu'il a donné de mauvais ordres et donc c'est lui qui doit être en prison, mais on estime que je ne suis coupable de rien, c'est ce qu'acquitter veut dire, qu'il n'est pas reconnu coupable de tout ce qu'on lui reproche donc on le laisse partir à la maison et si c'est ça, j'estime que les militaires qui sont encore en prison n'ont plus à être en prison et je continue de plaider pour qu'ils soient libérés. Celui qui fait une autre interprétation ne comprend rien » a déclaré l’ancien détenu de la prison de Scheveningen à la Cour Pénale Internationale (CPI).



Donatien Kautcha, Abidjan 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  10 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Après les propos du porte-parole du Gouvernement, Gbagbo : « Il y a des gens qui veulent développer des fausses polémiques »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
k
Ce porte-parole est vraiment très mauvais, il n'a pas le niveau, l'expérience et crée des soucis pour rien au PR ADO, ou alors il le combat par ce que de conseil en conseil c'est de pire en pire. Ado ferait mieux de mettre un Mamadou Touré ou une Anne Ouloto par exemple.
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Sugar Sylla
L’Ex-PR Gbagbo devrait savoir qu’en temps de crises et de guerres, la responsabilité individuelle des Forces de Défense et Sécurité (FDS) comprenant les militaires, les gendarmes et les policiers) est engagée en ce qui concerne les crimes contre l’humanité et les crimes de haines gratuites contre des civils non armés et des prisonniers de guerre. Dans ces cas précis, ces FDS sont simplement des criminels de guerre, et si elles sont dans les camps des vaincus, elles sont jugées devant des juridictions et lourdement condamnées à perpétuité ou à mort. Il n’est pas du tout question de FDS obéissant aux ordres d’un quelconque politicien ! Nuremberg et le Tribunal Pénal du Rwanda sont quelques exemples de ces cas précis. Ceci devrait amener les FDS sous les Tropiques à réfléchir deux fois avant de s’engager dans des pogroms de tueries gratuites des populations civiles et des prisonniers de guerres désarmés sous prétexte qu’elles obéissaient à des ordres des politiciens. Merci.
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
medinkemi
Alors tu n'as RIEN COMPRIS TOI, le Pr GBAGBO ne dit pas qu'il ne faut pas juger et condamner les militaires qui seraient incriminés mais dans ce cas lui Pr GBAGBO devrait être en prison avec les militaires pour les mêmes faits alors que lui le donneur d'ordre se balade tranquillement avec une protection de hautes personnalités mis à disposition par l'état tandis que ceux qui étaient sous ses ordres au moments des soit disant fait croupissent en prison. C'est là l'absurdité. Hiltler aurait été jugé et condamné avec ses sbires s'il avait été pris. Un peu de JUGEOTE quand même, on parle du Professeur GBAGBO là.
 
 il y a 1 mois
Ziegler
La qualité première d'un intellectuel est l'honnêteté. Gbagbo était chercheur à l'Université et particulièrement à l'IHAAA. Gbagbo n'a jamais été professeur mais il fut plutôt attaché de recherche. J'étais simplement de passage.
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
@Marius
Et l'assistante en sociologie à l'IES de l'université FHB, Touré Tinin, militante cacique du rdr, qui se fait appeler abusivement sur les plateaux de télé "professeur" sans jamais dire son réel titre, tu as déjà pondu un démenti?! Pourtant, celle qui ne fait que reprendre ''les méthodes des sciences sociales" de Madeleine Grawitz a son cours de méthodologie, se dit intellectuelle. Cancre et malhonnête à la fois. J'étais aussi de passage.
 
 il y a 1 mois
Mesmin Konin
Sylla, j espere que tu auras compris que Gbagbo se presente en donneur d ordres... Ton ministre a cru bon lui repondre en faisant reference aux meurtres d Yves Lamblin et autres du Novotel comme pour dire que ce sont d autres faits pour lesquels ces militaires sont poursuivis. Parcequ etant de super citoyens ou super hommes leurs meurtres ne rentrent pas dans la meme categorie que celle des 3000 autres c est a dire des meurtres des suites de la crise (il est tellement stup...) et c est maladroit de vouloir dissocier ces faits. Les seuls meurtres different sont ceux qui ont eu lieu avant les elections. Mais bon on fera a la Adjoumani "Non ce n est pas un 3e mandat mais c est le 1er Mandat de la 3e Republique car les compteurs sont remis a 0" Mdr.....
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Anti-Piment
"Quand on t'envoie, il faut savoir t'envoyer". C'est pas lui meme qui a dit cela pour dire que qd tu recois des ordres, ta responsabilite est engagee dans l'execution de l'ordre. Ce Monsieur est malhonete et se croit plus intelligent que le le reste de la terre! Quelle honte!
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Anticonformiste@
Gbagbo est étonnant, à la CPI tu ne reconnaissais pas avoir donné d'ordre. Le procès n'a pas dit que les militaires n'ont pas tué. Aujourd'hui la CPI devrait te reprendre car tu reconnais que tu les as bien envoyé. Donc si toi tu es dehors, ils doivent être dehors. Des gens qu'on a pris sur le terrain tu veux les innocenter ! Tu es donc le donneur d'ordre selon tes propos
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Anticonformiste@
@Anti-Piment. Merci encore. Il n'a que des arguments de circonstance.
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Sangys
Vraiment bizarre ce monsieur ! Il dit quelque chose et son contraire. C'est pourtant simple, on d'aller te livrer à la justice si tu es convaincu d'être celui là même qui a donné les ordres. Ainsi les militaires assassins seront libérés. Pas compliqué à comprendre.
 
 il y a 1 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter