Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Signal d'alarme des transformateurs de noix de cajou face à la concurrence asiatique
 

Côte d'Ivoire : Signal d'alarme des transformateurs de noix de cajou face à la concurrence asiatique

 
 
 
 2879 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 8 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 17 mars 2022 - 10:32

Ce n’est pas la sérénité au niveau des transformateurs ivoiriens de noix de cajou face à la concurrence asiatique.


Premier producteur mondial de noix de cajou, la Côte d'Ivoire ambitionne de porter la transformation locale d'anacarde à 52% d'ici à 2022, contre 10% environ, à ce jour.


Dans ce cadre, plusieurs conventions entre le gouvernement et des industriels du secteur ont été récemment signées pour supporter la construction d'une chaîne de valeur locale, dans la droite ligne de la stratégie de diversification nationale.


Le pays, leader mondial de production d’anacarde, ne transforme localement que 10% de sa production.


 

Plus de 90% de ce total est partie à l’exportation, et en particulier vers l'Asie, l’Inde et le Vietnam étant les deux plus gros transformateurs de cajou et les deux plus gros acheteurs de noix ivoiriennes. Ces deux pays représentent environ 80% de la production, informe-t-on.


Ce qui expliquerait le cri d’alarme des transformateurs de noix de cajou. Selon ces derniers, 12 autres usines en activité il y a quelques mois sont actuellement à l’arrêt. 


Ils déplorent l’« absence de financement » et les « difficultés d’approvisionnement en noix », la production étant raflée par des « intermédiaires » payés plus cher par les opérateurs asiatiques.


Les transformateurs ivoiriens de noix de cajou en appellent notamment au Conseil Coton-Anacarde et lui demande aussi de payer les charges fixes de ces usines à l’arrêt, afin qu’elles ne ferment pas définitivement, indique une autre source.



Donatien Kautcha, Abidjan 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo qui se fait enrôler sur la liste électorale, provocation ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Le pouvoir se plante-t-il en misant sur Blé Goudé ?
 
2120
Oui
60%  
 
1264
Non
36%  
 
138
Sans avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Signal d'alarme des transformateurs de noix de cajou face à la concurrence asiatique
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Mesmin Konin
Il y avait une assertion qui disait " on leur a donne un mirroir et ils ont vendu tout le village". On se rue a promettre de l argent aux jeunes du Nord pour ne pas qu ils tombent dans l extremisme religieux, parceque le Nord est reste pauvre malgre l anarcade sense faire rentrer pres de 2 milliards de dollars, le coton et meme l or. Nous sommes a moins de 15% de transformation locale, la ou on avait avance 52% en 2022 pour finalement se raviser a 50% en 2025.Les gens ouvrent des usines et les referment aussitot. Les emplois et renumerations que ces usines auraient offerts aux jeunes du Nord pouvait au mieux les amener a renoncer a l extremisme religieux. C est pas un Adjoumani qui aidera notre monde Agricole a prosperer. Rantanplan bombait la poitrine pour le titre de premier producteur mondial de cajou mais ceux qui s enrichissent sont en Asie quand le marche est pres de nous. Quel champion ou entrepreneur local a eu a eclore depuis la prise de pouvoir de l economiste chevronne? Sous Gbagbo on a eu Dossongui et Diagou, meme que Saf Cacao qu ils ont decide de liquider et racheter via Djibo faisait de la concurrence aux multinationales. Le Nord Ivoirien n est pas pauvre, il y a de brave gens travailleurs. Ce dont ils ont besoin c est de soutien pour la creation d entreprises, pas de 70 kms dans la seule ville de Korogho.
 
 il y a 8 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter