Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :   70% des cliniques privées exercent dans l'illégalité, Dr Joseph Boguifo estime que la sélection revient à l'Etat et dénonce le fonctionnement actuel du tiers payant
 

Côte d'Ivoire : 70% des cliniques privées exercent dans l'illégalité, Dr Joseph Boguifo estime que la sélection revient à l'Etat et dénonce le fonctionnement actuel du tiers payant

 
 
 
 5169 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 9 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 14 février 2022 - 15:23

Dr Joseph Boguifo ce lundi à Abidjan (ph KOACI)



Il y a un problème au niveau du secteur de la Santé, celui du tiers payant qui est l'élément qui permet aux malades de venir dans les structures privées et de se faire soigner.


Dr Joseph Boguifo, Président de l'Association des Cliniques Privées de Côte d'Ivoire (ACPCI) a affirmé aujourd'hui à l'occasion de la cérémonie de présentation du Programme pour l'accès aux équipements médicaux en Afrique (AMEF) en Côte d'Ivoire que « ce tiers payant a été mis en place sans qu'il y ait des études préalables de manière à peser les pour et les contres et mettre autour de ce projet, les lois et textes qui le permettraient de fonctionner et atteindre l'objectif recherché à toutes les parties prenantes, d'un côté, les sociétés qui assurent la couverture maladie universelle et d'un autre côté les sociétés de santé ».


Selon lui, le manque de ces textes qui encadrent ces structures est à la base d'un certain nombre de problèmes que connaît le secteur privé de la santé. Parmi ces problèmes, il y a les difficultés pour le paiement des actes dans le temps, les rejets non justifiés qui agissent sur les trésoreries.


« Il y a en cela au niveau de l'Etat, les installations anarchiques que nous avons constatées et qui font qu'aujourd'hui on estime à 70%, de structures illégales qui exercent dans notre pays. Ce qui rend notre environnement difficile », a ajouté, Dr Joseph Boguifo.

Pour sortir de cette situation, le Président de l'ACPC propose, la régularisation des structures dites illégales et demande à l'État de pallier aux insuffisances observées au niveau du tiers payant. Toutefois, il précise qu'aujourd'hui l'ACPC a fait du problème du tiers payant son cheval de bataille.


Depuis quelques mois, l'Association a entamé avec la Société financière internationale (SFI), des discussions sur le Programme pour l'accès aux équipements médicaux en Afrique (AMEF) en Côte d'Ivoire qui consiste à accompagner les cliniques dans l'achat des équipements médicaux.


 

Dr Joseph Boguifo estime que ce projet est important pour deux raisons. Parce que, le plateau technique est l'élément fondamental qui fait d'une structure de santé sa notoriété et qui lui permet d'assurer des soins de santé de qualité et de sécuriser ses patients.


« Le matériel médical coûte extrêmement cher. S'il est difficile d'y avoir accès, il est évident que nous ne pouvons pas répondre véritablement aux attentes des populations. C'est pourquoi ce projet de la SFI est important pour nous », a-t-il expliqué.


Ce projet va permettre l'accès à des financements pour pouvoir équiper les cliniques privées comme il le faut.


« Nous avons décidé de travail ensemble pour donner à ce vaste projet tous les moyens de sa réussite. Par ce projet sont associés les équipementiers de manière à ce que nous tenons tous le même langage. Nous avons constaté dans le temps des équipementiers qui viennent déposer des équipements coûteux, mais le suivi pose après de gros problèmes », a ajouté, le Président de l'ACPC.

Il dit comprendre l'attitude des banques, car lorsqu'elles font un prêt, elles ont besoin d'être rassurées qu'elles vont être remboursées. Cependant, le Président dénonce les méthodes mises en place par les banques pour faire les prêts.


« Les conditions pour avoir accès aux crédits bancaires. Nous avons compris rapidement que ces conditions n'étaient pas valables pour le secteur de la santé. Ce qui fait que, les financements sont difficiles. Notre souci est d'amener les banques à s'imprégner des réalités du secteur de la santé. C'est de voir avec les banques comment elles vont comprendre notre langage et nous permettre de mieux nous investir », a-t-il mentionné.


70% des structures travaillent dans l'illégalité. Selon lui, le ministère de la Santé et de l'hygiène publique a pris ce problème à bras le corps, notamment le nouveau ministre, Pierre N'GOU Dimba.


 

« Dans ce problème, il y a deux aspects, des structures remplissent normalement les conditions, mais n'ont pas d'autorisation délivrée par le ministère pour des raisons x. Il y a des structures qui ne remplissent aucune condition. Elles se lèvent un matin, elles s'installent, commencent à travailler et ne rendent pas compte à personne. On ne peut pas le faire en matière de santé. C'est très grave. Pour la simple raison vous avez la vie ou la mort », a révélé, Dr Joseph Boguifo.


Pour lui, lorsqu'on ouvre une structure, il faut avoir une compétence et la sélection des structures revient à l'Etat.


« L'ACPC n'est pas chargée de faire de la police. Nous avons une enquête qui a démontré qu'il y avait 70%, l'Etat a plus ou moins contesté et a fait ses propres enquêtes qui ont confirmé qu'effectivement qu'il y a 70% sinon un peu plus de structures illégales. Il revient à l'Etat de mettre en place la politique qui va lui permettre de fermer celles qui sont illégales et ne remplissent pas les conditions. Et d'actualité celles qui méritent qu'on leur donne des autorisations », a-t-il déploré.

Le Président de l'ACPC reconnait enfin que le ministère a commencé à faire un travail dans ce sens et souhaite qu'il continue et très rapidement, le phénomène des cliniques privées illégales fassent partie du passé, comme au Maroc où on a zéro structure illégale.



Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Gbagbo dans la Mê, le PPA-CI joue-t-il la victimisation pour sa communication ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo qui se fait enrôler sur la liste électorale, provocati...
 
2258
Oui
39%  
 
3373
Non
58%  
 
143
Sans avis
2%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : 70% des cliniques privées exercent dans l'illégalité, Dr Joseph Boguifo estime que la sélection revient à l'Etat et dénonce le fonctionnement actuel du tiers payant
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter