Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : BTS 2022, les syndicats FNESUP et SESSUP relèvent les insuffisances et font des propositions pour la session prochaine
 

Côte d'Ivoire : BTS 2022, les syndicats FNESUP et SESSUP relèvent les insuffisances et font des propositions pour la session prochaine

 
 
 
 3227 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 18 août 2022 - 11:30

 Les Syndicalistes (Ph KOACI) 


Après les examens du Brevet de Technicien Supérieur (BTS), les syndicats la FNESUP (Force Novatrice des Enseignants du supérieur privé) et le SESSUP (Syndicat des Enseignants Solidaires du Supérieur Privé) se sont retrouvés pour faire le bilan.


Tout en relevant les insuffisances constatées lors du déroulement des épreuves, les Secrétaires Généraux Guy Ettien et Koné Guy ont fait des propositions.



L'objectif de cette rencontre était aussi pour les deux structures syndicales de faire le bilan de leurs activités communes depuis la réunion du 16 Juillet 2022 avec son Excellence le Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Dr Adama Diawara


Evoquant l’organisation de l’examen, les participants ont relevé l'immobilisme de la DEXCO face aux injonctions du Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, lors de la réunion du 16 Juillet dernier. 


Selon ces derniers, la requête du ministre au DEXCO visant à publier la liste des membres des différents secrétariats de BTS en précisant leurs origines et qualités respectives, est restée sans suite. Aussi, leurs revendications formulées au cours de la rencontre sont restées sans suite favorable.


 

Les syndicalistes disent avoir constaté dans les secrétariats du BTS, la présence d'individus avec le statut de vice-président sans être des inspecteurs de l'enseignement technique ; des individus au poste de chef de secrétariat sans être au préalable des enseignants du secondaire technique. Et ce, en violation du manuel de procédure prôné par leur ministre de tutelle.


Ils relèvent également que ses enseignants n'ayant pas reçu de convocations pour la surveillance. A les en croire,  l'épreuve de management de la force de vente (MFV) de la filière Gestion Commerciale, était visible sur les réseaux sociaux une heure avant le lancement officiel de l'épreuve. 


Pour éviter que de telles situations ne se reproduisent à la session BTS 2023, la FNESUP et le SESSUP font des propositions suivantes : 


« Le manuel de procédure du BTS en vigueur depuis 2012, constamment violé par la tutelle doit être purement et simplement abrogé et faire place à un nouveau manuel de procédure qui doit être conçu en cohérence avec les préoccupations de tous les partenaires du secteur ; Le paiement d'une prime fixe de 10 000 f par jour pour chaque enseignant du supérieur qui vient surveiller et la revalorisation des indemnités liées à l'examen du BTS s'impose comme une condition sine qua none pour la crédibilisation du BTS. Nous proposons les montants suivants : Copie ordinaire : 600 F/ copie ; Copie d'étude de cas : 1200 F/ copie ; Soutenance de projet : 2000 F/ candidat interrogé ; Soutenance de rapport de stage : 6 000 F/ candidat interrogé ; Choix de sujet : 50 000 F/ enseignant ; Délibération : 100 000 F/ participant. Aussi, lesdites rémunérations doivent être payées dans un délai n'excédant pas deux mois à compter de la fin de la prestation. »  


Quant au cadre Juridique, les syndicats proposent la mise en place d'un nouveau cadre juridique et institutionnel régissant le système de l'enseignement supérieur privé et l'organisation de l'examen national du BTS


 

« Il s'agira concrètement pour nos autorités compétentes de prendre de nouveaux décrets, des textes de lois fixant le fonctionnement de ce système et surtout garantissant l'emploi et le traitement décent de tous les enseignants intervenant dans ce système. Et ce, en intégrant les syndicats d'enseignants dans l'élaboration des reformes. Cela devra permettre d'améliorer significativement notre secteur éducation-formation. », expliquent-ils.


Enfin, la FNESUP et le SESSUP préconisent la mise en place d'une plate-forme d'identification des enseignants du supérieur privé, assortie de la délivrance d'une carte professionnelle unique pour tous les enseignants du supérieur privé de Côte d'Ivoire, s'impose comme une nécessité absolue pour éviter l'intrusion des non enseignants dans les différentes évaluations liées au BTS. Attendu que les détenteurs de cette carte bénéficieront obligatoirement des avantages liés au travail décent (déclaration à la CNPS, CDI, assurance maladie…).



Donatien Kautcha, Abidjan



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo qui se fait enrôler sur la liste électorale, provocation ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Le pouvoir se plante-t-il en misant sur Blé Goudé ?
 
2120
Oui
60%  
 
1264
Non
36%  
 
138
Sans avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : BTS 2022, les syndicats FNESUP et SESSUP relèvent les insuffisances et font des propositions pour la session prochaine
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter